sylvain thévoz

04/08/2014

Qu'est-ce que cela peut vous foutre que l'on manifeste un peu ?

gaza,isreal,palestine,manifestations,bdsIl y a une chanson de Georges Brassens, la mauvaise réputation qui dit : "au village sans prétention j'ai mauvaise réputation que je me démène ou que je reste cois, je passe pour une je-ne-sais-quoi. Je ne fais pourtant de tort à personne en suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome". Pourquoi alors, depuis trois semaines, des oppositions, grincements de dents contre ceux que l'agression israélienne sur Gaza révulse, et qui le disent haut et fort? Pour paraphraser Brassens : nous ne faisons pourtant de tort à personne en allant manifester un peu.

Ce qui devrait susciter le débat, c'est que nous ne soyons pas encore plus nombreux, plus forts, non pas que nous soyons encore là; que le silence gêné ou l'indignation molle aie encore une telle cote et tant de supporters. Pourtant, la démocratie, c'est bien cela, non, ouvrir des lieux de débat et d'expression, et pas seulement sur facebook ? 

L'agression d'Israël sur Gaza, sur des femmes et des enfants, a vu se lever des citoyen-ne-s descendus spontanément dans la rue, quotidiennement à la place Bel Air à Genève; à la place Saint-Laurent à Lausanne, etc., des débats ont lieu, donnant lieu à des échanges de point de vue, une réaffirmation de solidarité avec les palestinien-ne-s assiégé-e-s.

Car enfin, si vous vous faisiez taper dessus au coin d'une rue, n'auriez vous pas le désir que quelqu'un se lève et dise non, essaie à tout le moins d'arrêter votre agresseur, le retienne par la manche, de quelque manière que ce soit? Et ce d'autant plus si c'est tous les soirs, que vous vous faites péter la gueule, depuis plus de 60 ans? Et ne seriez-vous pas doublement blessés si ceux qui vous regardent vous faire battre ne remuaient pas les lèvres, prétextant mille et une raison pour regarder ailleurs tout en serinant les grands principes de droit international?  Ô vous frères humains.

gaza,isreal,palestine,manifestations,bdsJuste dire NON

Des rassemblements, des cortèges sont nés, autant d'occasion de dire NON, cela n'est pas juste. NON, il est impossible de laisser faire cela en se taisant. NON. Stop au massacre. Assez. Le bon vieux principe du "qui ne dit mot consent" doit être cassé. Nous refusons d'être complices. En regard du silence de la Suisse, du manque de courage de la plupart des états européens (en regard de l'Amérique latine notamment), il n'est pas possible que cette guerre d'extermination se déroule sans réaction. Triste, fade gouvernement français, qui a essayé de museler l'indignation ne faisant au final que souffler sur ses braises.

A la place Bel Air, une indignation et un débat citoyen a poussé, dans le prolongement de ce qui se passe sur les réseaux sociaux et dans le désir d'une rencontre collective, afin de construire des actions, exprimer d'une manière constructive une révolte. J'ai été surpris pourtant de la vigueur des oppositions rencontrées ici et là.   

-  Pourquoi vous mobilisez-vous contre ce conflit uniquement? 

Ce n'est pas juste contre cette agression que les gens se mobilisent. Pour ma part, j'étais dans la rue lors de l'intervention américaine en Irak, j'ai signé la pétition contre les violences faites aux chrétiens d'Irak. J'étais dans la rue pour lutter contre la violence des armes. Je suis dans la rue régulièrement pour défendre les droits sociaux, signer des pétitions, des initiatives populaires, contre les révisions successives du droit d'asile. Je suis dans la rue, chaque fois qu'un recul social ou qu'un état, un parti, s'arroge, au nom du pouvoir ou de sa puissance économique, de s'asseoir sur la figure d'êtres humains, chaque fois que je crois qu'un engagement quel qu'il soit, puisse faire la plus petite différence possible. C'est souvent les mêmes personnes que je vois alentour, malheureusement. J'agis en regard de la règle d'or : ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse, entendue comme : ne laisse pas faire à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse. C'est grave docteur?

- Mais pourquoi ce conflit là ?

Parce que ce conflit a une intensité particulière. Pour des raisons historiques, géographiques, il est un test, un révélateur. Parce qu'Israël se réclame de l'Europe, de la démocratie, que sa situation géographique et politique en fait un épicentre. Parce que l'Europe a constitué le problème palestino-israélien. Parce que l'on est placé devant le dernier état colonisateur à ne pas avoir été remis à sa place lors des mouvements émancipateurs nationaux des années 60-70. Parce qu'il se joue là quelque chose de notre sécurité aussi, directement, dans le combat particulier d'un peuple (et peut-être déjà de deux peuples), contre un pouvoir militaro-économique qui veut en faire de la chaire à canon ou de la pâte à terroriste uniquement.

- Ne croyez-vous pas que ce conflit ne nous concerne pas? C'est une histoire entre les arabes et les juifs. 

Faux. Ce conflit a été crée par l'Europe qui s'est déculpabilisée du génocide commis contre les juifs à peu de frais, signant un blanc seing pour la création d'un pays au milieu d'une population qui en a été chassée. L'Europe porte une responsabilité, qu'elle continue d'aggraver en soutenant inconditionnellement Israël, en refusant de revoir ses relations avec cet état à l'aune de son évolution récente. Pourquoi inviter royalement Israël à l'eurovision, apprécier la participation de ses clubs au championnat d'Europe de football, de basketball, etc., continuer de nourrir un commerce fleurissant avec une entité qui ne respecte pas les règles du droit international, les viole même en toute impunité, tout en prétendant en propager les valeurs. Dans un avion pour Jérusalem un jeune homme regarde le film 'fight club" sur son ordinateur il a été rappelé d'Angleterre où il vit pour aller se battre a Gaza. Mais il va combattre pour qui et pour quoi en fait ? 

gaza,isreal,palestine,manifestations,bds- Ne devons-nous pas nous contenter de fournir une aide humanitaire sans nous mêler de politique?  

Non. Ce conflit nous engage parce que nous paierons comme nous avons payé les dernières fois et continuerons de payer pour l'aide humanitaire et la reconstruction de Gaza, qui sera encore rasée dans deux ou trois ans. Nous mettons la main au porte-monnaie pour des programmes qui sont ensuite dévastés. C'est absurde. Continuerons-nous encore longtemps de payer pour rien? A construire ce qu'Israël détruit, puis payer encore pour la reconstruction? C'est coûteux et inutile comme "aide" et maintient dans un état de vie a minima une population exsangue. Vous soutenez cela?

- Vous devriez arrêter avec votre morale. Vous n'êtes pas meilleurs que les autres.

Il ne s'agit pas d'être meilleur que quiconque. Il s'agit de rappeler le droit, et de le faire appliquer, pour toutes et tous. Sinon, les grands principes de la démocratie ne valent pas tripette, et ne résisteront pas longtemps s'ils demeurent soumis à des double standards réservés à un club select qui les applique au détriment d'autres et selon une géométrie variable. Si les crimes d'Israël nous amènent la complicité et au silence, qu'est-ce qui nous fera encore bouger ? Un tsunami, un téléthon? Une coupe du monde? Ceci dit, ce n'est pas pour se prétendre meilleur que quiconque, plutôt pour ne pas être pire que les autres en prétendant faire régulièrement une morale au nom de valeurs que nous ne respectons pas ou si peu ou en choisissant pour seule boussole la voie du cynisme et du repli sur soi.  

gaza,isreal,palestine,manifestations,bds- Le Hamas est pourtant un mouvement terroriste.

Il est grave de qualifier de terroriste tout mouvement de résistance pour ensuite décrédibiliser ceux qui le portent, les considérant comme quantité négligeable pour les éliminer facilement, sans honte. Leur statut d'humains, d'individus sentant, pensant, aimant, leur aura été retiré. Cette rhétorique qui déshumanise, permet de tuer sans même en assumer la portée. Ainsi, ce ne sont déjà plus des humains qui sont supprimés, mais des moins-que-rien. Il y a probablement en ce moment 1.8 millions de gazaouis qui se réclament du Hamas. Israël va tous les éradiquer? Demandez à un jeune palestinien de Cisjordanie qui est le Hamas. Il vous dira: nous tous, le peuple Palestinien. Israël va donc tous les éradiquer? Jusqu'à combien de morts trouverons-nous cela "justifiable"? Cette rhétorique perverse est un poison. Nous en avons été gavés ces dernières années par Georges Bush et les neo-conservateurs américains qui ont fabriqué des terroristes à la pelle. Poutine a appliqué ce principe en Tchétchénie; Israël, depuis longtemps, l'exerce sur les palestiniens, créant des sources innombrables de conflits en désignant les "terroristes" selon des desiderata politiques pour les dégommer sans sourciller.

- Le Hamas a dans sa charte la destruction d'Israël.

Pourtant, à de nombreuses reprises le Hamas a affirmé être prêt à une Houdna (trêve) indéterminée, pour autant qu'Israël se retire des territoires occupés. Jusqu'à récemment, le Hamas a reconnu être prêt à cesser les combats, si Israël arrêtait ses bombardements et cessait le blocus de Gaza. L'OLP a lui aussi longtemps eu dans sa charte la destruction d'Israël, avant de la retirer. Preuve que le dialogue fonctionne et que les positions évoluent. Il faut comprendre qu'il s'agit là de moyens de maximaliser des postures. Qu'est-ce qu'Israël est prêt à lâcher, voilà la question. Et quand est-ce qu'Israël comprendra que ses "victoires" militaires, acquises au prix d'une défaite politique et morale, et une surenchère dans la violence, l'amènent petit à petit au bord du précipice ? Qu'est-ce qu'Israël est prêt à lâcher, pour vivre en paix avec ses voisins, dites-moi ? J'entends : rien, parce que ce sont des terroristes. Et j'entends, de même, les voix fortes, dominantes voulant un grand Israël, continuer d'avoir dans leurs chartes et leurs plans, la réalisation d'un état recouvrant  tout le territoire palestinien.

gaza,isreal,palestine,manifestations,bds- N'êtes-vous pas un peu antisémite pour être aussi critique envers Israël?

La politique antisémite, c'est celle qui importe des colons n'ayant jamais mis les pieds au moyen-orient, des quatre coins de la planète, les poussant dans un environnement qui leur est étranger et sans regard pour les autres peuples y pré-existant. La véritable politique antisémite c'est celle qui, au nom d'un principe religieux, politique, ou religio-politique: le sionisme, mène une guerre d'épuration ethnique et considère comme quantité négligeables celle et ceux qui ne rentrent pas dans son schéma de pensée. La véritable politique antisémite, c'est peut être aussi celle qui accepte tacitement que deux peuples sémites (pour autant que l'on assume cette taxinomie) se déchirent et s'en lave les mains. Enfin, le plus grand antisémite, est peut-être celui qui lance cette accusation à gorge déployée trop facilement quand une critique est adressée à Israël, aggravant le ressentiment et la perception d'un débat entravé, en en dévoyant ainsi le contenu au détriment même de ceux qu'elle prétend protéger. 

- Vous manifestez, grand bien vous fasse, pourquoi ne le faites-vous pas avec un drapeau de chaque pays, pour la paix ?

Parce que la paix sans la justice ne tiendra jamais; et que dans ce conflit, il y a clairement une politique coloniale menée par un état expansionniste qui a toujours refusé de donner une limite à ses frontières. Parce que les victimes de ce conflit ne se trouvent clairement pas des deux cotés du mur, mais que la dimension asymétrique du rapport de force et du rapport des deuils, depuis plus de 60 ans, font que se promener avec un drapeau dans chaque main serait un affront pour le peuple Palestinien, et une manière écoeurante, au nom de notre bonne morale européenne d'affirmer que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ou pire encore, se rassurer: joie amour et paix, serrez-vous la main maintenant. Après avoir exporté ce conflit, de chercher à tout prix à en importer une paix de la conscience.

- Ce conflit n'aura pas de fin, vous vous fatiguez pour rien.

Il n'y a pas de fins, il n'y a que des moyens. Le mouvement du BDS ( Boycott, Désinvestissement, et Sanctions contre Israël jusqu'à la fin de l'apartheid et de l'occupation en Palestine) est une voie de progrès pour ne pas rester inactifs et agir concrètement pour soutenir le peuple Palestinien dans sa lutte pour la survie. Un jour à la fois. 

gaza,isreal,palestine,manifestations,bds- Vous devriez vous occuper de vos affaires.

Ce sont mes affaires. Comme européen, comme chrétien, comme méditerranéen, comme citoyen, comme humain. Si je ne m'occupe pas de celles-là, "mes affaires" sont bonnes pour la poubelle, ou alors, elles se rétrécissent comme peau de chagrin. Certes, je pourrai toujours me concentrer sur le tri des déchets jusqu'à la fin de mes jours : verre rouge, verre blanc, aluminium d'un côté, en voilà des enjeux à notre portée.

- N'avez-vous donc rien de mieux à faire que de manifester?

Si, je préférerai. Mais pourquoi est-ce que cela vous emmerde tant que l'on manifeste en solidarité avec un peuple pour son droit à l'autodétermination, que des citoyen-ne-s se mobilisent, parlent, écrivent, inventent encore des moyens de créer des solidarités et soutenir la vie. Et puis, comment se fait-il que vous vous manifestiez si peu ou alors pour râler uniquement, et n'organisiez pas au moins une belle manifestation pour le droit de dormir en paix, le silence des pantoufles, ne plus être dérangé par le tumulte du monde et les cris des gamins brûlés?

Vous me direz peut-être qu'il n'y a plus besoin de manifester pour les gamins brûlés, c'est devenu notre quotidien télévisuel, ainsi va le monde, on n'y peut rien changer. Je vous répondrai pour finir ceci: ainsi va peut-être notre monde, mais c'est la direction que nous choisissons de lui donner. Qu'est-ce qui a pu s'endormir pour que le silence et l'impuissance semblent l'emporter si facilement sur l'indignation et la solidarité? Ou plutôt : qu'est-ce qui n'a pas encore été réveillé et secoué pour que l'on sorte de la torpeur. Et surtout: que faudra-t-il encore attendre de ce monde lorsque le dernier des manifestants aura choisi de rester chez lui devant sa télé et fermé les fenêtres pour ne pas sentir l'odeur des enfants  brûlés?

gaza,isreal,palestine,manifestations,bdsJe ne sais pas.

Mais rien qu'à y penser, je trouve à me manifester encore.

Une raison d'être en mouvement, d'écrire et partager ce texte. 

08:41 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, isreal, palestine, manifestations, bds | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.