sylvain thévoz

06/07/2012

Sexe partout jouissance nulle part?

Le genre est à la mode, et le sexe, on en cause? Vous allez me dire: c'est égal d'en parler, du moment qu'on en jouit. -Oui. Et puis: le sexe est partout, sur tous les supports, de la vente de yoghurt jusqu'à la bagnole électrique, partout une paire de seins ou de fesses pour appâter le client, affoler la cliente dans un jeu de miroirs narcissiques: si c'était elle, si c'était moi... - Oui. C'est juste. Mais ne faut-il pas aussi penser: sexe partout, jouissance nulle part? D'ailleurs, entre boulot angoisses gamins et pognons, le temps dévolu à ça ne se réduit-il pas comme peau de chagrin? L'université de Berne a interrogé 2070 personnes de 15 à 60 ans sur internet.  Résultats? 33% des sondés déclarent ne pas avoir de rapports sexuels, 40 % à peine un rapport une fois par semaine. Une femme sur deux a avoué avoir simulé l'orgasme à plusieurs reprises au cours de sa vie. Chez les mecs, un homme sur dix l'a fait. Ah, elle semble loin la révolution sexuelle où l'entame c'était: on boit un café ou on couche? Je vous parle d'un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître....

 


Un livre : la révolution sexuelle vue par la presse underground (Ed. de la Martinière), fait le bilan: La révolution sexuelle s'est fait récupérer! Eh oui. Le sexe ne semble plus bon que pour la vente ou internet (voire les enfants -on vire catho-), à faire des millions avec des images et de la branlette (à la limite une famille). Avec le sperme, on fait du pognon, et seule la machine à fric semble encore bonne à jouir. Provocation? Même les femens, mouvement politique de contestation ukrainien nous mettent dans le jus. Ce sont leurs seins nus qui servent leur cause anti-machiste ou la cause qui sert l'exhibition des seins pour le plaisir des hommes? En tous les cas, les medias se régalent. Mais la misère sexuelle guette (c'est l'université de Berne qui le dit). Etat des lieux: le capitalisme n'est-il pas une fabrique à bipèdes frustrés, en manque, portés par la promesse de l'assouvissement repoussé ou alors supporté par l'injonction matérialiste et non-gratuite : va acheter de quoi te calmer cela te comblera (ou alors va te faire ...).

 

En capitalisme, le sexe: fétiche consommatoire du marché ou icône du refoulé? Exhibition pornographie ou rencontre intime?

 

Dis, toi, tu coucherais avec un-e- arabe? Le film Would you have sex with an arab de Yolande Zaubermann qui sortira en septembre répond à la question. La metteure en scène demande à des israéliens s'ils pourraient avoir une relation sexuelle avec un arabe et à des Palestiniens s'ils le pourraient avec un juif. Elle, elle a choisi de mettre le sexe en mots. Et les réponses soulèvent la question de la dimension politique du sexe et des sentiments dans le fait de coucher avec l'autre, celui, celle, qui représente l'intouchable: l'étranger ou l'ennemi.

On essaie de rapatrier le questionnement ici? Dis, toi, tu couches avec qui? Avec des expats, des plus pauvres, dans ta classe sociale ? Tu pourrais coucher avec un-e rom? Un-e- frontalier-e-? Avec Stauffer, un-e- PLR? Oui? Ah bon. Tu réponds: l'amour et les sentiments transcendent les couleurs de peau et les orientations politiques. C'est vrai. Mais je vois tellement peu de couples mixtes dans cette ville que parfois j'ai peur que ce soit un mythe, et que la révolution sexuelle se soit non seulement fait récupérer dans les livres et sur les écrans, mais aussi dans les têtes et la réalité. La peur domine. Interdit ouaté de la mixité, des rencontres libres, de l'accès démocratique au plaisir. Les catégories et les représentations dévorent le réel. Mais toi, ça va, je suis presque sûr que tu te dis que ta situation n'est pas désastreuse et que l'université de Berne exagère.

 

Et dans les baraquements de l'aide aux réfugiés, à dix dans une cave, ou dans les abris de la protection civile, séparé de ta famille et de tes gosses, tu coucherais aussi, dis?

 

 

 

 

 

07:53 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, commerce, &, politique | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.