sylvain thévoz

24/05/2015

Du sperme, de l’électricité, mon utérus et moi

Les enfants me permettent de rester jeune. Avoir des enfants, c’est une addiction. Croissez et multipliez-vous, c’est ce que dit la Bible non ? C’est dans la Genèse, au tout début. Je ne dis pas que je suis une sainte, non, je n’étais pas vierge lors de mon mariage... il y a 45 ans. J’ai eu mes mômes de 5 pères différents. Mais cela, c’est du passé. Désormais, plus besoin de père. Du sperme, de l’électricité, mon utérus et moi. Et basta.

J’avais 13 enfants, en voilà 4 de plus à mon compteur, à 65 ans. C’est beau. Cela ne fait pas de moi une salope. Dites-moi ce qu’il peut y avoir de mal à pondre rythmiquement des enfants ? Tant que  le corps le peut, que la technologie le permet, j’en profite. Aujourd’hui, tout le monde fait l’amour pour rien, dans le vide. Moi je ne fais plus l’amour, mais des mômes. Je fais tourner l’économie. A 65 ans, je dessine ce que seront les utérus de demain. Des réceptacles sans nécessité de mâle pour donner vie. Je suis l’avenir. J’ai 65 ans, une jeune maman.

Je ne baise pas utile, je procrée à blanc.   

Trop vieille pour avoir des enfants ? On m’a retiré mon permis de conduire. Je voulais prouver que je servais encore à quelque chose.  Avoir des gamins, c’est rester jeune, un choix personnel. La retraite, très peu pour moi.  

Je veux devenir championne du monde de la mise à bas. 4 enfants d’un coup à 65 ans, olé, c’est mieux qu’un hat-trick au foot. Chapeau bas pour mamie ! Cela fait de moi la plus vieille maman du monde. Il me fallait des remplaçants pour mon équipe de foot.

Aujourd’hui, le spectacle c’est de monter le plus vite sur une montagne, enfiler le plus de buts à une autre équipe, risquer sa vie dans des sports extrêmes. Pour moi, c’est de pondre le plus d’enfants possible après ma ménopause, d’enquiller les échographies comme d’autres les marathons. Je ne vois pas ce qu’il peut y avoir de mal à cela. J'ai négocié sec l’exclu avec la presse pour assurer l’avenir de mes enfants. J’ai donné l’info à un journal de boulevard. J’ai commencé tard ma vie médiatique, je rattraperai le temps perdu. Sexagénaire de la césarienne, je suis championne du monde. La prochaine fois je fais venir le Guiness.

 

Franchement, quand un mec devient père à 70 ans, je ne vous entends pas pousser des cris d’orfraie. C’est parce que je suis une femme ? Les féministes devraient me soutenir. Cette putain de barre de la ménopause, c’est du passé. Nous voilà les égales des hommes désormais. On parle toujours des hommes bioniques, je suis la femme biochimique. La science nous permettra de faire des bébés à n’importe quel âge. A nous les records  !  

Okay, mes bébés sont prématurés, mes trois petits garçons et ma fille sont nés à 6 mois. Mais en couveuse, ils sont comme dans une chapelle sixtine, mes petits saints. Ils ont de bonnes chances de survivre, de bonnes bajoues. La médecine fait des choses incroyables, pourquoi s’en priver ? Au nom de l’éthique ? Mais laquelle ? Vous avez vu l'état du monde? Alors chacun pour soi… et la science pour ceux qui peuvent se la payer.

 

Pourquoi devrais-je me cintrer l'utérus?

Au nom du droit des enfants ? Mais si le droit des enfants vous importait vraiment, en laisseriez-vous mourir des pelletées de soif, de fièvre, d’infection ? Toutes les 5 secondes un enfant de moins de 10 ans meurt de faim (Ziegler). Toutes les 30 secondes, le paludisme tue un enfant quelque part dans le monde (Unicef). 500 000 enfants de moins de 15 ans sont morts du SIDA l’an dernier (Unicef).  Est-ce que cela fait la une des journaux ?  Et vous me chiez une pendule parce que j’ai mis 4 petits amours au monde ?

Mes enfants auront la sécurité matérielle. J’ai tout prévu. De nombreux amis s’occuperont d’eux si je disparais avant l’heure. Mais je veux vivre jusqu’à 102 ans. Et j’aurai des bébés jusqu’au bout.  Mieux vaut naître prématuré que de ne pas être au monde du tout.

Je donnerai la vie jusqu’à mon dernier souffle. Je serai une usine à bébés jusqu’à la lie, une turbine à fœtus jusqu’au dernier souffle. Je passerai du biberon au dentier, leur mettrai leurs couches en même temps que les miennes, sans me tromper, je vous l'assure. Vous me préféreriez rabougrie à l'EMS hein, cela ne vous choquerait pas que je moisisse sur un siège. Cela vous emmerde vraiment que je sois une mère comblée à 65 ans.

Mes bambins s’en foutent de mes rides. Ils préfèrent une vieille maman sympa à une jeune peau de 20 ans dans la merde financièrement. Ils me regardent et sourient. Je suis la plus vieille maman du monde. 

 

Avec du sperme, de l’électricité et mon utérus, je réinvente la vie.

Moi, moi, moi, je servirai la nature jusqu'au bout.

 

 

 

 

http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/23/allemande-quadruples-65-ans-mere-13-enfants_n_7426894.html#

12:07 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mère, science, maternité, utérus, vie, 65 ans, retraite, éthique | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.