sylvain thévoz

16/05/2014

Blues du spammeur

Monsieur, Madame, Dear friends, sexy one, pas besoin de te dire comment je m'appelle, tu n'en moques, tu penseras de toute façon que j'écris sous pseudo. Je ne suis pas veuve, je ne cherche pas un mari, ne suis pas un ancien capitaine de l'armée américaine. Je n'ai pas mis la main sur un magot de 400 milliards de dollars US $$$ dollars. Ma fille n'est pas en train de perdre la vie (je n'ai pas de fille), ma femme n'est pas atteinte d'une maladie rare (je n'ai pas de femme), je n'ai pas eu d'accidents (ma vie est un accident), ma maison n'a pas brûlé, il n'y a pas de révolutions en cours ici (malheureusement), juste bientôt un coup d'état (je veux bien te faire un mail en direct à ce moment là si ça peut t'attendrir). Je n'ai pas récupéré un fond caché $$$$$, je ne suis pas membre de la CIA. On ne se connaît pas. Je ne suis pas ton cousin caché. Ne m'envoie pas de photo de ton sexe. Je ne suis pas une femme. Je ne te ferai pas chanter. Je ne vais pas te maraboutiser. Tu n'as pas besoin de danser nu devant ta webcam en rêvant aux tambours de l'Afrique, aux mouches tsé tsé, patati et patata, etc. etc. Je ne te demande rien.


Tu connais toutes mes histoires. En passant, ce ne sont pas les miennes. Pas de copyright dessus. On te les a déjà toutes faites. Je ne te demanderais pas une avance de 30% sur une somme de 50% dont tu verras le 100% quand tu seras bien accroché. Non. Je ne te crois pas complètement demeuré, là-bas dans ton nord. C'est ok, je sais que tu as compris. Tu connais les ficelles. Tes clics valent de l'or. Les miens mènent droit à la poubelle. C'est avant tout pour passer le temps que j'écris des fictions avec mes potes veuves-pilotes-d'avions-banquiers-frauduleux-expats égarés dans les cybercafés de Douala, de Kinshasa ou Libreville, ça me fait rêver. Tu joues bien au loto, toi, non? Tu as déjà vraiment cru que tu allais gagner? Je tente ma chance. Une chance au grattage, une chance au tirage. Je regarde comme toi Darius Rochebin sur France24 TV monde.   

Le loto du gogo

Mon loto c'est le spam, le gros lot c'est toi. Sorry. Mais c'est quand même moins risqué que de se glisser dans un train d'atterrissage pour l'Europe. Tu n'es pas unique pour moi. Tu n'es personne. J'envoie mon message par paquet à 3000 personnes, liste achetée pour rien au marché. Je les envoie comme bouteilles à la mer. Sur le nombre, il y en a peut-être une qui arrivera. Rien d'autre à espérer. C'est moins risqué que d'embarquer pour traverser la Méditerranée sur une embarcation de papier. Je n'essaierai pas de jouer avec tes sentiments. Je t'ai payé d'une belle histoire. Elle vaut combien d'après toi? Pas grand chose, je sais. Je devrais essayer d'écrire des romans de gare. Tu ne voudrais pas me faire un don? 

T'en as ras-le-bol des spams ? Donne à Terre des Hommes.

Si tu voulais bien m'aider. Pour 100 balles par mois, je change de métier. J'arrête d'espérer le magot qui viendra dès que j'aurai décroché le gros lot. Pour 100 balles par mois je monte ma maison d'édition. On est plein à être assez doués par ici. Je crée le concours du plus beau spam, je demande le soutien de la DDC, de l'ambassade de Suisse, je te parie que dans 5 ans je nous fais éditer chez Gallimard. Tope là. Je m'engage à baisser de 30% le nombre de spams qui partent du quartier, je sors du désespoir. Parles-en à ton président Burkhalter. Pour 100 balles je te fais un poème. Pour 100 balles t'as pas idée de ce que je pourrai faire. Mais je ne sais plus bien ce que je te dis. J'ai le blues, ça se mélange dans ma tête. Dis, tu veux bien me soutenir, j'ai un ami qui a un compte en Suisse. Si tu mets 100 balles sur son compte CH7608390219834003000 ça me dépannerait, je pourrai m'acheter une nouvelle plume, les oeuvres complètes de Jaccottet dans la Pléiade, commencer mon nouveau recueil. 

S'il te plaît

Sorry

Thank you

Truly yours

Mrs Odile Mahmadi.



08:34 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spams, blues, loto, gros lot, gogo | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.