sylvain thévoz

13/07/2014

Gaza: boucherie sur la plage

Gaza est un hachoir. Plus de 150 morts et 1000 blessés depuis 6 jours, pour l'écrasante majorité des civils. Cette boucherie ne peut être qualifiée autrement qu'un crime contre l'humanité. Israël va a engager les combats au sol. Le bilan humain va drastiquement augmenter. Le bain de sang est programmé. Le long de cette plage de la Méditerranée, une boucherie sans crème solaire sous 37 degrés est en route. Israël présente les gazaouis au hachoir des F16 sur une petite musique de drone. Le point de passage de Rafah est bloqué par les militaires égyptiens avec la bénédiction d'Israël. Les habitant-e-s se font tabasser au poste de passage. Ils attendent trois jours de pouvoir fuir avant de se faire refouler dans la nasse. Seuls les détenteurs d'un passeport international peuvent sortir. Les palestiniens sont refoulés. Ce sont les otages d'Israël, désignés pour le hachoir.       

Gaza, Hébron, Ramallah, même combat 

Si l'on cherche la source du problème, ce n’est pas en désignant Gaza ou le Hamas qu’on la trouvera. Il faut voir l’entier de la Palestine illégalement occupée par Israël. Les Israéliens affirment qu’ils se sont retirés de Gaza, ah bon? Il est fallacieux de dire que Gaza est un territoire autonome. La Palestine est occupée, Gaza incluse, comme Jérusalem, la Cisjordanie. Il n’y a pas d’occupations 5 étoiles. Il n’y a pas d’occupation démocratique. Il est impossible de rester neutre. L’occupation, peu importe sa légitimation et son appareil de propagande demeure une occupation. C’est une violation des droits de l’homme, de la quatrième Convention de Genève. Le silence du CICR à ce sujet est assourdissant. C'est une source renouvelée de guerre, de conflit, tant que durera l'occupation.

Une communauté plus interdite qu'internationale

Il ne faut pas traiter les conséquences mais l’origine des problèmes. Et la racine du problème ne tourne pas autour des missiles qui partent de la bande de Gaza occupée. C'est, cela, une conséquence. Bien sûr, il faut les condamner. Parce qu’ils visent des civils. Parce qu'ils sont absurdes, contreproductifs et vains. Parce qu'ils fragilisent l’unité palestinienne, prise en otage par le Hamas, au profit d'Israël. De la même manière, le problème ne vient pas des enfants qui lancent des pierres sur l’armée occupante en Cisjordanie.

Le véritable problème c’est: pourquoi il y a-t-il encore et toujours, en 2014, une puissance occupante en Palestine; des colons désireux de se prendre des pierres pour riposter à l'arme de guerre? Pourquoi enfin la communauté internationale a-t-elle cédé clé en mains un pays à Israël en 1948, refusant ce même droit aujourd'hui à une autre entité légitime? La complaisance des états européens est terrible. L'attitude de la France, appelant à la retenue du bout des lèvres et détournant le regard est indigne. L'attitude de la Suisse qui se prépare à acheter pour 400 millions de drones israéliens irresponsable et écoeurante. Cela ne doit pas se faire. Comment obtenir de nos gouvernements qu'ils prennent position contre la guerre, arrêtent de la soutenir, et de la communauté internationale qu'elle soit moins interdite devant ce qui se déroule et est une conséquence aussi de leur inaction?

Ils tuent collectivement les innocents

La punition collective n’est pas une chose nouvelle. C'est une politique. Elle est mise en œuvre sur l’ensemble de la Palestine depuis des décennies. Plus de 5000 palestiniens sont détenus aujourd'hui dans les prisons israéliennes. Ce sont des parlementaires, des élus, des militants, des femmes, des mineurs. Israël vient de rafler dans leurs maisons les prisonniers qu'elle avait échangés contre Gilad Shalit.

Israel affirme qu’il s’est retiré de Gaza, que Gaza est un territoire libre sous contrôle du Hamas. Mais, je le répète: Gaza est une prison bouclée avec des drones qui patrouillent dessus. Personne n’en sort ou n’y rentre sans l’accord d’Israël qui y intervient quand il veut où il veut, sans s'embarrasser de prétextes. Il n’y a aucune circulation libre de biens ou de personnes. Le contrôle de la terre, des airs, de la mer est total. Parfois Israël sort un prétexte toutefois : "roquettes roquettes" le plus souvent.  Mais Gaza n’est pas un monde à part. Le droit humanitaire et international s'y applique. Dans un rapport de 2011, l'OMS, rappelait que: "les obligations d'Israël au regard de ses engagements [internationaux en matière de droit humanitaire] s'appliquent à tous les territoires et populations placés sous son contrôle effectif." Israël "a l'obligation de maintenir [en état de fonctionnement] les établissements et services médicaux de santé publique et d'hygiène dans la bande de Gaza, ce qui implique au minimum qu'Israël - en tant qu'état contrôlant l'entrée et la sortie de la bande de Gaza de tous produits, y compris les produits médicaux, le matériel médical et les matériaux de construction -, tout en étant fondé à protéger sa sécurité, n'entrave pas l'accès aux soins des patients qui en ont besoin".

Israël viole tous ses engagements et toutes ses responsabilités internationales en bombardant Gaza au cri de « roquettes roquettes » ou « sécurité sécurité » qui sont des cartes truquées, une vieille combine de croupier pour gagner à coups sûrs.   

Roquettes roquettes !

Si de centaines de roquettes ont été lancées en direction d’Israël, il n’y a, à ce jour, Dieu merci, aucune victime civile israélienne. La majorité des roquettes ont été interceptées. Les résidents Israéliens le disent eux-mêmes : ce sont des tirs d’amateurs. Ils n'en ont pas peur. Cela démontre :

 1) Combien le Hamas est limité militairement et lance des missiles stériles.

 2) Le système défensif d’Israël est au point. Pourquoi lui faut-il alors encore massacrer Gaza quand son système de défense lui assure sa sécurité? 

Le cri : Roquettes roquettes! ressemble au cri lancé par Georges Bush au sujet des prétendues armes de destruction massive en Irak. Dans le cas des armes de destruction massive elles étaient réellement destructrices mais inexistantes ; dans la situation d'aujourd'hui, il s’agit des roquettes bien réelles mais totalement inoffensives.  Dans les deux cas, on assiste à une théâtralisation de la menace, un jeu sur les sentiments de peurs; une mascarade identique de radicalisation de la menace pour légitimer une intervention armée dans un territoire étranger et éradiquer toute opposition. 

D’où partent les roquettes ?

Sitôt découvert le meurtre des 3 jeunes colons israéliens, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité Palestinienne a clairement condamné le crime et proposé son aide pour trouver les criminels. Mais qui les a horriblement tués ? Qui a mis en place cette opération ? Et à qui bénéficie ce crime qui tombe si bien dans l’agenda politique d’Israël? Pour l’instant, le Hamas continue de démentir en être responsable. L’Autorité Palestinienne a sévèrement  condamné cet acte. Israël, lui sanctionne et punit aveuglément. Que faisaient ces 3 jeunes hommes dans des colonies illégales ? Que font encore des jeunes israélien là-bas d'ailleurs? Qui a pris la responsabilité de les envoyer dans un territoire illégalement occupé, et surtout: quand est-ce qu'une enquête nous dira ce qui s'est réellement passé. « Roquettes roquettes », « Sécurité, sécurité », le principe de l'agression défensive est une ficelle trop grosse et violente pour l'avaler. Force est de constater qu'elle évacue au profit d'Israël de nombreuses questions.

Neutre = neutralisant

C’est de l’occupation que ressort l’escalade de la violence. C'est elle qu'il faut tenir pour responsable. C'est contre elle qu'il faut lutter si nous souhaitons sincèrement que la violence cesse, qu'une paix durable s'installe. La neutralité ne sert à rien, elle neutralise. La neutralité est une manière suave de détourner le regard.  

Dimanche 13 juillet 11h, Israël lance une opération au sol. Elle lâche ses soldats dans une population apeurée et acculée pour y chercher des "Roquettes roquettes" ou plutôt : les preuves de son ignominie.     


11:01 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, palestine, israël. | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.