sylvain thévoz

17/04/2014

Guillaume Tell, Marwan Barghouti: même combat

hodler-1.jpgLe 17 avril est, depuis 1975, sous l'impulsion du Front de Libération de la Palestine (FPLP) la journée internationale de solidarité avec les militant-e-s emprisonné-e-s en raison de leur engagement politique. Cette date du 17 avril, liée à l'origine à la détention des milliers de prisonniers Palestiniens s'est internationalisée et rend justice aujourd'hui aux prisonniers anticolonialistes, anti-impérialistes du monde entier. Elle rappelle les milliers de militant-e-s emprisonnés en raison de leurs opinions et engagements politiques; dénonce les peines les touchant, le manque de soin, de justice, et l'abus de violences à leur égard. La mère de toutes les violences: la privation de liberté. 1 détenu c'est au minimum 10 personnes qui souffrent. 


La mère de toutes les violences : la privation de liberté

La détention de milliers de Palestiniens reste un cas exemplaire de l'arbitraire et de la volonté de domination d'un peuple sur un autre. Israël utilise l'emprisonnement politique pour frapper un peuple entier et briser sa résistance, le réduire au silence. L'occupant israélien détient actuellement plus de 5000 prisonniers palestiniens dans ses prisons, contre... aucun détenu israélien en Palestine. Quotidiennement, des soldat-e-s israélien-ne-s de 18 ans entrent dans les villes et villages de Palestine occupée; chaque nuit des enfants, des adolescents, des adultes, hommes et femmes sont kidnappés par de ces jeunes soldat-e-s. Arrêtés, en violation du droit international, ils sont emprisonnés pour de nombreuses années, sans jugement. Cheptel humain pouvant aussi servir de monnaie d'échange en cas de négociation politique. 

La raison d'Etat au mépris du droit

Des centaines de prisonniers palestiniens sont détenus "en rétention administrative" c'est-à-dire sans jugement ni mise en examen, pour des durées indéterminées. Parmi eux: plus de 200 enfants, condamnés à de lourdes peines de prison parfois pour simple jet de pierres, en violation du droit international. Il est urgent de s'opposer au pouvoir qui instrumentalise la justice pour servir ses propres fins au détriment de la justice. Agir, dénoncer, a des effets concrets sur les pouvoirs qui l'exercent. Le boycott, le désinvestissement, les sanctions sont un moyen d'engager une lutte politique et pacifiste. 

Guillaume Tell, Marwan Barghouti, Palestine, Suisse, libération prisonniers politiques, Guillaume Tell, Marwan Barghouti: même combat
Si vous croyez à Guillaume Tell, vous acceptez à la fois l'image de l'arbalétrier habile à toucher la pomme sur la tête de son fils, mais aussi celle du prisonnier politique ayant dissimulé un carreau dans sa chemise pour frapper le bailli au cas où son fils aurait été touché. Guillaume Tell fut emprisonné pour ce geste, son arme confisquée. La suite de l'histoire : Guillaume Tell s'échappa, tua le bailli impérial des Habsbourg d'un carreau d'arbalète en plein coeur. Un des mythes fondateurs de la Suisse assume de porter en lui une résistance radicale lorsque l'injustice et l'oppression le commandent.

Guillaume Tell, Marwan Barghouti, Palestine, Suisse, libération prisonniers politiques, Lisez attentivement l'histoire de Marwan Barghouti, citoyen d'honneur depuis le 15 avril 2014 de la Ville de Palerme, incarcéré depuis 2002 dans une prison de haute sécurité israélienne après une condamnation à 5 peines de prison à perpétuité. Il a toujours nié son implication dans les meurtres de civils, toujours clamé son innocence. Barghouti est frère d'armes de Guillaume Tell. Ayant un parcours similaire à celui de Nelson Mandela, c'est la raison politique qui en a fait un détenu politique plutôt qu'un président militant. Les choses changeront, demain, quand la mobilisation et la pression augmenteront pour sanctionner la politique d'Israël.

Barghouti, et tous les autres invisibilisés

Le 1e avril 2012 Barghouti était sanctionné par les autorités pénitenciaires israéliennes pour avoir lancé un appel à la résistance populaire pacifique. Qui est Marwan Barghouti ? "Je ne suis pas un terroriste, mais pas non plus un pacifiste. Je suis simplement un gars normal de la rue palestinienne défendant la cause que tout autre oppressé défend: le droit de m'aider en l'absence de tout aide venant d'ailleurs." (Tribune du Washington Post, 2002). Marwan Barghouti, Guillaume Tell: même combat.

guillaume tell,marwan barghouti,palestine,suisse,libération prisonniers politiques, 17 avril 2014, des milliers de militant-e-s et combattant-e-s politiques sont encore détenu-e-s dans les prisons du monde entier. Ne laissons pas leur visage et leur nom s'effacer.

Libération pour Marwan Barghouti, libération pour Léonard Peltier, militant de l'American Indian Movement, prisonnier politique amérindien aux USA depuis 1976, Moumia Abou Jamal, militant des black Panthers, enfermé depuis 1981 dans les prisons étasuniennes. (La mobilisation internationale a permis de transformer sa condamnation à mort en prison à perpétuité). Libération pour George Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais, emprisonné depuis 1984. Libération pour Antonio Guerrero, Fernando Gontales, Gerardo Hernandez, Ramon Labanino, René Gonzalez, militants cubains emprisonnés depuis 1998. (La mobilisation internationale a permis la libération de Fernando Gonzalez). Libération pour Ahmad Sa'adat, secrétaire général du Front Populaire de Libération de la Palestine, emprisonné depuis 2002. Libération pour Abdullah Öcalan, membre fondateur du PKK kurde emprisonné depuis 1999 et condamné à mort (peine commuée en prison à vie en 2002 sur pression de l'Union Européenne).... Libération et amnistie pour tous les prisonniers et prisonnières palestinien-ne-s, les milliers de combattant-e-s kurdes emprisonné-e-s en Turquie, les centaines de prisonniers politiques basques toujours détenu-e-s dans les prisons françaises et espagnoles, les prisonnier-e-s politiques sahraoui au Maroc, les prisonnier-e-s Mapuche au Chili... 

Libération aussi pour Guillaume Tell, enfermé dans son mythe. 

 

Les commentaires sont fermés.