sylvain thévoz

15/05/2012

Sainte Dympna priez pour nous!

dymphna.jpg15 mai, jour de fête ! Celui de Sainte Dympna, sainte patronne des malades mentaux et de leurs soignants. Son histoire ? Dympna vécut au 7e siècle, fille d’une princesse chrétienne et d’un roi païen. Sa mère mourut alors qu’elle était en bas âge. Son père alors, fou de chagrin, chercha à la remplacer et ne trouvant personne d’égal à la défunte, fut pris envers Dympna d’un désir incestueux. Celle-ci s’enfuit alors en Belgique, accompagné d'un prêtre. Pistée par son père, le plaçant devant son refus de céder à son désir, il la décapita. Suite à son ensevelissement, le tombeau de Sainte Dympna devint un lieu de pèlerinage et de guérisons pour les personnes atteintes d’épilepsies, d’envoûtements, et de maladies mentales.


La ville de Geel, proche d’Anvers, abrite jusqu’à nos jours un asile d’aliénés et fonctionne, tout comme la clinique de « la Borde » en France, sur un modèle antipsychiatrique ; les habitants offrent à leur domicile un accueil pour des personnes mentalement ou nerveusement souffrantes ainsi que pour les victimes d'inceste, d'abus sexuels. Fête patronale de l’hôpital psychiatrique de Malévoz en Valais depuis 2011, elle est une occasion d’interroger le rôle de la spiritualité dans le monde matérialiste et consumériste d’aujourd’hui.

Bernard Forthomme, dans son livre « Sainte Dympna et l'inceste, de l'inceste royal au placement familial des insensés » décrit ainsi l’inceste : « Il est la forme majeure du repli sur soi, sur la lignée, sur la famille, sur des moeurs personnelles et décadentes, voire une utopie de la réconciliation ou de l'union ». N’y a-t-il pas là un parallèle à faire, avec certains mouvements politiques prônant le repli sur soi, sur des modes type « village Astérix » où l’autre forcément  étranger, est tenu à distance ou rejeté. La xénophobie, allergie à l’autre et donc culte voué au même, n’est-elle pas, par définition même, incestueuse ? Sainte Dympna nous te prions pour notre République où folie, culte de l'inceste, détresses psychiques se disputent le haut du pavé.

En ce 15 mai, jour de fête, on te priera, Sainte Dympna ainsi : « Sainte Dympna, doux refuge et protectrice des absents, veillez sur nous et ramenez-nous sains et saufs parmi les sains d'esprits. »

Très chère Sainte, bonne fête en ce 15 mai, jour de ton illustre patronage. 

00:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : santé mentale, spiritualité, politique psychique | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.