sylvain thévoz

25/02/2015

Suissesse et frontalière: elle va se faire voir à Lyon!

Suissesse, vivant à 5 minutes à pied de la frontière côté France, travaillant à Genève, rompue à l'exercice de l'usage d'internet, devant refaire son passeport à croix blanche, se rend avec confiance sur le site de la Confédération.... sans se douter de ce qui l'attend. 


Va te faire voir chez les lyonnais 

Sur le site de la Confédération elle s'inscrit, remplit le formulaire, reçoit une première annonce la prévenant de l'envoi d'un mail qui lui proposera un rendez-vous pour le lieu de saisie de son passeport.

Surprise!

Ce n'est pas l'office cantonal de la population genevoise qui lui est proposé. Non. A choix : Lyon, Strasbourg, Marseille! En tant que Suissesse vivant au pied du Salève, Berne avec la bienveillance du Canton l'invite à une petite balade dans le Sud de la France pour chercher son précieux passeport. Par souci d'économies kilométriques, elle coche Lyon. Bien sûr, entre temps, elle a donné des coups de fil pour essayer de se faciliter la vie. En vain. En général elle tombe sur des boîtes vocales, pas le bon jour, pas la première, perd son temps.. et réalise subitement que le renouvellement de son passeport risque de virer à un voyage touristique d'un ou deux jours...


Consulat de Suisse à Lyon j'écoute...  

Après une bonne journée d'attente arrive le mail lui annonçant que son bureau de référence est situé à... Lyon et qu'il lui faut entrer en contact avec celui-ci. Entre-temps, notre compatriote est passée trois fois devant l'office cantonal de la population pour aller à son boulot. Si, dans une vie idéale, elle aurait pu s'y rendre directement et obtenir son précieux sésame, les voies de l'administration ne sont pas faites pour les citoyen-ne-s vivant de l'autre côté de la frontière. Elle ne peut que passer devant en continuant d'organiser son prochain voyage administratif à Lyon. 


Kafka était un amateur

Notre suissesse frontalière choisit la date qui lui convient pour s'inscrire au consulat de Suisse des bords de Saône. Dans un mail de retour du consulat, elle reçoit une annonce lui confirmant son rendez-vous. Elle peut toutefois, si elle le désire, faire appel à l'office cantonal de la population de son canton....

vous suivez?

3 jours se sont écoulés. Notre suissesse va-t-elle poursuivre ses échanges internationaux avec des formulaires générés électroniquement à Berne, Lyon, ou des boîtes téléphoniques à Genève, afin de pouvoir retirer son passeport à côté de chez elle ?  Va-t-elle risquer deux jours de démarche supplémentaires pour atterrir à la route de Chancy 88 où abréger ses souffrances et se résigner à aller à Lyon?  Se faire naturaliser française?


Office cantonal de la population de Tombouctou j'écoute?

Les heures d'ouvertures des bureaux, tant à Lyon qu'à Onex sont limités entre 7h30 et 13h30 du lundi au vendredi... et comme les premiers rendez-vous sont pris il ne reste que des dispositions éloignées dans le temps. Le désespoir guette notre Suissesse qui se dit que peut-être, pour son futur voyage en Thaïlande, elle aurait été plus inspirée de faire renouveler son document à la dernière minute à l'aéroport... mais peut-être qu'on lui aurait proposé alors de le faire à... Tombouctou, qui sait.... les voies de l'administration fédéral et cantonale sont impénétrables. 


Faciliter la vie des Suisses et Suissesses de "l'étranger"

Comme conclusion à cette petite histoire, je proposerai ceci. Plutôt que d'emmerder les frontaliers qui travaillent en Suisse, facilitons la vie des suisses et suissesses qui vivent en France, par exemple en suggérant à la Confédération que dans un rayon de 50km autour de Genève, toutes les demandes aillent directement au bureau de l'office cantonal de la population à Onex. Je propose aussi au Canton de développer plus rapidement une agglomération qui ne fasse pas de la frontière une coupe-gorge administratif.


Un coût pour l'économie locale

Je suggère aussi à Monsieur Maudet, qui s'occupe dudit bureau de l'office cantonal, qu'il trouve des voies d'accès facilités pour les suisses-ses vivant à proximité de Genève afin de leur éviter d'innombrables échanges téléphoniques, par mail, et une balade de 6 heures à Lyon ... après tout, il est aussi Conseiller d'Etat en charge de l'économie, et s'il s'en fout que les suisses-ses frontalier-e-s aillent se faire voir à Lyon, il devrait être sensible au fait que, pour les employeurs genevois, pour les travailleurs, ces heures d'emmerdements supplémentaires ont un coût pour l'économie locale.

Moins de frontière, plus de services!
Aux dernières nouvelles, notre Suissesse frontalière court toujours après son précieux passeport. Moralité: si tu es frontalier-e- va voir à Lyon si tu es Suisse-sse.

Ou alors: arrête de voter pour ceux qui veulent faire d'une frontière un mur infranchissable générant des surcoûts et des désagréments supplémentaires pour la population. 


17:09 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frontalier, passeport, ocp, agglomération, grand genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.