sylvain thévoz

14/06/2013

tu choisiras la vie

23437.jpg"Je ne suis pas morte à quatre ans parce que j'adorais lire. Quand, en pleine guerre d'Algérie, la bombe de l'OAS (organisation armée secrète), destinée au ministre André Malraux, qui habitait au-dessus, a explosé sur le rebord de ma fenêtre, j'étais allongée par terre, plongée dans mon livre. De sorte que j'ai perdu la vue, mais pas la vie, quoique de justesse, quand tout a volé en éclat"  Ainsi commence le livre de Delphine Renard "Tu choisiras la vie" écrit 50 ans après l'attentat qui, enfant, l'a défiguré et pris la vue. Cet ouvrage est aussi dédicacé au neuf personnes tués par la police aux ordres du tristement célèbre préfet Papon au métro Charonne à Paris lors des manifestations demandant la paix en Algérie et brutalement réprimées au lendemain de l'attentat. Le plus jeune de ces travailleurs et travailleuses assassinés avait... 16 ans. 

Que raconte ce livre? il dévoile sans haine la violence aveugle et son inscription irréversible dans un corps. Il déploie, dans une langue puissante, tendre et incarnée, l'intime besoin de dire: je suis marquée à cet endroit par cet événement j'ai traversé ceci et la plaie est encore ouverte. Il souffle la volonté de se construite malgré l'injustice, en refusant la nuit et le silence. Il exprime la résilience, son coût aussi.  

Le titre s'inspire d'un passage biblique (Deutéronome 30) "Regarde, j'ai mis aujourd'hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal. Choisis donc la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité." Il reconstitue un cheminement de mémoire, de compréhension et ouvre les boucles d'émotions de celle qui s'est construite depuis l'horreur et dans l'émancipation, rappelant au passage les tortures pratiquées par Jean-Marie Le Pen durant la guerre d'Algérie pour lier étroitement l'intime et le politique.

Delphine Renard, dans un interview au journal l'Humanité disait récemment porter une responsabilité à l’égard de ceux qui, atteints par le terrorisme de l’OAS, y ont perdu la vie et ne sont plus là pour en témoigner. Elle disait son écoeurement devant la décoration de la légion d'honneur de certains membres de l'OAS par Chirac et Sarkozy: Michel Alibert en 2006; Gérard Baudry, Jean-François Collin et Hélie Denoix de Saint Marc entre 2007 et 2011. Et son soulagement à voir ces décorations révoquées par François Hollande. Position nouvelle de l'Etat français sur la question de la guerre d'Algérie. 

Pourquoi écrire aujourd'hui? Parce que les années Sarkozy ont poussé une politique de mémoire révisionniste qui consistait à glorifier d’anciens terroristes de l’OAS et négationniste par le mépris dans lequel étaient tenues les victimes de cette organisation. Le 1er mai 1995, Brahim Bouraam était poussé dans la Seine par un jeune du Front National. Le 5 juin dernier, Clément Meric était frappé à mort à Paris par un membres des jeunesses identitaires. Alors, oui, écrire pour ne pas être complice et jeter la luimière sur les conséquences des mouvements identitaires nationalistes.   

Delphine Renard termine son livre en racontant le dévoilement de la plaque en mémoire des tués du métro Charron par le marie de Paris,Bertrand Delanoë, le 6 octobre 2012.

Ce qui était "juste" des mots, puis juste le dévoilement d'une plaque, devenait aussi tout un signal.

Le choix d'une vie.

OAS, DElphine Renard, LE Pen, extrême droite, tu choisiras la vie
 

16:46 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oas, delphine renard, le pen, extrême droite, tu choisiras la vie | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.