sylvain thévoz

29/07/2012

Pour un premier août métisse

Et si la fête nationale du 1e août devenait véritablement le signe de ralliement d'une Suisse plus respectueuse de ses diversités et ouverte sur l'avenir? Si elle incarnait la fête de l'élan pour le temps à venir, celui du nécessaire, incontournable métissage de la société helvétique en une société dont le, la migrant-e- est et sera toujours plus une pièce maîtresse ? Si les feux sur les montagnes étaient enfin un signal d'accueil de l'étranger-e, un appel à la diversité plutôt qu'un repli vers un essentialisme passéiste? Et si la communauté nationale s'entendait comme une base universalisable et négociable autour d'un devenir commun plutôt qu'une adhésion prescrite à un passé momifié?


Des initiatives laissent penser que le premier août peut survivre à la mélancolie des origines et aux tentations d'apartheid instituées par des interventions toujours plus virulentes en matière de droit d'asile et de droit des étrangers. La première est portée par l'association Tuos alias "une Suisse tolérante et ouverte" et la communauté de chrétiens et musulmans de Suisse (GCM). Elle unifie l'iftar du ramadan et la fête nationale suisse à la Maison des religions de Berne. L'UDC grommelle. Voilà, à ses yeux, la fête nationale salie. Mais au fait, cette fête nationale, elle appartient à qui? La réponse à cette question, délicate articulation entre passé présent et futur, ouverture à l'autre ou repli sur soi, ne se trouve pas sous les sabots d'une vache d'Hérens ou dans la recette du Vacherin, mais dans la capacité que nous aurons à renouveler nos imaginaires.

Deuxième initiative, celle du groupe Art et Politique (Kunst+politik) qui a décidé de célébrer la fête nationale en donnant la parole à ceux qui ne l'ont pas. 30 écrivain-e-s sont allé-e-s à la rencontre d'immigré-e-s de migrant-e-s sans papiers ou de requérant-e-s afin de relayer leur parole. Eux aussi font, à la place qui est la leur, la Suisse. L'immigration, même entravée, est notre espoir. En 2010, la population résidante permanente et non-permanente étrangère a augmenté de 39’200 personnes (+2,2%) par rapport à l’année précédente, pour se fixer à 1'837’100 personnes. En outre, 231’900 frontaliers travaillent en Suisse. Cette tendance va encore s'accentuer. La natalité helvétique est largement au-dessous des 2,1 enfants nécessaires à son renouvellement. Nous sommes prêts pour un papy-boom. La part des plus de 65 ans atteindra 25% en 2033. En 2050, c'est plus de 2 suisses sur 3 qui auront plus de 60 ans. Sans étranger-e-s: plus de retraites, sans les apports étranger-e-s, la Suisse n'existera tout simplement plus.

Cultiver avec trop de complaisance le culte du réduit national finira par en faire une fosse. Si les conditions plus strictes d'intégration imposées dans plusieurs cantons ont eu pour conséquence de réduire le nombre d'étrangers obtenant le passeport suisse, notre société vieillissante, arc-boutée sur la défense d'un espace protégé, se condamnerait à péricliter. Opposant toujours plus des helvètes disposant d'un droit politique (pas forcément utilisé) et un quart de la population, étrangère, dépourvu de ces mêmes droits, le hold-up démocratique serait presque parfait. Les Suisses de l'étranger ont le droit de vote, pourquoi ne pas l'octroyer aux étrangers de l'intérieur? J'y vis, j'y vote! Je cotise pour vos retraites, participe donc aux décisions politiques.

La Suisse de demain sera toujours moins la Suisse des Suisses mais de ceux et celles qui s'y identifient et contribuent à sa prospérité. La fête nationale avec lampions, barbecue et dans l'esprit festif qui est le sien incarne un élan vital. Celui d'une société, assemblage de différences, rendant hommage à ses origines, à ses ancêtres, non avec nostalgie ou repli mais inspiration et ouverture. Le premier août est, de fait, une fête des nouvelles alliances, du risque de la rencontre, de l'ouverture à l'autre. La meilleure manière de lui rendre hommage et d'en renouveler l'expérience métisse, encore et encore et encore....

17:53 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête nationale, immigrations, étrangers, suisse, politique, intégration | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.