sylvain thévoz

11/09/2011

Suisse Black-Blanc-Balkan 1, UDC 0.

Xhaka, Mehmedi, Emeghara, Nassim Ben Khalifa, Seferovic, Eren Derdiyok, ces noms vous disent quelque chose? Non? Allons donc, c'est pourtant l'avenir de la Suisse, une jeunesse qui a permis à ce pays d'être championne du monde de football des moins de 17 ans il y a deux ans.  Cet automne, alors que les publicités de l'UDC font le murs (défensif) du pays en vue des élections au conseil national du mois d'octobre, récidive: un jeune homme, Xherdan Shaqiri, dans un match de qualification pour la Coupe du monde contre la Bulgarie envoie trois missiles au travers des défenses et des préjugés de tous bords pour rappeler aux tenants du catenaccio et des systèmes défensifs, que cette génération black-blanc-balkan a du ressort et de l'envie. L'immigration a du bon, elle invite aussi des champions!


Alors, les Blocher, Brunner, Freysinger, des vétérans qui ne supportent pas l'émergence de nouvelles classes dans les ligues supérieures? Ou plutôt, des petits patrons du politique-business, des champions du mercato et des transferts internationaux qui veulent contrôler les flux de nouveaux joueurs pour remplir les caisses (électorales) de leur fond de commerce, quitte à s'essuyer les crampons sur les champions de demain, bloquer le développement de talents, en priver le pays?  On peut se poser la question. Car quel geste anti-nationaliste que celui de se priver de travailleurs et d'ouvriers qui souhaitent s'engager avec leurs compétences et leurs enfants au profit d'un pays d'adoption! Carton rouge au statu-quo rétrograde, et à la recherche frileuse du 0-0. La Suisse gagne quand elle ose. Aujourd'hui afro-balkanico-asiatique, elle le sera demain encore plus. Plutôt que de camper sur des positions défensives déprimantes, redoublons d'effort pour la formation, le développement de structures sportives, mais aussi culturelles, éducationnelles et sociales de qualité afin que, au grand jeu social, nul ne reste sur la touche, et que la Suisse, ses habitant-e-s, du premier au dernier, sorte gagnante du match économique et social.

20:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sport, intégration, immigration | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.