sylvain thévoz

19/03/2013

L'économie genevoise progresse

Bonne nouvelle, l'économie genevoise progresse! C'est l'Office cantonal de la statistique qui l'annonce aujourd'hui. Et selon les estimations trimestrielles du produit intérieur brut (PIB) cantonal, la croissance de l'économie genevoise s'accélère légèrement au quatrième trimestre 2012.  Le PIB genevois croît même de 1,6% par rapport au quatrième trimestre 2011, soit une hausse plus importante qu'à l'échelon national!Cocorico? On pourrait être tenté de se taper sur le ventre et se dire qu'à Genève on continue de créer de la richesse. Mais alors pourquoi notre canton a-t-il le plus haut taux de chômage de Suisse? Mais pourquoi l'augmentation des dossiers ouverts à l'hospice général se poursuit-elle ? Cela amène un premier constat. Nous sommes certainement plongés dans une société toujours plus riche mais aussi toujours plus inégalitaire. Il y a donc deux questions que nous devons affronter: comment continuer de produire de la richesse, mais surtout, à qui profite celle-ci et comment mieux la répartir afin qu'elle ne satisfasse pas seulement un nombre toujours plus restreint d'individus ?

Pour l'ensemble de l'année 2012, une première estimation mène à une hausse du PIB de 1,1% par rapport à 2011. Il est bon de se réjouir de ces résultats globalement positifs. Ils nous autorisent, en passant, à nous poser des questions sur l'acharnement des partis de droite à couper à tout prix à la hache dans le budget cantonal 2013, d'une manière préventive en quelque sorte. Pensent-ils que le canton se gère comme une multinationale qui licencie préventivement afin de maximaliser ses revenus? Les coupes préventives sur un budget par définition projectif jettent dans la précarité la vie de nombreux citoyen-ne-s, d'associations, d'entreprises, qui sont eux aussi des micros-moteurs de croissance, pour atteindre un équilibre de zéro déficit uniquement théorique. 

En parallèle, et pour colorer d'une autre teinte ce tableau économique, le ralentissement de la croissance se confirme par rapport aux deux année précédentes (+4,2% en 2010, +2,3% en 2011). La richesse croît donc alors que la croissance baisse. Qu'est-ce qui peut expliquer ce double mouvement paradoxal ? Le fait que ce PIB en augmentation soit lourd d'inégalités, de rabais d'impôts forcés pour les hauts revenus! Il nous faut donc interroger la nature de cette croissance, car si elle profite aussi peu à la collectivité, n'est-elle pas source aussi de régressions et de coûts futurs qui ne sont pas encore pris en cause? 

Le PLR, en attaquant le budget 2013 et réduisant de 100 millions les prestations et services pour les habitant-e-s et donc une meilleure répartition des richesses, a fait la démonstration que les inégalités sociales lui importent peu. Bon, après tout, c'est logique, c'est dans l'essence de son projet politique, mais que l'UDC et le MCG, partis dit "populistes" se soient alliés à eux dans cette OPA sur le budget collectif du canton identifie clairement ceux qui se cachent sous le voile du budget fantôme comme des porteurs de cagoule cherchant le casse du siècle: 100 millions piqué à la population!  

Puisque l'économie genevoise progresse, il est essentiel d'en réserver les bénéfices au plus grand nombre plutôt qu'à un nombre restreint de happy fews et de faire supporter les charges aux autres.       

 

 

21:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget2013, impôts, gc, répartition, richesses | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.