sylvain thévoz

20/05/2012

Poutine à la sauce Québecoise

images.jpgLa Poutine a un goût soviétique au Québec ce printemps. Suite aux manifestations étudiantes contestant les augmentations par le gouvernement libéral des droits de scolarités, une loi liberticide (sur le modèle de celle dont s'est dotée Genève!) établit des normes strictes pour les rassemblements de plus de 50 personnes. Cette loi oblige les manifestants à fournir, 8 heures à l'avance, des détails sur les trajets des manifestations, leur durée. Les associations étudiantes qui n'encouragent pas les membres à respecter la législation (on ne parle même pas d'incitation à la transgresser!) recevront des amendes variant de 25'000 à 125'000 dollars canadiens (équivalent francs suisses) ; de 7000 à 35'000 dollars pour les leaders. Ce sont donc la liberté de manifester et le droit de s'opposer démocratiquement qui sont sanctionnés, et durement! De plus, cette loi votée dans l'urgence sera en vigueur jusqu'au mois de juillet 2013 (alors que des élections provinciales doivent avoir lieu avant la mi-avril 2013). Le parti libéral de monsieur Charest muselle donc purement et simplement l'opposition jusqu'aux élections. Un air soviétique glace le Québec.


Les associations étudiantes annoncent que cette loi 78, antidémocratique, ne fera que durcir les tensions et inciter les casseurs à descendre dans la rue. Les événements des derniers jours à Montréal leur donnent raison. Le gouvernement se cabre, réprime. La violence, sur le terrain, redouble. Un homme dans la trentaine a été gravement blessé par une balle en plastique tirée à bout portant. Les citoyens se font arrêter sur leur balcon ou sur les terrasses lorsqu'ils témoignent de leur soutien aux mouvements estudiantins. Les violences policières redoublent, Montréal flambe et les citoyens se font matraquer dans la rue. Un autobus scolaire rempli de professeurs qui voulaient appuyer le mouvement des étudiants a été intercepté de manière préventive afin d'éviter que le mouvement (ayant pourtant obtenu mandat de grève démocratique) prenne plus d'ampleur. Le gouvernement libéral de monsieur Charest jette de l'huile sur le feu. Calcul politique?

Depuis Genève, peut-on faire quelque chose? Oui. Tout d'abord, si le Maire de Genève, certes libéral-radical, Monsieur Pierre Maudet, ne veut pas faire passer sa propre ligne politique avant la mise en avant de l'esprit de Genève, il doit, sur ce dossier, agir. Cela, afin de démontrer que si des lois liberticides sont votées, elles ne doivent pas automatiquement être appliquées. Une lecture politique, raisonnée, doit prévaloir afin d'éviter de pousser bêtement des mouvements démocratiques dans les bras de la violence et du terrorisme urbain.

Genève et Vernier font partie de l'association internationale des maires francophones (http://www.aimf.asso.fr). Devant les violations manifestes des droits de l'homme qui ont lieu au Québec, Genève et Vernier ne doivent pas rester les bras ballants et pourraient, par exemple, interpeler l'AIMF en l'incitant à prendre contact avec les villes membres québecoises, que ce soit Montréal, l'union des Municipalités du Québec (UMQ), ou la Fédération Canadienne des Municipalités, pour leur demander de suspendre l'application de cette loi 78 liberticide et antidémocratique. Une déclaration de principe de l'AIMF est-elle possible? Oui, mais le Maire de Genève aura-t-il l'audace de la demander ? Et qu'est-ce qui pèsera le plus lourd dans son choix: la défense d'un radicalisme de principe, fût-il liberticide, ou le soutien à l'avenir d'une jeunesse?

Genève, hôte de nombreuses associations de défense des droits de l'homme, garante de l'esprit de Genève, ne peut cautionner l'application d'une loi et de violences qui vont à l'encontre de l'un des premiers droits démocratique des citoyens, celui de manifester. Les moyens d'agir existent, Genève peut et doit bouger; et l'ambassade du Canada à Genève en prendra certainement aussi bonne note..

 

 


22:08 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : québec, montréal, droits sociaux, droit de manifester, aimf, grève, étudiants | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.