sylvain thévoz

16/09/2012

Les poumons de ma constitution

2112, on fête les cent ans de l'adoption de la Constitution genevoise dans la joie. Les quais de la rade sont bondés, les gamins jouent aux cyclistes et aux klaxonneurs. On se rappelle avec perplexité, qu'ici et là il y avait une route, un parking, des ponts routiers. Comme les archéologues déterrent des os d'australopithèques et les astronautes un caillou d'une planète lointaine, on a de la peine à croire qu'il y a cent ans, régnait le tout bagnole, que des centaines de kilomètres étaient dévolus à des bandes de bitumes coûteuse qu'il fallait sans cesse remplacer; que les piétons, les cyclistes étaient entassés sur des trottoirs pour laisser la place aux véhicules à moteur.


2112, on fête les cent ans de l'adoption de la Constitution genevoise dans la joie. Le métro aérien de Genève propulsé au solaire passe au-dessus des têtes. Son installation en 2030 a libéré l'espace au sol, on a pu construire. Son financement a été rendu possible grâce au glissement des budgets faramineux d'entretien des routes vers le développement de la recherche. Grâce à la mobilisation citoyenne et l'article.19 de la Constitution qui pose le principe que toute personne a le droit de vivre dans un environnement sain. Il y eu aussi la série de décès de 2020, dû à l'aborption continue de particules fines produites par les moteurs à explosion durant des années, les gamins cachexiques. Les gens ne voulaient pas crever. C'était la bagnole ou leur santé. Le risque du changement ou l'enlisement dans le connu. Les genevois.e.s ont alors choisi, ils ont dit oui à la vie.

2112, on fête les cent ans de l'adoption de la Constitution genevoise. Les anciens ont connu les bouchons, agglomérats de taule et de plastique. Les jeunes ont de la peine à comprendre, il faut leur expliquer longuement en faisant des dessins sur le sol: il y a avait une seule personne dans une voiture.  Quoi, une seule? - oui, une seule. Et ainsi 100 personnes couvraient un terrain de football. Quoi? Oui, c'était comme ça, personne n'avançait, les gens devenaient dingues, ils étaient prêts à se cogner dessus. - Et les gens s'asseyaient dans leur voistuquoi? - Dans, leur voiture, oui, invention du 19e siècle, obsolète au 20e radiée de la planète en 2040. Trop polluante et consommatrice de ressources naturelle. 

2112, on fête dans la joie les cent ans de l'adoption de la Constitution genevoise. Les vieux racontent : on l'a échappé belle. Tout d'abord, il y a pile cent ans, il y eu une petite votation pour piétonniser 50 rues piétonnes. Vous auriez dû voir le ramdam pour fermer 50 petits bouts de rue. C'était un combat idéologique, entre ceux qui allaient vers le monde d'aujourd'hui et ceux qui voulaient rester dans celui d'hier.  A l'époque il y avait des défenseurs acharnés du tout bagnole - quoi des défenseurs pour ces chars à boeufs mécaniques? Oui, oui. Fallait pas toucher aux vaches sacrées.

Les genevois-e-s ont d'abord voté pour les rues piétonnes, c'était le premier signal du changement, un premier oui au désengorgement. Puis, la Constitution a été adoptée, en route vers le changement! C'est ce qui nous a permis de mener une lutte efficace pour une vie harmonieuse entre l'homme et ses machines. L'article 157. L'Etat protège les êtres humains et leur environnement. Il lutte contre toute forme de pollution et met en oeuvre les principes de prévention, de précaution et d'imputation des coûts aux pollueurs. L'exploitation des ressources naturelles, notamment l'eau, l'air, le sol, le sous-sol, la forêt, la biodiversité et le paysage, doit être compatible avec leur durabilité. nous a permis d'avoir enfin un article constitutionnel pour résister.

Les années suivantes, rien n'a été facile. Un article n'est pas une loi, une loi n'est pas toujours appliquée. Toujours plus de trafic, d'avions, une ligne continue de transports lacustre entre Lausanne et Genève. Il a fallu lutter pour conserver un environnement sain dans une ville toujours plus dense, économiquement tonique; pour protéger la santé de l'humain et pour que les plus riches vivant sur les hauteurs de la ville au Salève ou en campagne, pendant que la populace s'entassait au centre au milieu des fumées se sèvre de sa bagnole et prenne les transports publics pour le bien commun.  

2112, on fête les cent ans de l'adoption de la nouvelle Constitution dans la joie. Genève a dépassé le million d'habitant-e-s. Elle véhicule au solaire ses bateaux, ses téléphériques et ses métros. Les hommes et les femmes vivent désormais jusqu'à 130, 140 ans. Ceux qui ont vécu cette période cruciale la racontent pour qu'on ne l'oublie pas. Cela fait rire les gamins, mais leur fait aussi un peu peur. Ils réalisent que si papy et mamy n'avaient pas lutté pour un environnement sain, pris leur responsabilité pour voter oui et oui et encore oui au changement, ils ne seraient sûrement déjà plus de ce monde ou n'y seraient même jamais venus..... 

 

10:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : constitution genevoise, rues piétonnes, pollution, genève, utopie | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.