sylvain thévoz

01/04/2014

Pas de nouvelle patinoire à Genève

ls_drakkar.jpgLa présentation du 28 mars dernier par la municipalité de Lausanne annonçant une nouvelle patinoire à Malley en 2020 et une nouvelle piscine olympique en 2022 pour un montant de 220 millions a fait réfléchir le Conseil d'Etat Genevois. Pour rappel, les communes propriétaires: Lausanne, Prilly et Renens ont réussi à se mettre d'accord (ce qui semble impossible à Genève) pour un projet ambitieux faisant de Lausanne un pôle sportif cantonal. Pourquoi alors ne pas soutenir le projet de Lausanne, et en faire un pôle sportif régional? C'est la proposition que le Conseil d'Etat, placé devant son impuissance à faire avancer le projet de nouvelle patinoire sur le site du Trèfle Blanc a fait à la municipalité de Lausanne. Cette dernière a sauté sur l'occasion. Pas de nouvelle patinoire pour Genève donc, mais un partage des temps de glace à Lausanne, et le développement d'un pôle sportif lémanique. Le soutien financier genevois à Lausanne doit encore être chiffré. Lausanne sera donc la capitale olympique mais aussi lémanique du sport. 


120928031213742142.pngEcolos ravis, supporters fâchés

Le parti écologiste est ravi que de nouvelles synergies soient trouvées entre les deux villes. Ce sera moins d'énergie dépensée, et une possibilité de développer la navigation sur le lac pour relier Genève à Lausanne d'une manière durable. Selon les verts, on peut très bien faire avec une seule patinoire pour la région. L'extrême gauche leur a emboîté le pas: on peut même faire sans patinoire du tout. Le sport professionnel est un nid de spéculateurs et de capitalistes. Les supporters sont eux fâchés. Des derbys LHC-GSHC se jouant toujours dans la même patinoire, ça manque de piment, et surtout: les bastons n'auront plus la même saveur. La bière lausannoise serait aussi plutôt tiédasse selon nos sources.

32032-1.jpgLes municipalités rassurent

Les municipalités de Genève et Lausanne se veulent rassurantes. L'important, c'est d'avoir une patinoire moderne où chacun trouvera sa place. Quoi qu'il en soit, rien n'aurait été construit avant 2040 à Genève, autant aller de l'avant avec le projet vaudois. Le GSHC promet déjà d'offrir des abonnements couplés avec un abonnement général des CFF. Beau joueur, Sami Kanaan conseiller administratif en charge du département de la culture et du sport a reconnu que Lausanne avait une longueur d'avance et régatait dans une autre catégorie en terme d'infrastructures sportives. Alors que des voix se font entendre pour critiquer des investissements à hauteur de 200 millions en Ville de Genève pour rénover le Musée d'Art et d'Histoire le Grand Théâtre, créer la Nouvelle Comédie, et le Pavillon de la danse, le magistrat fait remarquer que Lausanne ne se pose pas ce genre de question en votant 220 millions pour de la flotte et de la glace. Et si on vendait un ou deux Vallotton on ne pourrait pas faire pareil? Le magistrat socialiste n'a pas souhaité répondre à cette question.

Ferrari construit plus vite que Nouvel

Est-ce parce que l'architecte du projet lausannois s'appelle Jean-Baptiste Ferrari que le projet est allé si vite? Bah, on a bien pris Jean Nouvel à Genève pour modernise le Musée d'Art et d'Histoire, ça n'a pas aidé à faire du neuf. Il faut croire que tout est toujours plus compliqué au bout du lac. Les Lausannois ont définitivement mis la barre très haut. Certains se demandent maintenant s'il ne faudrait pas s'allier à eux sur le projet de musée cantonal des beaux arts à la gare de Lausanne pour avoir un vrai pôle muséal lémanique. 

Le Conseil d'Etat veut des économies

Le Conseil d'Etat, par la voix de son président François Longchamp, a rappelé qu'il ne fallait pas opposer les deux villes. Il faut faire des économies d'échelle et créer de nouvelles synergies. Le Canton ne veut pas de doublons et lutte contre les dépenses inutiles. Renoncer à la construction d'une nouvelle patinoire à Genève pour investir à Lausanne et inviter les privés à se joindre à ce projet permettra de baisser les impôts sur les entreprises à Genève, ce dont se félicite le Conseiller d'Etat libéral radical. Faire faire à d'autres ce que l'on n'est pas capable de faire soi, c'est un peu ça une vraie politique de droite, non?

Moins de hockey: plus de sécurité

Pierre Maudet a tenu à rappeler le coût des grandes manifestations sportives en terme de police et de sécurité. Les lausannois doivent assumer leur responsabilité de capitale olympique en terme de manifestations sportives. Plus de policiers pourront être dévolus à Genève pour lutter contre les joueurs de bonneteau et la chasse aux mendiants. Et puis, on construit bien une prison pour accueillir les criminels vaudois à Champ-Dollon, les lausannois peuvent bien accueillir nos hockeyeurs, a ajouté le conseiller d'Etat. Il n'a pas manqué de rappeler qu'il se lève à cinq heures du matin pour faire son jogging (poisson d'avril) et que cela ne coûte pas un rond à la collectivité. Serge Dal Busco a souri et rappelé que c'était quand même du chiqué. Il ne comprenait pas qu'on lui reproche de courir le marathon de Tokyo alors que Pierrot frime en courant sur les quais et arrive à se faire une page dans le Temps avec ça.


Le hockey à Lausanne, le football à Genève

Cette annonce a donné des idées à certains. Les mauvais résultats du Servette Football Club font de la Praille un tombeau. Les lausannois pourraient venir y jouer le week-end à Genève. Chris McSorley a prévenu qu'il fournirait sans problème les pom-pom girls et les burgers à la mi-temps. Il paraît que les vaudois en sont friands. On s'acheminerait alors vraiment vers un partenariat gagnant-gagnant. Le hockey à Lausanne, le football à Genève. Pas besoin de deux stades ou de deux patinoires, même pas de deux clubs finalement. Peut-être qu'enfin, si on les mettait ensemble, une des deux équipes pourrait être championne de quoi que ce soit. Pas forcément parce qu'elles seraient meilleures... mais elles auraient une rivale de moins en championnat. Tiens, c'est peut-être pour cela que le Conseil d'Etat a choisi de ne pas construire de patinoire. Il ne peut y avoir qu'une équipe de champions à Genève... et manifestement, c'est notre Conseil d'Etat. Malins, non?    



07:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sport, culture, patinoire, piscine, poisson, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.