sylvain thévoz

29/10/2014

La R'vue genevoise : moins vraie que nature?

Le défi de la R'vue genevoise ce jeudi 30 octobre au Casino-Théâtre est abyssal : comment faire encore et toujours rire, et surtout, comme l'annonce le site de la R'vue, demeurer "à la hauteur des bêtises de nos vaillants dirigeants"[1]. Les politiciens se donnent en spectacle, Stauffer est, à lui tout seul, un numéro cosmique et caricatural de sa personne autant que de sa fonction; que ce soit dans l'enceinte du parlement où il oblige les policiers à le raccompagner en leur serrant les pognes comme dans un vieux film de Pagnol, un mauvais vaudeville, ou encore dans ses clips amateurs bords de piscine au Marbella club beach club où il se met en scène d'une manière mi-comique mi pathétique, jouant à l'acteur bon marché sur le retour avec sa doublure Medeiros travaillant au ralenti la scène des grosses bouteilles de champagne qui roulent sous le bar comme dans un remake tardif de Top Gun; Roger Golay déguisé en pom-pom girl de flamenco:Olé! Où sont les toilettes, dites ?  

Stauffer clown triste

Clown triste Stauffer? Dans l'excès, la démesure, la grandiloquence et la fuite en avant ; mais comment être plus drôle que lui et arriver à braquer les spotlights sur soi ? Le défi sera de taille pour la R'vue ; de quelle manière brocarder les politiciens, alors qu'une partie de ceux-ci le font très bien sans aide, ni maquillage, ni cachets (mais avec jetons de présence) entre verres d'eau, insultes et sprays au poivre.

Génération selfie

Sur la scène genevoise, le spectacle est continu; la Genferei: une répétition générale. Alors, la scène genevoise, à hurler de... rire? Pourquoi faudrait-il alors payer encore pour aller au théâtre en voir une parodie? Autant aller au Grand Conseil directement, la représentation est gratuite. Le temps où les rois se payaient des bouffons pour se faire rire est révolu. Désormais, la mode est aux selfies. Certains politiciens font des économies, ils se tournent eux-mêmes en dérision. Les caméras tournent en streaming sur Léman Bleu, la R'vue permet juste un arrêt sur image. La raison du succès de la R'vue est, comme pour les rétrospectives de fin d'année, de nous replacer devant l'année écoulée et d'arrêter le temps. Une p'tite dernière Genferei avant la suivante, ça permet toujours de faire le compte et de se mettre à jour avant la prochaine.     

Philippe Cohen : douche froide

Mais alors que je doutais de la capacité de la R'vue à faire plus drôle que les blagounettes du MCG, quelle surprise, en écoutant Couleur 3 lundi matin d'entendre Philippe Cohen dans l'émission de la "douche froide" faire presque plus MCG que le MCG! [2] Nouvelle technique de promotion ? Volonté pour le comique d'aller braconner sur le terrain politique et risquer le chassé-croisé? Aux politiques le comique, aux comiques le politique, trop fort, vraiment.

Alors que l'animateur radio demandait au créateur de la R'vue s’il avait peur de perdre sa subvention quand il faisait une blague et que le maire était dans la salle, la réponse du créateur de la R'vue fusait : mais non, parce que l’on ne se moque pas de lui, mais de son système d'administration pléthorique et inerte. Ahahaha, trop drôle, impayable. - Mais 335'000.- de financement publique par la Ville, ça fait quand même cher la vanne... 70'000.- précisément ? - Mais non répond le plus beau miroir narcissique des politiciens:  "il ne faut pas voir la chose comme cela, la collectivité ne met que 20% du budget... et ce sont même des arnaqueurs la Ville de Genève, il nous reprennent 50% s'il y a des bénéfices à la production." Ahahahaha, quel comique, on aurait pu croire que c'était du Stauffer en vrai, si l'on n'avait deviné que c'était du Cohen pur sucre qui faisait une parodie de Stauffer sans son costume de la R'vue. Le thème de la R'vue cette année: des artistes jouent le rôle de politiques qui prennent des rôles d'artistes pour avoir le pouvoir sur scène. Wouaw : à force d'être moins vraie que nature, elle a fini par l'être encore plus la R'vue. La frontière entre réalité et fiction est si fine... 

Spectacle partout, comique nulle part?

Face au défi, pour la R'vue, de faire plus drôle que les drôles du MCG au théâtre, et moins MCG dans la salle que Philippe Cohen à la radio, on se demande comment la R'vue va trouver sa voix. Suspens. Pour sûr, le spectacle sera avant tout dans la salle, avec les politiciens et journalistes venus en nombre se regarder le nombril et cultiver le reflet du plus petit microcosme vivant: le Genevois. Ensuite, plus de 16'000 spectateurs viendront retrouver ou chercher un peu du comique des politiciens sur scène. Peut-être qu'à force de voir des comiques aux tribunes, il est nécessaire de revenir à des choses moins vraie que nature. La musique et de la danse, ça aide sérieusement à faire passer la pilule.  

Du rire, à tout le moins:  un sourire

Rendez-vous jeudi soir pour rire un bon coût, à tout le moins sourire. La R'vue, institution typique genevoise, comment vivre sans? On aime tellement rire de soi, voire que tout le monde se foute un peu de notre gueule, comment pourrait-on s'en priver? C'est si bon un peu de masochisme ultra médiatique. Quand c'est aux dépens des autres, c'est encore meilleur. La R'vue genevoise : moins vraie que nature, mais délicieux réconfort, à consommer sans modération.

Avec le sourire toujours, bien sûr.    



[1] http://www.larvue.ch

[2] http://www.rts.ch/audio/audio/couleur3/programmes/la-douche-froide/6217294-l-invite-du-jour-philippe-cohen-27-10-2014.html

08:23 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la r'vue, genève, politique, culture | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.