sylvain thévoz

14/03/2014

Ne nagez pas samedi

hqdefault.jpgLe gardien de bain l'a dit spontanément, il devait le porter sur le coeur depuis un moment. "Ne venez pas nager le samedi matin", vous ne trouverez pas de lignes ouvertes au public, elles sont toutes réservées aux clubs. Conseil d'ami? Cela se passe à la piscine des Vernets, où la foire d'empoigne c'est tous les jours entre midi et 14h, et dès 17h jusqu'à la fermeture. Le gardien de bain est fataliste. La semaine, il reste une petite ligne pour le public, mais les 80% de la piscine sont occupés par les clubs. Le samedi... c'est encore pire. Ne venez pas nager, faites plutôt de la course à pied, du vélo, à moins que vous n'aimiez la boxe. On va y penser.... vivement l'été qu'on puisse aller nager au lac?


Un bassin public : 50m de long... 1,5 de large.

Le gardien de bain est coincé, sa direction impose la répartition des lignes. C'est pourtant lui qui se confronte aux nageurs frustrés qui se voient proposer sur le site de la Ville un bassin de 50 mètres par 22m. Alors que dans la réalité, c'est un bassin de 50 mètre sur ... 1.5 mètres où barbotent déjà une quinzaine de personnes qui l'attend. Il faudrait peut-être adapter la publicité à l'offre effective, sinon ça frise la publicité mensongère, et c'est le gardien de bain qui encaisse la frustration des nageurs. Pourquoi ne pas annoncer sur le web et à l'entrée des piscines, avec les horaires, les lignes d'eau effectivement disponibles? En attendant on s'entasse. Je remonte haut mon maillot me pince le nez et me jette à l'eau. Certains ont pris les palmes, les pool-boy, les i-pod, bien décidés à se DETENDRE après une journée stressante (et s'il faut faire un petit bouchon pour passer, on va s'en donner à coeur joie). Nager c'est vraiment sport, et vu qu'on est entassés, autant s'y donner à fond. Miam miam.

images.jpgPublic contre club?

Les clubistes à côté n'ont pas ces problèmes. A cinq ou six par ligne, ça va, c'est optimal. Ils soufflent entre les séries, révisent la théorie, pendant que les quidams moulinent pour se maintenir à flots, passer entre, sur, dessous, les autres nageurs, au risque d'être englouti. Le gardien de bain est philosophe. Il est en bout de ligne. Il n'y peut rien. Il répète: écrivez à ma direction. Je ne peux rien faire. Il se fait engueuler, sépare les gens qui en viennent parfois aux poings, ça craint. Les conventions avec les clubs sont signées à l'année. Ces derniers ont un contact direct avec l'administration. Et si les clubs sont organisés, il n'y a pas de lobby pour le public, qui n'a pas de représentant pour plaider leur cause. Swann Oberson, championne olympique a besoin d'une ligne pour nager. Normal. Mais de combien d'espace a besoin Madame Santos qui nage avec son hernie discale? Les gens râlent et rentrent à la maison, ou ne reviennent plus. Après 20mn de combat dans l'eau, je réfléchis à m'inscrire en club. Ben oui, une petite cotisation en plus, et j'aurai droit à ma ligne tous les jours à midi. Démocratique? Mmmmmh.

Nager avec les poings?

Dans l'eau c'est la loi du plus fort. Place à celui qui fera le plus de vagues pour pousser ses voisins. Mais les brasseurs connaissent la musique, ils ont leur technique: tac un petit coup de talon dans les tibias, ça calme tout de suite les requins. Palmes et plaquettes, c'est aussi un bon moyen : un petit coup de griffe sur l'épaule, va te reposer une petite heure, tu reviendras nager demain.... 


magicpbk_20100312_swi_0008_Einschwimmen.jpgBesoin d'investissements

Au-delà de la problématique gestion des répartitions des lignes d'eau, le besoin d'une nouvelle piscine olympique à Genève est criant. Même si l'ouverture d'une nouvelle piscine à Annemasse ce printemps allégera un peu les Vernets, cela ne réglera pas les besoins propres aux piscines genevoise. Les coûts d'exploitation explosent du fait de la vétusté des piscines, les équipements sont saturés, le public mal desservi. Du coup, la qualité des prestations est en baisse, la sécurité n'est plus garantie. Cela fait courir des risques au public entassé dans des lignes, sans parler des travailleurs et travailleuses qui épongent la colère du public. Ce n'est pas le gardien de bains qui me contredira. Ne venez pas nager samedi ? Je vais passer-outre, vu que la piscine est ouverte. Demain j'y vais. J'y nage? Si j'y survis, je vous raconterai.... 

11:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : piscine, investissements, équipements, administration, sport, détente | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.