sylvain thévoz

14/11/2013

Prier en athée

IMG_4909.JPG


















Comment cuisiner une bonne colonie? D'abord avoir une bonne casserole bien étanche, ne rien laisser sortir ni entrer que l'on ait décidé. Avoir de bonnes valves bien serrées pour pouvoir réguler la pression et un contrôle sur le feu, laisser mijoter à feu doux. Quand la pression est trop forte, ouvrez un peu les vannes ou baissez le feu doucement. Voilà, comme ça, vous pouvez aussi rajouter un peu d'huile, arroser le tout de sauce grasse, ça rend le dessus du panier plus docile et le bouillon plus digeste. Servir chaud mais pas trop. Ne jamais laisser refroidir surtout. Vous devez maintenir la pression. Un conseil: si vous en avez les moyens, fractionnez, divisez le contenu et cuisinez-le dans quatre casseroles séparées. Il n'en sera que plus tendre à traiter. Montrez toujours bien qui est le chef et qui tient la spatule.

La colonie, une économie

Passer le checkpoint à pieds, dans les longs couloirs à bestiaux: 80mètres de tubes grillagés qui avalent tous les matins leur quota de travailleurs sous-payés et les recrache au soir après les avoir bien digérés fragmentés et malaxés dans ses entrailles durant la journée. L'économie du mur est bonne pour Israël. Les coûts de construction, ce sont les USA qui les paient. Les gains, c'est l'économie locale qui les prend. Le contrôle social est maximal. Les palestiniens qui veulent obtenir un permis de travail en Israël doivent avoir au moins 35 ans, être marié, avec des enfants, n'avoir pas eu, sur trois générations, un proche qui ait tiré une pierre ou eu maille à partir avec la puissance d'occupation; cas échéant, le permis est refusé. A la moindre incartade, il est retiré. Très bon incitatif pour se tenir à carreaux en toute occasion. Les droits du travail sont régulièrement violés, il y a très peu de risques de plaintes. Si plaintes il y a, peu de chance qu'il y soit donné suite. La compétition entre travailleurs sous-payés est forte. La main d'oeuvre palestinienne est petit à petit remplacée par des chinois, philippins, etc., Un bon business que ce mur finalement. Pareil pour l'eau. Les puits sont confisqués. Entourés d'une haute barrière. L'eau est ensuite revendue à ses propriétaires expropriés. Même business pour les oliviers arrachés sur le tracé du mur. Rien à dire: une colonisation bien en place, ça rapporte. Et moins ça conteste, moins ça résiste, plus c'est rentable.

Les bédouins sous la tente. Feu de bois pour faire cuire à manger: riz et poulet dans de larges casseroles. Tu te demandes ce que les moutons peuvent manger: pierre et terre ocre à perte de vue sans une mèche d'herbe. Grillages à perte de vue : tu te demandes comment les bédouins peuvent encore bouger. A la nuit ça chante et ça danse. Tu te demandes comment ça peut encore danser et chanter. On t'offre le thé.

Hébron

Les gamins lancent des pierres tous les jours, mettent les bouchées double le vendredi. Le déroulement est le suivant: un colon colle un gnon à un gamin ou pire.... Le gamin rentre chez lui. La nouvelle se répand. Les petits descendent dans la rue et caillassent le checkpoint pour venger leur copain. Les soldats sortent en nombre: grenades assourdissantes et gaz lacrymogènes: le grand manège. Les gamins se déplacent et caillassent les soldats depuis un autre endroit. Et ça dure ainsi une partie de l'après-midi et de la nuit, à jouer au chat et à la souris dans la vieille-ville. Les marchands continuent de vendre, les passants de passer. Scènes surréalistes au milieu des étals. Une femme court avec sa poussette entre pierres et gaz pour faire son chemin. Un oiseleur, tranquille, ne bouge pas. Il reste sur sa chaise devant sa devanture, comme si de rien n'était. C'est le quotidien. Avec les pierres, les gamins lancent des insultes. Les mots fusent comme des noms d'oiseaux. Les marchands engueulent les petits quand les pierres les frôlent. C'est mauvais pour le tourisme, (pas plus de 40 personnes par jour), mauvais pour les affaires, mais c'est l'intifada, la résistance. Les marchands sont solidaires des petits qui zigzaguent dans le marché pour se planquer. Jets continus. Jours après jours, ça ne faiblit pas. Malgré les caméras partout, dans les coins, sur les toits, sur les tours, dans la mosquée, sur les casques des soldats. Il y a ces kids qui ramassent les pierres et à 40 mètres visent quelque part entre casque et gilet pare-balle sans parvenir à toucher. Les explosion de rages jubilatoires se paieront cash, c'est sûr. En attendant, ils font le V de la victoire. Une petite fille sur le chemin de l'école met un mouchoir devant son nez.

Prier en athée

Un soldat traverse la rue en courant. Il marche sur une pierre que les gamins ont lancé, se tord la cheville et grimace. Les commerçant rient mais se détournent pour que les soldats ne les voient pas. La rue entière trouve le soldat ridicule et lui aussi doit sentir qu'il l'est, maladroits et pataud, bêtement méchant à suer derrière des gamins sous les pierres. Mais il doit agir comme un soldat, protéger les colons qui viennent se mettre au milieu des palestiniens et les harceler pour qu'ils partent, parce que dans une écriture mythique d'un récit historiquement non attesté il se trouverait là le tombeau de quatre patriarches et matriarches. Adam, Eve, Abraham, Sarah, Isaac, Rebecca, Jacob et Léa. Sur ce point fictif, tout le monde est d'accord, c'est un lieu saint pour les trois religions. Sur ce tombeau des patri-matri-arches se trouve une mosquée, une synagogue; et ce fût un temps une église. Aujourd'hui musulmans et juifs y prient côte à côte dans le même lieu, mais désormais séparés par des portiques de sécurité et l'armée. Tu y entres pour y prier en athée. Si cela a été possible hier pourquoi cela ne le serait-il pas demain? Le samedi, les juifs prient dans la mosquée, mais ne prennent plus soin, dit l'imam, d'enlever leurs chaussures en entrant...

La poésie vaincra

Le poète Mahmoud Darwich a sa tombe dans un musée en forme de livre à Ramallah. Dans une salle: ses affaires personnelles, lunettes, stylo, cafetière. Il en était addict au café, et pouvait dire, selon le café qu'on lui servait, à sa saveur, à qui il avait à faire.  Un film passe en continu où subitement, en lisant, il se met à pleurer. Le public de l'assistance se lève, l'applaudit. Il pleure encore plus, essuie ses larmes et tout en les essuyant, doucement d'abord, puis de plus en plus fort, recommence à lire. Sur sa tombe, il n'y a pas de combat d'appropriation, non, ici c'est très calme. Il flotte un air doux, passage des oiseaux et du vent. Deux vers entêtants reviennent en boucle : "Ce siège durera jusqu'à ce que nous enseignions à nos ennemis Quelques morceaux choisis de notre poésie anté-islamique."  et: "Lui ou Moi. Ainsi débute la guerre. Mais elle s'achève par une rencontre embarrassante, Lui et Moi."

IMG_4904.JPG



 

     




07:04 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.