sylvain thévoz

27/07/2014

La trêve d’israël est un abus de langage

Clausewitz écrivait : La guerre est une poursuite de l'activité politique par d'autres moyens. Pour israël : la diplomatie est la poursuite de la guerre par d'autres moyens.

La trêve d’Israël est un abus de langage


Après 18 jours de combats qui ont fait 1'049 morts et 6'032 blessés depuis le 8 juillet dont une écrasante majorité de civils et au moins 192 enfants, Israël a annoncé vendredi soir un trêve humanitaire dans la bande de Gaza, de 8h00 à 20h00  le samedi 26 juillet  aux conditions suivantes : 

1) Les civils de Gaza à qui il a été demandé d'évacuer leur logement doivent s'abstenir d'y retourner.

2) israël ripostera si les dénommés terroristes tentent d'exploiter cette période pour attaquer des soldats ou tirer sur des civils israéliens.

3) Pendant cette trêve, les activités opérationnelles pour localiser et neutraliser les tunnels de la bande de Gaza vont se poursuivre !

La trêve d’israël n’est pas un cessez-le-feu. La trêve d’israël est un abus de langage et nous devons l’entendre pour ce qu’elle est: une poursuite de la guerre. Elle signifie véritablement : Nous pouvons  continuer de vous tirer dessus mais vous ne le pouvez pas. Nous pouvons continuer de détruire vos infrastructures, vous ne riposterez pas. Nous pouvons empêcher les ambulances de passer, passer à perte et profit le sang des enfants sur les plages, dans les caves, et dans les écoles écroulées. Nous pouvons tirer sur des bâtiments de l'ONU, tuer ses employés, les réduire en purée, sans conséquences. Vous ne réagirez pas. Nous pouvons continuer de décrédibiliser le CICR, leur faisant évacuer des quartiers pour bombarder ensuite les civils exposés. Nous pouvons tuer des employés du croissant rouge, des bibliothécaires, des fleuristes, des cafetiers. Et quand nous penserons avoir suffisamment tués pour en imposer, nous imposerons encore une trêve. 

Soyons sérieux. La trêve d’israël n’est pas un cessez-le-feu. La trêve d’israël n’est pas un acte humanitaire. C’est une manœuvre diplomatique pour réduire la résistance Palestinienne au silence en tuant des civils tout en légitimant sa conduite derrière un sordide voile humanitaire. israël ne sait plus comment freiner la mécanique de mort qu'elle pensait dominer. Plusieurs milliers d'israéliens manifestent à Tel Aviv pour la fin de la guerre. israël est en train de perdre la bataille de la justification et de la communication; plus personne ne peut croire à sa rhétorique défensive quand elle tue plus de 1'000 civils.   

Négocier la fin de la guerre pas imposer la trêve

La trêve d’israël est un abus de langage. La trêve d’israël est faite de papier mâché. Elle ne la dégage en rien de l’écrasante responsabilité quant aux corps que l’on dégage des décombres. Elle ne la dégage en rien de la situation de colonisation, véritable source du conflit. Elle ne la dégage en rien de sa lâcheté de se dissimuler derrière le Hamas prétexte malléable pour poursuivre à cibler et détruire des civils. Elle ne la dégage en rien de ses responsabilités d'état signataire des conventions de Genève. Il faudra bien à un moment qu'israël vienne s'assoir à la table des négociations pour discuter la fin de la guerre, pas l'imposition de trêves. Il faudra bien qu'à un moment israël comprenne qu'il ne peut sortir de l'ornière sans négocier avec le Hamas et le Fatah réunis à nouveau ; qu'il ne peut imposer sa force uniquement. Il devra y mettre son intelligence et son désir de paix et entamer un véritable dialogue sous l'égide de l'ONU.   

Je souhaite partager ci-dessous un texte qui est un appel de la société civile de Gaza porté par 91 personnalités publiques.  Il a été traduit en français à Genève par des militant-e-s de BDS (Boycott Désinvestissement Sanction contre Israël jusqu’à la fin de l’apartheid et de l’occupation en Palestine).  


Dimanche matin, au prétexte de roquettes envoyées en direction de son territoire, Israël annonce la reprise des frappes sur Gaza.  

Pas de cessez-le-feu sans justice pour Gaza

Déclaration de 91 personnalités publiques de la société civile de Gaza (publiée dans The Electronic Intifada, Bande de Gaza, 22 juillet 2014).

En nos qualités d’universitaires, de personnalités publiques et de militants, témoins du génocide planifié de 1,8 million de Palestiniens vivant dans la Bande de Gaza, nous appelons à un cessez-le-feu avec Israël uniquement s'il est lié à la fin du Blocus et au rétablissement des libertés fondamentales interdites à notre peuple depuis plus de sept ans.

Nos préoccupations principales ne sont pas seulement la santé et la sécurité des personnes au sein de nos communautés, mais aussi leur qualité de vie - leur capacité à vivre sans craindre d’être emprisonné sans procès équitable, à soutenir leurs familles par un emploi salarié, à circuler librement pour rendre visite à leurs familles et poursuivre leurs études.

Il s’agit d’aspirations humaines fondamentales sévèrement limitées pour le peuple palestinien depuis plus de 47 ans, mais dont sont particulièrement privés depuis 2007, les habitants de la Bande de Gaza. Nous avons été poussés au-delà des limites de ce qu'une personne normale peut endurer.

Une vie de mort vivants

Les accusations portées dans les médias et par des politiciens de tous bords à l’encontre du Hamas, d'avoir ordonné aux habitants de Gaza de s’opposer aux ordres d'évacuation, pour ensuite les utiliser comme boucliers humains, sont fausses. Avec des abris temporaires remplis et des bombardements israéliens aveugles, il n'y a littéralement aucun endroit sûr à Gaza.

Le Hamas a reflété le sentiment de la grande majorité des résidents en rejetant le cessez-le-feu unilatéral proposé par l'Egypte et Israël sans que personne n'ait été consulté à Gaza. Nous partageons le sentiment largement répandu dans l'opinion publique qu'il est inacceptable de revenir simplement au statu quo – où Israël entrave strictement l’entrée et la sortie de la Bande de Gaza, contrôle l’entrée des approvisionnements (notamment en prohibant la plupart des matériaux de construction), et interdit pratiquement toutes les exportations, paralysant ainsi l'économie et provoquant l'un des taux de pauvreté et de chômage les plus élevés du monde arabe.

S’y plier signifierait un retour à une vie de morts vivants.

Malheureusement, l'expérience a montré qu’à plusieurs reprises le gouvernement israélien est revenu sur ses promesses de négociations et ses engagements de réforme.

De même, la communauté internationale n’a fait preuve d’aucune volonté politique pour faire appliquer ces engagements. En conséquence, nous appellerons à un cessez-le-feu uniquement quand les conditions négociées auront abouti aux résultats suivants :

- Liberté pour les Palestiniens d'entrer et de sortir de la Bande de Gaza

- Importation et exportation illimitée de fournitures et de marchandises, y compris par voies terrestre, maritime et aérienne

- Utilisation sans restriction du port de Gaza ;

- Suivi et application de ces accords par un organisme désigné par l'Organisation des Nations Unies, accompagné des mesures de sécurité appropriées.

Chacune de ces attentes est garantie dans la plupart des pays. Il est temps qu'on respecte les droits humains des Palestiniens de Gaza.

Signatures :

·    Akram Habeeb, Assistant Professor of American Literature, Islamic University of Gaza (IUG)


·    Mona El-Farra, Vice President and Health Chair of the Palestinian Red Crescent Society


·      Ramy Abdu PhD, Chairman of the Euro-mid Observer


·      Abdullah Alsaafin, Palestinian Writer/journalist


·      Ali Alnazli, Businessman


·      Adel Awadallah, Head of the Scientific Research Council


·      Hanine Hassan, Graduate Research Assistant


·      Sheren Awad, Journalist


·      Yahia Al-Sarraj, Associate Professor of Transportation, IUG


·      Tawfik Abu Shomar, Writer and political analyst


·      Hasan Owda, Businessman


·      Ibrahim AlYazji, Businessman


·      Walid Al Husari, Chair, Gaza Chamber of Commerce


·      Nael Almasri, Dentist


·      Wael El-Mabhouh, Political researcher


·      Rami Jundi, Political researcher


·      Ashraf Mashharawi, Filmmaker


·      Mohammad Alsawaf, Journalist


·      Hasan Abdo, Writer and political analyst


·      Kamal El Shaer, Political researcher


·      Omar Ferwana, Dean of Medicine Faculty, IUG


·      Iyad I. Al-Qarra, Journalist, Palestine newspaper


·      Musheir El-Farra, Palestinian activist and author


·      Khalil Namrouti, Associate Professor in Economics, IUG


·      Moein Rajab, Professor in Economics, Al-Azhar University - Gaza


·      Basil Nasser, Planning advisor


·      Hani Albasoos, Associate Professor in Political Science, IUG


·      Arafat Hilles, Assistant Professor, Al-Quds Open University


·      Imad Falouji, Head of Adam Center for Dialogue of Civilizations


·      Moin Naim, Writer and political analyst


·      Yousri Alghoul, Author


·      Mohammad Jayyab, Editor of Gaza Journal of Economics


·      Mousa Lubbad, Lecturer in Finance, Al-Aqsa University


·      Iskandar Nashwan, Assistant Professor in Accounting, Al-Aqsa University


·      Shadi AlBarqouni, Graduate Research Assistant


·      Adnan Abu Amer, Head of Political Department, Al-Umma University


·      Wael Al Sarraj, Assistant Professor in Computer Science, IUG


·      Said Namrouti, Lecturer in Human Resource Management, IUG


·      Khaled Al-Hallaq, Assistant Professor in Civil Engineering, IUG


·      Asad Asad, Vice Chancellor for Administrative Affairs, IUG


·      Hazem Alhusari, Lecturer in Finance, Al-Aqsa University


·      Shadi AlBarqouni, Graduate Research Assistant


·      Deya’a Kahlout, Journalist, Al-Araby newspaper


·      Raed Salha, Assistant Professor in Geography, IUG


·      Sameeh Alhadad, Businessman


·      Tarek M. Eslim, CEO, Altariq Systems and Projects


·      Sami Almalfouh PhD, Senior engineer


·      Fayed Abushammalah, Journalist


·      Fadel Naeim, Chairman of Palestine Physicians Syndicate


·      Zeyad Al-Sahhar, Associate Professor in Physics , Al-Aqsa University


·      Iyad Abu Hjayer, Director, Palestinian Center for Democracy and Conflict Resolution


·      Wael Al-Daya, Associate Professor in Finance, IUG


·      Younis Eljarou, Head of the Red Crescent Society for the Gaza Strip


·      Donia ElAmal Ismail, Head of the Creative Women Association


·      Zeinab Alghonemi, Head of Women for Legal Consulting Association


·      Amjad AlShawa, Palestinian Nongovernmental Organizations Network (PNGO)


·      Mohsen Abo Ramadan, Head of Palestinian Nongovernmental Organziations Network (PNGO)


·      Abed Alhameed Mortaja, Assistant Professor of Linguistics, IUG


·      Talal Abo Shawesh , Head of Afaq Jadeeda Association


·      Zohair Barzaq, Red Crescent Society for the Gaza Strip


·      Marwan Alsabh, Red Crescent Society for the Gaza Strip


·      Ghassan Matar, Red Crescent Society for the Gaza Strip


·      Rania Lozon, Writer


·      Ashraf Saqer, IT Specialist


·      Samir AlMishal, Mishal Cultural Centre


·      Jamila Sarhan, Independant Commission for Human Rights


·      Jalal Arafat, Union of Agricultrual Work Committees


·      Khalil Abu Shammala, Aldameer Association for Human Rights


·      Jamila Dalloul, Association Head of Jothor ElZaiton


·      Maha Abo Zour, Psychologist


·      Psychologist Ferdous Alkatari


·      Yousef Awadallah, Health Work Committee


·      Yousef Alswaiti, Al-Awda Hospital Director


·      Taysir Alsoltan, Head of Health Work Committees


·      Taghreed Jomaa, Union of Palestinian Women’s Committees


·      Imad Ifranji, Journalist, Alquds TV


·      Jehal Alaklouk, Activist


·      Adel Alborbar, Boycott Committee


·      Hatem AbuShaban, Board of Trustees of Al-Azhar University -Gaza


·      Saleh Zaqout, Secretary of the Red Crescent Society for the Gaza Strip


·      Mohammed Alsaqqa, Lawyer


·      Nihad Alsheikh Khalil, Professor of Modern and Contemporary History, IUG


·      Mohsen Alafranji, Lecturer at Media Department, IUG


·      Nedal Farid, Dean of Business Faculty, Al-Aqsa University


·      Salem Helles, Dean of Commerce Faculty, IUG


·      Ahmad Ali PhD, Economic Analysis


·      Raed M. Zourob PhD, Head of the Department of Preventive Medicine, Ministry of Health


·      Mosheer Amer, Professor of Lingusitics, IUG


·      Moheeb Abu Alqumboz, Lecturer


·      Fatma Mukhalalati, Supreme Court judge

·      Fahmi Alnajjar, Supreme Court judge


10:45 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, crimes de guerre, israël, trêve, guerre, cesser-le-feu | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.