sylvain thévoz

21/09/2018

Un peu de courage Monsieur Maudet

42227085_10156478833111826_285982815470747648_n.jpg

Cher Pierre Maudet,

Je constate que vos affaires, vos mensonges continuent de prendre une place démesurée, dans la presse, dans les conversations des gens, et qu'elles commencent sérieusement à lasser, assurément à agacer, voire créer des conflits entre les citoyen.ne.s.

 

Vous en êtes pleinement responsable. Vous entretenez de ce fait un climat impropre à la bonne gestion du Canton. Un Conseiller d'Etat doit servir la collectivité, pas la déchirer. Vous avez certes vos groupies; une poignée de ceux-ci vous défendront certainement jusqu'au bout, mais la grande majorité ne vous comprend plus.

Vous pouvez vous barricader, nier une partie de la réalité, vous comportant comme ces militaires assiégés qui s'enferment dans un bunker avec leurs proches, spéculant sur un joyeux renversement de situation. Vous pouvez continuer de croire à une réalité parallèle. Est-ce du courage ? Je ne crois pas.    

Je ne suis pas un vautour, je ne crie pas avec les hyènes. Je suis un citoyen lambda, élu député pour une durée limitée, travaillant à côté de cet engagement pour la collectivité, ayant prêté, tout comme vous, serment de servir la République et les institutions. Chaque jour qui passe, nous découvrons le lourd coût pour la collectivité de votre combat personnel.

Le respect que certains pouvaient avoir pour vous s'est étiolé devant ce que vous imposez à la collectivité pour votre propre salut. Votre peau n'intéresse pas les Genevois.es. Nous souhaitons simplement que l'Etat fonctionne d'une manière adéquate et transparente. Menez votre combat de votre côté, laissez la collectivité tranquille. Avec vous au milieu, aujourd'hui, ce n'est plus possible. 

Ce n'est pas une élection qui vous a amené au pouvoir, mais un serment pris devant le peuple: votre main levée et une promesse de le servir plutôt que de vous servir et de protéger la République plutôt que de vous en protéger. Il y a une force de ce qui est juré devant la collectivité qui nous lie. Vous avez brisé ce lien. 

Comme la presse en a rendu compte, l'ensemble du Grand Conseil a voté ce jeudi soir votre levée d’immunité pour les besoins d’une enquête pénale. Vous êtes désormais soumis à la justice. C'est déjà mieux que d'être entre les mains de vos "amis libanais" qui vous tenaient par les roubignoles et vous ont peut-être fait chanter, sachant tout de votre voyage officiel à Abu Dhabi sur invitation du prince hériter Mohammed ben Zayed Al Nahyane, voyage que vous avez prétendu être privé, au mépris de la vérité, car vous y avez officiellement été invité comme Conseiller d'Etat et que vous avez été payé pour cela. Ce sont des faits, que vous avez finis par reconnaître. 

Vos "amis libanais" savaient tout de tous vos petits arrangements et dissimulations en marge de ce voyage sur lequel vous allez maintenant vous expliquer devant la justice. Sur ce point vous n'avez toujours pas pris soin de dire la vérité aux Genevois.es: qu'êtes-vous allé faire là-bas, il y avait-il des contreparties à ce voyage, avez-vous favorisé vos amis, quel était votre deal avec l'ancien président du Conseil d'Etat François Longchamp ? Peut-être avons-nous échappé au pire, mais peut-être le pire est-il encore à venir. Le temps qui passe n'est pas le temps de la normalité. Il est le temps de la suspicion, du trouble et des insondables conséquences de vos mensonges que vous continuez à accroître, encore et encore. 

Vous vous accrochez au pouvoir et nous ne savons pas qui vous tient, et nous ne savons pas jusqu'où vos mensonges vous ont rendu servile et redevable. 

Certains disent que c'est maintenant à la justice de faire toute la lumière. Certes. Mais c'est aussi à vous, au nom de votre serment de dire enfin la vérité si vous en êtes capables, et c'est à chacun.e de l'exiger de vous. Si vous ne le pouvez pas : démissionnez. La justice doit pouvoir travailler sans que l'un des hommes encore puissant de cette République, ne garde, au bénéfice de son poste, ses réseaux, ses contacts, ses informateurs et moyens de pression au coeur même de l'Etat. Vous ne pouvez prétendre en même temps être Conseiller d’état et prévenu. Ce mélange des genres est intenable et nocif pour la république, destructeur pour la confiance qu’ont encore les gens dans les institutions. 

Vous pouvez certes vous accrocher au pouvoir. Vous pouvez même agiter vos troupes pour qu'elles vous laissent entendre que vous êtes irremplaçable. Vous pouvez, seul contre tous refuser la transparence, et la clarté, utiliser vos réseaux pour sauver votre carrière politique. Vous montrez par là clairement le peu de valeur que vous accordez à notre système démocratique. 

Vous pouvez être animé par un esprit de revanche et de reconquête. Personne apparemment ne peut vous obliger à changer pour devenir un homme nouveau, ayant fait place nette de ce mélange des genres que vous affectionnez encore aujourd'hui. Vous pouvez mettre vos forces et votre énergie à assurer et organiser votre défense face aux lourdes accusations pénales qui pèsent à votre encontre, plutôt que d'essayer encore de vendre un bilan politique.

Devrons-nous attendre que vous connaissiez votre timing judiciaire et que vous ayez évalué vos chances de rebondir ou pas pour que vous démissionniez ? Un peu de courage Monsieur Maudet, arrêtez de vouloir tout contrôler en entraînant l'Etat dans vos turpitudes.

Le vrai courage, ce n'est pas d'essayer de tirer tout le monde par le bas, pour prétendre que, même à terre, vous maîtrisez encore votre sujet.   

 

Illustration : Patrick Chapatte @LeTemps

.........................

www.sylvainthevoz.ch

15:15 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : maudet, politique, collectivité, bien commun, pouvoir, mensonge, abu dhabi, pénal, inculpation | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/09/2018

La sieste : discipline amoureuse

La sieste demande un entraînement de fond et une pratique constante pour atteindre à l'excellence. Tout d'abord, l'échauffement est important: étirement, décontraction. On ne s'engage pas à froid dans une sieste.

Il faut bien préparer son oreiller pour poser sa tête dessus. Pas n'importe comment mais délicatement, en relâchant une à une les vertèbres du cou. Un amateur de la sieste posera sa tête n'importe comment, comme on dépose un sac trop lourd rapidement et avec soulagement. Mais cela ne va pas. Car on risque de se réveiller soit avec un torticolis, soit une crampe, ou même les deux. Méchante blessure de l'amateur, signature du novice. L'apprenti du roupillon qui pense qu'il suffit de s'effondrer et sombrer à n'importe quelle heure du jour pour penser faire une sieste ne fera guère plus que s'assommer un peu.

Un siesteur expert saura se couler dans l'oreiller avec délicatesse, s'y creuser un petit nid moelleux pour son occiput, se réveillant ainsi avec un cou aussi tonique et souple que celui d'un girafon. Quelque soit le lieu, il saura entraîner une sieste de qualité : un bout de banc, la vitre d'un wagon de train, une banquette quelconque ou même le sol brut, qu'il pleuve ou qu'il neige. 

Le plus beau sport, c'est la sieste. Il est étonnant qu'elle ne soit pas encore admise comme une discipline olympique. Eh, quoi, les boules, le bridge, l'automobilisme sont bien reconnnues par le CIO, pourquoi pas le petit roupillon alors ?

Réussir un petit somme demande d'importantes compétences techniques. La nage, le football, le cyclisme, n'importe qui peut y exceller, c'est à la portée de chacun.e. Mais la sieste non, c'est autre chose. C'est d'un autre niveau, c'est l'un des sports le plus technique et pointu. La Formule 1 ou la descente à ski ne demandent qu'à se laisser glisser. Et si n'importe qui sait faire tournicoter un volant entre ses mains, il est bien plus difficile d'orienter son souffle et le faire tourner dans son corps en soulevant doucement sa cage thoracique puis son ventre, bien reposer ses jambes, et savoir se relâcher avec souplesse. Essayez pour voir. Respirer doucement, non seulement par le nez, mais chaque narine en alternance, et sans ronfler, qui peut en dire autant ! 

Se crisper, tout le monde y parvient automatiquement, grincer des dents aussi, serrer des poings, mais se détendre jusqu'à l'abandon, c'est bien plus select.

 

  

S'endormir, c'est facile, mais siester c'est autre chose

Bien sûr, le siesteur amateur dormira une heure et même deux parfois, d'une traite, brutalement, ce qui n'est plus une sieste mais presque de l'hibernation. On change totalement de catégorie à ce moment là. Or, tout l'exercice d'une sieste est de contrôler à quel moment on se réveillera. Tous les médecins l'affirment : une sieste c'est 15mn maximum. Au delà c'est contre productif, c'est raté.

Mettre un réveil pour s'alarmer et se réveiller en sursaut? Ruine de l'âme. Autant siester en se chronométrant ou en se dopant en prenant un quart de somnifère. Là encore, cela effacerait tous les bénéfices de la sieste.

Non, une vraie sieste de compétition, une sieste de médaille d'or,  hors catégorie, ressemble à l'abandon. On y entre comme on en sort, comme un nageur qui rentre dans l'eau après une première brasse papillon avant d'y replonger, tout en décontraction et maîtrise.

Parvenu à ce niveau de pratique, on touche à la perfection. A quoi cela servirait-il finalement de militer pour l'abaisser à en faire une indiscipline olympique, alors qu'elle est une discipline amoureuse? 

Et en y réfléchissant bien, et après avoir dormi un peu dessus, je crois que le plus beau, c'est de partager sa sieste. Oui : une sieste pratiquée avec l'être aimé, en double, devient même bien plus qu'un sport : un art de vivre.

Eté comme hiver, à toute heure et en toute saison: si on faisait la sieste plutôt que la course?

 

.............................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

16:57 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/09/2018

Affaire Maudet : crash-test pour notre démocratie

Toute l'énergie que Pierre Maudet a mise pour se hisser au pouvoir - et il  faut lui reconnaître qu'il en a mis beaucoup- va être mise désormais au service de s'y maintenir à tout prix. Il n'y a ni surprise ni choc dans le fait qu’il cherche à préserver sa position. Qu’il refuse de s'appliquer à lui-même les règles et lois qu'il a appliquées sans pitié aux autres achève toutefois d’enterrer l’image du monsieur propre au service de la République que ses mensonges ont détruits. Cela démontre que ce n'est pas l'intérêt général qui était poursuivi mais la satisfaction de l'ambition d'un seul. Or, l'ambition et la volonté de puissance d'un homme, si grandes soient-elles, ne peuvent pas primer sur les institutions, surtout quand il est prouvé que ce dernier leur fait du tort comme jamais auparavant aucun politicien ne l'a fait. Pierre Maudet restera a-minima dans l'histoire comme le premier président du Conseil d'Etat inculpé.

Cet enfermement découle de choix assumés, de compromissions torves, de mensonges finement élaborés et répétés depuis des mois et des années pour tromper tout son monde. La justice fera certes toute la lumière sur la profondeur et les véritables motifs et bénéfices de ceux-ci. En attendant, le politique doit tenir son rang, assumer ses responsabilités, sans se décharger de celles ci sur le ministère public, au risque d’en sortir durablement affaibli. 

Il est inimaginable aujourd’hui que les institutions puissent fonctionner avec un homme qui sera inculpé sous peu, et qui n'incarne plus l'Etat. Maudet maintenu à sa tête, ce serait une preuve, la signature que quelque chose est définitivement corrompu dans la République. Aucun Etat démocratique ne peut l'accepter sans être mis en danger dans sa nature et son fonctionnement. Des mois et des années de mensonges ne peuvent se balayer avec un : faites-moi confiance pour solde de tout compte. Cela ne tient pas. 

La contrition tardive et forcée de Pierre Maudet, face caméras, sonne faux. Du choix de ses mots visant à se dédouaner, à la nouvelle réinvention d'une enième version, en jouant cyniquement de la carte affective, de sa famille, mettant ses enfants en avant, est une triste instrumentalisation et provoque le dégoût. Sa volonté de sauver sa place se fait sur le dos de la transparence et de la vérité. 

Pierre Maudet va s'accrocher. Il va utiliser tous les moyens pour rester au pouvoir: les mêmes que ceux qu'il a utilisés pour y parvenir, quitte à entraîner tout le monde et les institutions avec lui.

Mentir à la justice, à une commission de gestion, à des élus, à la presse, bafouer son serment, comme Pierre Maudet l'a fait, aucun élu ne l'a jamais fait dans l'histoire de Genève. C'est inédit. L'enjeu n'est pas aujourd'hui de gloser sur l'immoralité du mensonge, ou de philosopher sur la culpabilité, il est de reconnaître qu'un élu soupçonné avec qui la confiance est totalement rompue n'est plus en état de présider notre République sans continuer de lui causer un tort énorme.

Le 31 mai 2018 Pierre Maudet jurait main levée en faisant le serment suivant : «Je jure ou je promets solennellement: - d’être fidèle à la République et canton de Genève, d’observer et de faire observer scrupuleusement la constitution et les lois, sans jamais perdre de vue que mes fonctions ne sont qu’une délégation de la suprême autorité du peuple; - de maintenir l’indépendance et l’honneur de la République, de même que la sûreté et la liberté de tous les citoyens; - d’être assidu aux séances du Conseil et d’y donner mon avis impartialement et sans aucune acception de personnes; - d’observer tous les devoirs que nous impose notre union à la Confédération suisse et d’en maintenir, de tout mon pouvoir, l’honneur, l’indépendance et la prospérité. » Ayant bafoué ce serment, il doit en tirer les conséquences, point. Il n'est plus digne de la délégation de la suprême autorité du peuple.

 

En tant que politicien de milice. Je donne du temps et de l’énergie pour faire avancer des enjeux pour le bien de la collectivité. Sur des stands, dans la rue, je rencontre et écoute des habitant.e.s qui ont perdu confiance dans la politique. Ils disent : tous pourris, tous les mêmes. Ce qui me fait peur, ce serait de devoir admettre un jour que l'histoire leur a donné raison : que le mensonge et la dissimulation à un degré inouï peuvent l'emporter sur la justice et la transparence, et leur confiance être sciemment abusée. 

Contre les taux d'abstention et la démobilisation nous nous battons pour refaire du lien et redonner confiance. Cette confiance se mérite et se conquiert au-delà du verdict des urnes. Monsieur Maudet doit maintenant démissionner pour que cette nouvelle législature puisse traiter des enjeux importants pour Genève, pas de sa petite personne. 

L’affaire Maudet est un crash-test pour notre démocratie.

 

 

 

15:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook |  Imprimer | | |

21/08/2018

Fais-moi la bise ou je te déchois de ta nationalité

La Ville de Lausanne a donc décidé de refuser la nationalité suisse à un couple pour "bigoterie".[1] Il y aurait eu refus de serrage de mains, et pire encore, refus de parler avec des personnes de sexes opposés. Je mets ici le conditionnel, car cette version est celle du magistrat PLR Hildbrand, homme blanc droit dans ses bottes ayant mené cette affaire avec deux autres élu.e.s.

Nous n'avons pas la version du couple soumis à l'enquête. Aucun.e journaliste n'est allé leur demander pourquoi ils ont agit de telle ou telle manière. Il serait pourtant intéressant de les entendre. En attendant, l'Europe entière regarde vers la Suisse se demandant si la proximité avec la France commence à contaminer nos esprits et nous faire perdre le sens des valeurs ancestrales de notre pays: accueil, paix confessionnelle, liberté individuelle, respect des différences.[2][3]

 

Une commission des naturalisation de sinistre mémoire

Je dis cela, parce que vu, de Genève, où la commissions des naturalisations en Ville a laissé de sinistres souvenirs : des élu.e.s allaient chez les gens contrôler leur suissitude, et en profitaient pour faire, pour certain.e.s, des remarques grivoises, racistes, sexistes, avec parfois même des avances sexuelles; où le racisme ordinaire et intrusif pouvait se donner à plein dans des relations dissymétriques. Cette commission a été supprimé avec soulagement. 

A n'importe quelle personne normalement constituée, voyant débarquer chez elle un.e de ces élu.e.s, j'aurai recommandé la prudence, le silence, la fuite, ou l'appel à la police, comme meilleures réponses à apporter au "questionnaire". Mais quel.le candidat.e à la nationalité, connaîtra suffisamment ses droits ou sera assez sûr qu'ils seront respectés sans qu'il se voit sanctionné, pour appeler la police quand un.e élu.e débarque chez lui ? J'ai entendu les récits de stress et de panique de celles et ceux soumis à la question des commissions de naturalisation, pour savoir que tout simplement certain.e.s ne savent plus comment se comporter, ni traiter avec le pouvoir qu'ils ont en face d'eux.

Comme rappelait il y a dix ans la commissions fédérale contre le racisme : "Les procédures de naturalisation actuelles comportent le risque que les décisions soient influencées par des stéréotypes ou des idées xénophobes, voire racistes. Plus les organes de décision découlent de la démocratie directe, plus les décisions sont politiques et plus le risque d’arbitraire et de discrimination est grand." Cela n'a pas changé. La cour des comptes a fait un audit de la commission des naturalisations en Ville de Genève et un rendu un rapport sans concessions : "Les faiblesses relevées notamment au niveau de l’impact de l’organisation communale, des délais et des durées de traitement, ou encore de l’inefficience des processus communaux mis en place en matière de traitement des dossiers de naturalisation entraînent des risques financiers, opérationnels et de contrôle."[4]

 

Je demeure donc naturellement suspicieux quand trois élus font un rapport pour bigoterie en 2018, car cela rappelle plutôt les procès en sorcellerie du 15e siècle qu'une société moderne du 21e. 

 

Ce que l'on a a vu en Ville de Genève a conduit à la suppression de la commission des naturalisations. On ne peut que recommander à toute commune soucieuse du droit et de l'égalité d'en faire de même et d'éviter que des élus se rendent au domicile pour contraindre ou soumettre à la question des individus. Ils n'en ont toute simplement pas les compétences.  On ne s'improvise pas psychologue ou médecin, pourquoi s'improviserait-on faiseur de suisse ?  

L'attribution de nationalité est aujourd'hui une roulette russe soumise à l'arbitraire plutôt qu'à des critères objectifs. Ce sont les pauvres et les migrant.e.s, et les croyant.e.s et plutôt musulmans qu'évangéliques, qui casquent. Les examinateurs reproduisant simplement des stéréotypes sociaux, un racisme moyen, et les obsessions du moment.  

Les ploutocrates ayant fait fortune en bafouant les droits humains n'ont aucuns soucis à obtenir la nationalité suisse. A-t-on déjà vu un millionnaire se faire refuser le passeport rouge à croix blanche? Non. Car notre nationalité ne s'obtient pas, elle se paie. Et ceux qui ont le plus de moyens ont le plus de chance de l'avoir.  

 

Le pouvoir de la question 

Evidemment, lorsqu'un élu a le pouvoir de donner ou non une nationalité,  la pression est maximale, donc le stress, donc la peur. Ce stress explique certains comportements. Pourquoi le refus de serrer une main serait-il obligatoirement vu comme un refus de "valeurs suisses", et pas comme une marque de respect ou de pudeur par exemple ? On peut saluer de la tête. On peut mettre la main sur le coeur. On peut s'incliner. Il y a mille façons de saluer.

De la même manière que l'on s'offusque lorsque des demandes de naturalisations n'aboutissent pas parce que la personne soumise à la question ne sait pas nommer trois noms de fromage à pâte molle où le nom d'une obscure rivière des Grisons ou les couleurs d'un drapeau communal, n'est-ce pas tout aussi absurde de refuser la nationalité par manque d'appétence physique ? [5]

 

Désormais si le serrage de main est une composante obligatoire de notre société on comprends mieux pourquoi des mecs, quand une fille ne leur répond pas ou pire leur disent non, se sentent autorisé à leur péter la gueule. 

Car, finalement, c'est le même machisme qui s'exerce, celui de la contrainte et de l'obligation de répondre, au nom de la "culture", qui devient alors plutôt le cache sexe de la domination. La sanction punitive qui s'exerce quand il y a refus de s'y soumettre étant un signe d'abus de pouvoir. Je ne savais pas que l'obligation de toucher était une valeur suisse. Et le consentement, on en fait quoi ? C'est quoi l'étape suivante: si tu me fais pas la bise, je te déchois de ta nationalité ?  

Pour revenir à Lausanne, et à ce blocage pour des raisons encore à éclaircir d'une accession à la nationalité d'un couple, et pour conclure : J'aimerai  que l'on parle de la vie de ce couple, savoir si ces gens, par leur comportement, leurs actions quotidiennes, leur travail ou leur regard sur le monde, l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants, s'ils en ont, sont des gens vivant en paix, contribuant à leur échelle à une société respectueuse des différences. Et un mot, s'ils n'emmerdent personne. Cela me semblerait être la meilleure preuve du respect de nos coutumes (certes, elles tendent à se perdre, vu la place grandissante que la connerie prend désormais chez nous).

Personnellement, que madame me fasse la bise ou non quand je la croiserai à la Migros, et que monsieur se pinte le vendredi soir comme un "suisse moyen" n'est ni nécessaire ni souhaitable.

Quand je les croiserai, c'est d'un clin d'oeil complice que je les saluerai avec plaisir, murmurant certes vive la Suisse, mais surtout vivent les gens qui n'emmerdent pas trop leurs voisins. 

 

 

[1]https://www.letemps.ch/suisse/lausanne-refuse-naturali...

[2]https://www.la-croix.com/Religion/Islam/En-Suisse-refus-s...

[3]https://www.theguardian.com/world/2018/aug/18/muslim-coup...

[4]http://www.ekr.admin.ch/pdf/Einbuergerung_F_version_web69...

[5] https://www.letemps.ch/suisse/faiseurs-suisses-sevissent-...

...............................

www.sylvainthevoz.ch

09:32 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : nationalité, suisse, discriminations, arbitraire | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/08/2018

Le sexisme n'est pas un produit d'importation

Suite à la terrifiante agression de 5 femmes à Genève, des partis politiques de droite et d'extrême droite veulent amalgamer violence sexiste et étrangers. Ils essaient de vendre que le sexisme pourrait être limité à la rue et circonscrit à de hordes sauvages en rut, qui viendraient de l'extérieur. Rien n'est plus faux. En Suisse deux femmes sont tuées chaque mois par leur conjoint ou ex conjoint. Au total, une femme sur cinq a été victime de violences (physiques, sexuelles) au cours de son existence.[1] Les faits le démontrent. Le sexisme et les violences de genre sont largement répandues et touchent toutes les catégories sociales, professions, qu'elles que soient l'origine et la nationalité de leurs auteurs.

Le sexisme n'est pas un produit d'importation. Il se fabrique dans notre pays. Il est estampillé swiss made et se cultive dans ce pays depuis des générations, se transmettant avec le naturel de l'air que l'on partage. 

 

Ayant fait toutes mes classes à Lausanne, effectué mon service militaire à Savatan comme mitrailleur de montagne, joué au football jusqu'aux espoirs du Lausanne sports, je peux témoigner qu'au vestiaire, à la caserne, dans les réfectoires, les bonnes valeurs suisses qui m'ont été transmises, celles bien de chez nous, étaient celles du sexisme, de la domination masculine, de l'injure décomplexée, et du virilisme mal placé.

Pas besoin d'avoir fait une longue migration pour être persuadé qu'en tant qu'homme on est le centre de l'univers, car on y est éduqué. Il m'a suffit de suivre une scolarité normale, faire des études standard, et passer mes week-end dans le gros de Vaud et dans des camps de sport alpins pour devenir un bon petit mâle sexiste, bien dans la norme.  

Moi, Sylvain T, mâle helvète 

Les modèles que j'ai eu (à quelques notables exceptions près): du caporal à l'entraîneur de football au joueur professionnel de football doté d'une femme potiche sexy à ses bras, m'ont appris principalement à m'alcooliser en groupe, être initiée au royaume du porno, aux joutes de celui qui à la plus longue et se rit du plus faible... etc.,

Mon père, médecin, fils de paysan de la Broye n'a pas été ce que l'on peut appeler un gentleman avec les femmes et encore moins avec la sienne. Il était reconnu en société et a mené une carrière remarquable. L'homme à la maison montrait parfois un autre visage.

J'ai été éduqué dans un monde où le masculin était dominant, parlait fort, prenait une place maximale, devait être capable d'imposer sa puissance ou la faire subir. J'en ai été imprégné, naturellement. Je parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Mais quand je regarde autour de moi, je ne crois pas qu'il ait encore fondamentalement changé. Considérant le sexisme, on est encore à l'âge de pierre en Suisse. Et le plus grand risque vient de l'intérieur de notre caverne, pas de l'extérieur. 

Dévoilons ce sexisme que l'on ne saurait voir

Certains et certaines, notamment la présidente des femmes PDC Suisse, Babette Sigg, des leaders de l'UDC, aimeraient nous faire croire que la menace vient de l'extérieur, qu'elle est le fait de l'étranger et de migrant.[3]

Ce serait si "confortable" de protéger notre caverne patriarcale et penser que la menace vient d'ailleurs. Mais cette façon de penser revient à prolonger la durée de vie du patriarcat, maintenir un sexisme caché, et laisse entendre que le sexisme peut être circonscris à certains groupes exogènes.

Or, ce que les faits et l'affaire Weinstein, ou Dominique Strauss-Kahn parmi tant d'autres, ont mis en exergue, c'est plutôt que le sexisme touche tous les milieux. Bien souvent, les femmes étrangères sont victimes de violences de la part de bons petits mâles, suisses ou autres. Une violence institutionnelle s'exerce alors avec férocité sur ces femmes victimes de violences conjugales (crainte de porter plainte, obstacle au renouvellement du titre de séjour en cas de séparation, etc).[3]

 

Le couple : risque mortel

Le milieu le plus à risque est... le couple. La première question d'un.e docteur.e recevant une femme en en consultation devrait être : êtes vous en couple, comment cela se passe-t-il ? Avez-vous subi des violences durant les 6 derniers mois? Plutôt que de passer à côté des vrais enjeux en faisant comme s'ils se déroulaient ailleurs. La menace vient du conjoint, du voisin, de l'homme testostéroné et souvent alcoolisé, pas du passant dans la rue. Certain.e.s peuvent laisser la peur les envahir et les regarder du coin de l'oeil en serrant leurs poings ou leur son sac à main, mais croire que c'est là que se trouve le lieu du danger serait une erreur fatale. 

Etre en couple, pour une femme, est mille fois plus risqué que de sortir seule le soir dans la rue. Cela devrait nous alerter et inviter à adapter notre système en conséquence, même si nos mythes romantiques et autres odes à la vie privée en prendront un coup. Les violences de couple sont le fléau de notre société.

 

Que faire ?
Certain.e.s politicien.ne.s annoncent de nouvelles lois pour lutter contre le sexisme. Peut-être que cela peut-être utile, ou pas. Mais ce qu'il faut avant tout, et rapidement, c'est sortir de notre caverne et changer profondément les mentalités, les manière de se comporter et d'agir. C'est dans les têtes, dans les comportements, et dans les discours que le sexisme doit être dénoncé et éradiqué. C'est là que les violences se préparent, se tolèrent et se banalisent. 

Que faire ? Femmes comme hommes, augmenter la vigilance collective envers nos proches, nos voisin.ne.s, et nos sensibilités aux signaux d'alerte. Pas besoin d'attendre les bleus et les coups pour détecter, alerter, et se mobiliser collectivement, tout corps professionnels confondus : médecins, travailleurs sociaux, juges, infirmiers, politiciens, policiers, etc.,

Le sexisme n'est pas un produit d'importation. Il se fabrique et se cultive en Suisse avec méticulosité depuis la nuit des temps, alimentant et préparant le chemin de la violence psychologique, verbale, physique.

La violence sexiste est largement répandue aujourd'hui, est très largement banalisée encore.

Il est temps de faire ensemble, hommes et femmes, un ménage de fond dans notre caverne.

 

[1] https://www.rts.ch/play/radio/vacarme/audio/les-echos-de-...

[2]https://www.rts.ch/info/suisse/9778144-bisbilles-politiqu...

[3]https://odae-romand.ch/projet/femmes-etrangeres-victimes-de-violences-conjugales/

 

.....................................

 www.sylvainthevoz.ch

 

08/08/2018

L'anonyme et le génocide du parc La Grange

IMG_4319.jpgTa connerie est sans limite, toi, qui a fait deux croix ciblées sur deux visages de survivants du génocide du Rwanda au parc Lagrange, Genève, en ce mois d'août. 

Mais elle montre aussi, à revers, et malgré toi, toute la beauté et la force de ces photos, et le profond travail de Lana Mesic, qui nous oblige à réfléchir à la violence, au pardon et aux raisons profondes de ceux-ci.

 

 

Tu es passé devant cette photo et as choisi de l'attaquer en faisant deux croix noires sur deux visages noirs. Tu n'as sûrement pas compris qu'il s'agissait là d'un bourreau et d'une victime, que ces deux-là, plus de 20 ans après le génocide du Rwanda, nous donnaient, par leur geste et leur présence, par le fait d'avoir accepté de se retrouver ensemble, une incroyable et troublante leçon de vie.

 

Des croix, au Rwanda, il y en a eu environ 800'000 entre avril et juillet 1994, mais tu l'ignorais peut-être. Tu as pensé qu'il fallait ajouter les deux tiennes. Ou alors tu n'as pensé à rien. Hannah Arendt a beaucoup parlé de la banalité du mal. Le mal qui peut être à la fois banal et extrême, alors que seul le bien est radical... mais tout ça pour toi c'est peut-être comme du chinois quand tu tiens, puissant, ton petit feutre dans ta petite main.

 

Avant ce travail, l'artiste Lana Mesic dit qu'elle n'avait jamais touché la main d'assassins. Par cette série de photos,  elle montre les survivant.e.s et les agresseurs, côte à côte, s'embrassant, buvant ensemble, l'un debout, l'autre assis. Par ses photographies, elle rend compte de la proximité tissé avec celles et ceux qu'elle a choisi d'immortaliser. Elle nous permet de réfléchir à ce que signifie vivre côte à côte, après un génocide, avec les bourreaux de ses proches, avec ceux qui ont attenté à votre vie, et toujours avec les morts qui bien que morts, continuent d'être présents, et de peupler les mémoires.

Tu es passé à côté de ces portraits et tu as fait deux croix sur deux visages. Je me répète peut-être, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi. Par racisme, bêtise, ennui, volonté de nuire, méchanceté, inconscience? Plutôt que de chercher sans réponse les raisons stupides qui t'ont mené, je constate que malgré toi tu as réalisé une sorte de nouvelle oeuvre.

Oui. Malgré ta bêtise nihiliste, tu as crée une sorte d'égalité forcée entre le bourreau et la victime d'hier, qui se retrouvent encore presque davantage unis, soumis à ta même brutale stupidité. Ils deviennent des égaux, et toi seul, en intervenant, tu te distingues. Tu montres que le mal n'est jamais fixé sur une seule figure, mais qu'il la dépasse sans cesse, que ses racines sont si nombreuses et anonymes, qu'elles sont partout. Toi aussi, l'anonyme, tu joues ton rôle. 

Peut-être, certains diront que ce n'est rien. Juste deux croix noires sur une affiche rouge. Qu'il y a beaucoup de petites nuisances urbaines, petits tags et déchets divers, et qu'il ne faut pas monter sur ses grands chevaux pour si peu. Peut-être, oui, il y en aura ici pour dire cela et invoquer le hasard et demander de banaliser toute cela, hausser les épaules et regarder ailleurs.   

Moi, je n'y crois pas. Il y avait beaucoup d'affiches à griffonner. Pourquoi celle-là?

Que tu t'arrêtes pour biffer deux visages, dans un parc paisible d'un lieu de paix, montes bien haut ton bras, peut-être à la verticale pour, presque sur la pointe de tes pieds, être bien certain de barrer ces visages, comme pour les supprimer, cela ne devrait pas laisser indifférent. 

Je me demande si je te connais, si tu habites le quartier, es l'un de mes voisins.

Je me demande ce que j'aurais fait si je t'avais vu faire.

Comment je t'aurais traité. 

Et s'il y a eu des témoins, s'ils se sont tu ou ont essayé de t'interpeller.

Toi, passant anonyme, et sans visage.  

 

 

278593-13060388-LanaMesic_RW_francine01b_jpg.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.lanamesic.com/work

 

............................

www.sylvainthevoz.ch  

 

08:14 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : génocide, rwanda, la grange, mémoire, banalisation | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/08/2018

Genève, été 2050

Les plus ancien.ne.s ont quitté la ville. Comme chaque année désormais, c’est la transhumance; le déplacement vers les montagnes dès le mois de février pour y trouver un peu d’air frais, afin d'échapper à la fournaise.

Genève, été 2050. On l'appelle désormais l'Addis-Abeba des Alpes. On tuerait pour une oasis. Plus un chat dans ce qui était une ville lacustre. Plus de chats du tout. On s'écharperait si par bonheur on tombait sur une boîte de whiskas. Plus d'eau du tout. Si on rencontrait un CEO de Nestlé, on lui ferait la peau. Désormais, tout est cramé. Les bureaux vides et les immeubles délabrés font penser à une exposition d'art paléolithique. Ceux qui sont restés vivent dans les caves, des tunnels CFF ou d'anciennes canalisations hydrauliques. Ils sortent prendre l'air entre 3 et 4 heures du matin. Plus besoin de briquet pour s'allumer une clope, ça s'enflamme tout seul en tirant une bouffée.   

Au tournant du 20e siècle, un Suisse sur cinq mourait des suites de la tuberculose. Pour contrer et prévenir la maladie, on avait construit des sanatoriums. On y envoyait les malades prendre air et soleil. En 2050: les plus fortuné.e.s montent en altitude se réfugier dans des grottes. Les terres basses sont devenues invivables. On fait du skate dans d'anciens barrages.  Joli le loop sur la Grande-Dixence. 

Le lac Léman est à sec dès le mois de février. Il se remplit à peine durant le court "hiver" (de fin novembre à décembre). Quelques gouilles ici et là, à peine de quoi ramasser quelques algues ou grenouilles. Le reste du temps, on le traverse à pied. Point positif: plus personne ne se dispute le nom "lac Léman " ou "lac de Genève" on l'appelle le petit désert du Lavaux. Les petites chamailleries locales ont été égalisé sous le souffle du sirocco.

Les enfants ventilent le sable gris de ce qui était auparavant un lac, pour chercher des objets du temps béni où il y avait encore une vie: une rame, une bouée, fragment de maillots de bain ou bris de lunette. Personne n'aurait pensé que ce lieu devienne si vite un lieu de fouille archéologique.

Genève, été 2050, 60 degrés Celsius.

Un bon petit foehn nous rafraîchirait. On l'espère comme avant on craignait la bise. On raconte des contes de glaciers et sorbets pour faire rêver et dormir les enfants.  

Ceux qui ont pu partir sont montés vers le nord, essayant de rejoindre la Suède la Norvège. Rapidement les frontières se sont closes. Les routes d’immigration sont bloquées. Pas de migrations climatiques pour ceux qui ont fermé leur frontières durant des décennies. Essaie maintenant de passer le détroit de Béring à la nage pour voir. Tu aurais mieux fait de ne pas louper tes cours d'aqua-gym aux Eaux-vives. 

Les Suisses ne peuvent plus que monter en altitude pour y construire une vie à l’année. Les glaciers ont fondu depuis belle lurette. Les rivières d’altitude ressemblent à des serpentins défraîchis d'après fête. On creuse des tunnels dans la roche, réhabilite d’anciennes routes romaines. Le tunnel du Gotthard est un immense dortoir. On vit sous terre comme des troglodytes. On suçote le peu d’eau qui sourd du granit comme de l'eau bénite. 

Plus de bêtes pour nous aider. Incapable de leur fournir du fourrage ou de l'ombre. Les reptiles sont rétifs à l'élevage. La présence de varans dans les Alpes amène un petit plus en terme de protéines, mais vas-y pour les chasser à la fronde. sinon c'est pissenlit et patates douces tous les jours, avec un petit complément de larves et d'araignées quand c'est jour de fête.

 

La technologie nous a bien niqué 

Elle devait pourtant nous protéger de tout, et nous assurer même contre nous-même. C'était notre nouvelle divinité. Notre précieuse. On lui avait fait de jolis autels, renoncé par avance à toute plainte possible en signant chartes, accords d'usage ici et ici et encore là, tout partout comme il fallait. S'engageant même à ne pas croquer dans son i-phone en cas de pénurie de blé.  

La technologie pour le profit est ruine de l'âme.

Plus d’électricité hydraulique. Plus d’électricité nucléaire, par incapacité à refroidir les réacteurs…. soit on arrêtait tout, soit tout fondait. Du solaire partout. La terre comme une plaque chauffante. Et nous dans des trous.

Genève 2050? Un bourg de plaine. Durant le mois d’hiver les plus téméraires y maintiennent ouvert l'aéroport en œuvrant à des températures dépassant les 60 degrés comme les liquidateurs le faisaient sur le toit de Tchernobyl. Ils sacrifient leur vie pour rendre viable une vie après la leur. Ils dégrafent le bitume, replantent des arbres, luttent contre tout ce qui a contribué à faire d’un lieu tempéré et agréable un enfer sur terre. Pour une fleur plantée, il y en a dix qui tombent. Pour un peu de terreau arrosé, dix poumons remplis de poussière. Mais ce n'est qu'ainsi que l'on regagnera du terrain. C'est le prix à payer. 

L’aéroport a été responsable durant des décennies d’émissions de particules fines. Les traînées blanches des avions contribuaient au réchauffement de l’atmosphère. Aujourd'hui, il n'y a plus de portance dans l'air. Seuls les plus petits drones se posent et décollent encore. Les autres tomberaient comme des pierres. Des gens de Suède et Norvège viennent quelques jours, amener un peu de vivre  et surtout de l'iode dans les Alpes, C'est le retour du crétinisme. Pas sûr qu'on y survive cette fois.     

Genève, 2050? On regarde des images de l'an 2000. On aurait des larmes dans les yeux si elles ne s'évaporaient pas tout de suite. Des avions striant partout le ciel et des bienheureux les regardants passer.  On pense à eux comme aux inconscients qui regardaient les essais nucléaires à Mururoa en tongs et chemise à fleur. Il y avait de beaux grands prix de Formule 1 pour que les sponsors puissent vendre leur merde, des voitures sur toute les routes pour être sûr que ça chauffe bien, mais la clim' était toujours en option, on pouvait payer.  

On se demande pourquoi nos ancêtres ont été aussi cons en mettant du bitume partout, bétonnant jusqu'aux falaises. On suçote des racines. Zinal a atteint le demi-million d'habitant-e-s. Zermatt est une mégapole. Les montagnes débordent. On finira par se battre pour le sommet du Cervin afin d'y dormir tranquille. La gestion des déchets est un grand problème. J'y reviendrai peut-être dans un prochain texte, si j'en ai le temps.

En attendant on flotte dans des hamacs suspendus sur le vide. Le prochain cycle de glaciations arrivera vers l'an dix mille et l'on se dit, bien sûr, que ça pourrait être pire. C'est dans notre nature de créer la catastrophe et de toujours penser qu'elle en frappera d'autres. 

D'ici là, nos enfants devront bien apprendre à vivre sans la clim'

 

………………………………..

www.sylvainthevoz.ch 

 

 

10:52 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiction, genève, changement climatique | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/08/2018

Pourquoi fêter le 1e août?


722607F4-E693-4781-98B3-E1D69F0E3E42.jpegSi le 1e août peut être fêté, c'est pour rendre hommage à toutes celles et ceux qui par leur présence, leur énergie, leur travail, leur folie, ont contribué à l'élaboration d'un territoire où la liberté de parole est défendue, et à côté de la liberté d'entreprendre celle de ne pas se faire détruire par ceux qui entendent la libre entreprise comme le droit de s'approprier les biens et l'air du voisin.

 

Si le 1e août peut être fêté, c'est pour rendre hommage aux binationaux, aux apatrides, aux retraité.e.s aux oiseaux rares, aux borgnes et aux cyclothymiques, aux migrant.e.s et mineurs, aux enfants et aux fleurs, à toutes celles et ceux qui font que la Suisse fait plus qu'exister, mais qu'elle vit, avec une humanité diverse, métissée. 

 

Si le 1e août peut être fêté, c'est pour rendre hommage à celles et ceux qui passent quelques jours ou quelques années, y travaillent ou contemplent, offrant le meilleur de leur vie avant d’être parfois mis dehors comme des chiffonniers par des lois iniques, ou de partir d’eux-mêmes ailleurs, la planche leur ayant été savonnée. Si le 1e août peut être fêté c'est parce que nous avons l'espoir de changer les lois, et soutenir ceux qui entendent par liberté d’association non pas le pouvoir des lobbyistes et affidés, mais celui de l’engagement citoyen.  

 

Si le 1e août peut être fêté, c’est pour celles et ceux qui ont quitté un temps famille et enfants pour contribuer au bien être de notre société, s'y sont sentis assez de force, pour y rester. Nous leur devons reconnaissance et respect. Si le 1e août peut être fêté, c'est pour celles et ceux qui se sont occupés des ancien.ne.s, des enfants, des silencieux et des tristes.

Dit-on d’un humain qu’il est humain de 1e de 2ème ou 3ème génération? Non. On s’en fout. Et un passeport ne conditionnera jamais la valeur de quiconque. Ceux qui s’appuient dessus pour se valoriser ou en exclure d’autre sont davantage à plaindre qu’autre chose. ‘Y’en a point comme nous’ étant le comble de l’obscurantisme et du communautarisme.  

Si le 1e août peut être fêté, c’est pour tous les autres jours de l’année, pour les féministes et les colleurs d'affiches, ceux qui bondissent encore de leur siège, les anarchistes, les doux rêveurs, les empêcheuses de tourner en rond, les funambules, les insomniaques, les éditeurs, tous les chercheurs et chercheuses de possibles. 

Si le 1e août peut être fêté, c'est pour Agota Kristof, Georges Haldas et l'Ovomaltine, Max Frisch, Thomas Hirschhorn, Griselids Réal, Aloïse Corbaz, Maurice Bavaud, Niklaus Meienberg, Ruth Dreifuss et l'Eiger, Ella Maillard, Giacometti et Tinguely, Shaqiri et les faux monnayeurs, ceux qui ne font des plis, celles qui parlent fort et toujours davantage.

Nous leur devons quelque chose de fondamental : de continuer à vivre au lieu d'exister bêtement en ânonnant par atavisme le refrain éculé d'un cantique, mais de continuer à débattre et poser des critiques pour renforcer la Suisse de demain. 

Nous leur devons quelque chose de fondamental: de conchier le nationalisme berceau de toutes les étroitesses et préférences endogamiques, de reconnaître dans l’autre, dans tout autre, un égal de soi et même davantage :un supérieur, car il nous sort de l’esprit de cocon et confort, nous enseigne le relativisme, et que la chance de vivre dans ce pays s’accompagne d’une responsabilité : celle d'en être de simple récipiendaires et donc transmetteur.

Aux gens bien nés : le hasard de la naissance aurait pu vous envoyer ailleurs, au fond de la Méditerannée aussi.

Si le 1e août peut être fêté, c'est pour ne pas ressortir jusqu'à la nausée les vieux mythes fondateurs éculés, il y a suffisamment d'héroïnes et de héros modernes engagé.e.s au quotidien pour se passer d'une histoire militaire ou de légendes fantasmées. 

 

.................................

www.sylvainthevoz.ch

13:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

La Suisse existe, comment vit-elle?

La Suisse existe, comment vit-elle ? Ses frontières sont solides, son franc suisse fait front, son espace aérien est bien défini, et son histoire peuplée de mythes avantageux qu'on exhibe une fois par an. Elle a tout ce qu'il faut : drapeau, lampions, langues nationales, représentation à l'ONU, son millionnaire au tennis, une équipe de football qui ne fait (presque) plus honte.

La Suisse existe, comment vit-elle ? Comment, jour après jour, démontre-t-elle qu'elle est plus qu'une somme économique, un assemblage politique ingénieux, et existe sur davantage que ses axiomes éprouvés, capitaliste et néo-protestants: dis-moi ce que tu consommes, je te dirai qui tu es; dis-moi ce que tu thésaurises, tu montreras ce que tu vaux, et arrive à dépasser les inégalités sociales qui placent dans notre pays 600'000 citoyen.ne.s en situation de pauvreté?

 
Je suisse-je donc je suis
Vous pouvez être rassuré.e.s, arrêtez de cogner sur celles et ceux : l'artiste Ben, la socialiste Ada Marra, et d'autres qui, avec une pointe d'humour et de provocation, soulèvent malicieusement le voile crispé de l'angoisse existentielle: suisse-je, donc je suisse? Chaque éruption de haine ou réaction paniquée ne fait que renforcer la pertinence piquante de leur propos: mais oui, la Suisse existe, pas besoin de sauter sur son valium. Ses vaches sont bien gardées, et Johann Schneider-Ammann a toujours le mot pour "rire".
 
Le niveau d'inquiétude identitaire et la forme de panique nationale ayant pris devant trois joueurs de foot mimant le symbole d'un volatile au mondial, se jugeant assez libre pour rappeler leurs multiples origines, prête à sourire. Il laisse toutefois percevoir, lorsque l'on retire du formol patriotique et du bric-à-brac composite des figures tutélaires fantasmées en voie de décomposition, que nos nouveaux héros sont plus métissés, créatifs et incontrôlables. Cela déplaît à certain.e.s. Dommage. Cela demandera un petit temps pour se mettre à jour, mais on y arrivera.
 
Pour paraphraser La Fontaine, selon que vous soyez puissants ou misérables, jeune ou vieux, suisse ou pas, les lois du marché vous rendront corvéables à merci. Vos droits seront plus ou moins respectés. En Suisse, 2% des plus riches possèdent autant que les 98% restants. Dans un pays où l'on est habitué à dire pardon avant de toucher quiconque, de rester à sa place et accepter son sort avant d'imaginer le changer; où malgré quatre langues nationales, une seule permet l'échange: l'anglais; et où les rapports de classes sont puissants et le vieillissement de la population un vecteur d'accroissement des inégalités ; où le sexisme, le racisme et l'homophobie sont profondément enracinés, voire érigés en modèle ici et là, où les campagnes ont encore un poids dément par rapport aux villes et imposent certains archaïsmes comme des normes nationale, autant que de regarder vers 1291 on devrait viser 2040. Un jour Shaqiri remplacera Guillaume Tell, et Lara Gut prendra le pas sur le général Guisan. C'est en route.
 
La Suisse se vit comme une forteresse dans la forteresse Europe. Or il n'y a pas de forteresse dans l'histoire qui n'aie tenu sans s'effondrer. Jusqu'à quand pourrons-nous nier les besoins et situations d'urgence des populations que les changements climatiques et les situations politiques mettent en danger de mort et obligent à se mettre en mouvement pour franchir la Méditerranée, au péril de leur vie. Bilan : plusieurs milliers de morts chaque année, une traversée toujours plus périlleuse et incertaine. Surtout, une fermeture des frontières voulues par les pays européens coinçant les migrant.e.s dans des espaces inhospitaliers et violents, les exposant à la torture, l'exploitation et la mort. S'étant mis en route vers ce qu'ils imaginaient des pays libres et accueillant, ils en sont rejetés. S'ils parviennent à s'y accrocher, ils y demeurent, marginalisés et relégués, sans possibilité de retour. Il ne faut pas imaginer Guillaume Tell en vacances au bord de la mer mais sur un canot pneumatique, s'efforçant de sauver son fils au risque de la noyade.
 
En 1918 la grève nationale exigeait que les femmes puissent voter et être élues (pour cela, il faudra attendre 1971), revendiquait la réduction de la semaine de travail à 48 heures, soit 6 journées de 8h), l'instauration d'une protection pour les travailleurs et travailleuses âgé.e.s et invalides, et proposait un impôt sur la fortune des gros contribuables pour éponger la dette publique. Il y a 100 ans, ce mouvement décisif plaçait la Suisse sur les rails d'un développement social luttant contre les injustices. Ce mouvement s'est poursuivi. Nous sommes les hériter.e.s des luttes du passé. Rien n'est tombé du ciel ni sans efforts. Hommage ici à celles et ceux qui ont construit les pans sociaux de ce pays et ont lutté pour y établir nos droits. Autant que 1291, nous fêtons aujourd'hui 1918.
 
A nous d'écrire la suite...

 

 

13:24 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête nationale, suisse | |  Facebook |  Imprimer | | |

22/07/2018

Le capitalisme veut ton sourire

Le capitalisme veut ton sourire :

jeune homme courant avec ton tapis sous le bras pour aller au cours de yoga 

trentenaire achetant tes produits bio acheminés en camion depuis la Pologne

famille râlant sur ton vol annulé, continuant chaque été à reprendre la même compagnie d'aviation

féministe refusant la domination masculine et t'épilant méthodiquement, parce que c'est quand même plus joli comme ça

travailleur précaire votant contre l'instauration du salaire minimum.

 

Le capitalisme veut ton sourire:

jeune femme, écouteur sur les oreilles, qui médite sur ton cours de pleine conscience, et traverse tout droit au milieu de la route sans voir les bagnoles

retraité dépassé par l'augmentation de tes primes d'assurance maladie, qui refuse la création d'une caisse publique d'assurance maladie

grand-mère effrayée que les riches partent si on fait sauter les forfaits fiscaux, et qui accepte de payer proportionnellement plus d'impôts qu'eux 

jeune avocat qui veut éradiquer le deal, et achète sa coke à l'étude

boucher qui se tue au travail et vote contre une semaine supplémentaire de vacances pour tous

médecin qui fume deux paquets de clopes par jour et recommande de faire de l'exercice

trentenaire qui trouve que la prostitution c'est mal et se branle sur youporn

étudiant qui refuse de payer 10ct le litre de lait plus cher, et qui bouffe au Mac do

diététicienne qui dit de manger 5 fruits et légumes par jour, quand on a même pas le fric pour aller chez Lidl  

 

Le capitalisme veut ton sourire :

quadra engagé qui trie méthodiquement ses déchets en regardant les camions de la Migros partir à l'incinérateur 

geek qui consomme son information sur Facebook et partage larme à l'œil l'avis mortuaire du Matin sur twitter 

autorité qui pose des bacs à fleur dans l'espace public en interdisant à quiconque d'y mettre un parasol 

autorité qui élargit les routes et interdit les grillades dans l'espace public, parce que cela sent trop mauvais 

vieillards qui râlent comme quoi c'était mieux avant, et continuent à faire que ce soit chaque jour pire

bobos qui aimeraient du silence et gueulent pour que les autres se taisent

décideur politique qui, au nom du respect de l'autre, impose sa loi à tous.

 

Le capitalisme veut ton sourire :

autorité qui invite les gens à se réapproprier l'espace public, puis colle des amendes à ceux qui le font sans autorisation et surtout sans le sponsor qui va avec 

adolescent qui trouve immonde de manger du chat, mais que le cheval ne dérange pas -Un petit lapin c'est si goûtu-

quinqua qui met "indigné" sur son profil facebook, puis retourne regarder le Tour de France après avoir "liké" le Mondial  

bon citoyen qui ne veut pas donner un centime aux mendiants, mais accepte de payer bonbon pour les placer en prison 

polytraumatisé des génuflexions pour qui la religion est encore l'opium du peuple, alors que l'on est passé au crack depuis l'informatique

connard qui dit je ne suis pas raciste, mais…

 

Le capitalisme veut ton sourire:

ingénu qui trouve les pays du sud corrompus et n'est jamais allé à la salle des pas perdus du Palais Fédéral.  

 

Le capitalisme veut le sourire, de tous, tout le temps.

Par des rapports de pouvoir qui sont devenus des habitudes. Par des habitudes de domination et de soumission qui sont devenus des secondes natures.

Par la capacité d'opposer les un.e.s aux autres en tirant structurellement sa manne de l'inaction et des disputes.

Par le nationalisme qui se maquille en folklore typique, par le sexisme qui se travestit en habile commerce. Par le racisme structurel qui se camoufle en distinction narcissique.

Par l'air que tu respires, doux très doux jusqu'à l'asphyxie, pendant que d'autres crèvent la bouche ouverte. Par l'interdiction de la contestation, ou alors seulement sur les T-shirt ou Facebook. 

Le capitalisme veut ton sourire. Par la complicité. Par la férocité de son appétit, par sa facilité à faire de tes désirs ses besoins; et de tes nouveaux besoins ses échanges monétaires.

Le capitalisme veut ton sourire.

Car de ton silence, de ta colère, de tes prières et lectures, il sait qu'il n'aura pas un sou.

 

 

 

……………………………………

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

 

 

13:06 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, argent, société, paradoxes, ambivalence | |  Facebook |  Imprimer | | |

19/07/2018

Déraciner le racisme !

37197741_10156321900956826_2772716446893998080_n.jpgLa France a gagné la coupe du monde de football. Magnifique victoire d'une équipe solidaire, performante. Dans la foulée, des réactions racistes pathétiques ont fleuri sur les réseaux sociaux et dans la presse. En Italie, le Corriere de la Serra[1] a osé écrire que la France était une équipe: « pleine de champions africains mélangés à de très bons joueurs blancs face à une équipe seulement de blancs». Mais qu'est-ce que la couleur de peau vient faire là-dedans? Pogba est né en Seine-et-Marne, Mbappé à Paris, etc. Ces joueurs sont français. Ils sont nés en France, sont allés à l'école républicaine, font la fierté de tout un pays, étant des exemples de conduite pour diverses générations. Distinguer les joueurs de football en fonction de leur couleur de leur peau est une dégueulasserie sans nom. Leur coller une "origine" aléatoirement placée au sud ou au nord de la Méditerranée en fonction de leur pigmentation est purement et simplement raciste.

 

Le lieutenant-colonel se lâche sur les réseaux sociaux  

Certains sont allés plus loin. A Genève, un avocat en vue, lieutenant-colonel à l'armée, a publié, sitôt la victoire français connue, la photo d'un jeune orang-outan tenant le trophée du Mondial de football entre ses pattes.[2] Il a fallu une véritable tempête sur les réseaux sociaux, l'activisme et l'indignation de nombreuses personnes pour que l'affaire secoue les consciences, tirer la sonnette d'alarme. La presse (4 jours après quand même) a repris à son tour cette publication offensante et inacceptable.

La banalisation du racisme affichée par de gens bien en vue fait peur. Cela laisse entrevoir l'ampleur du phénomène du racisme en Suisse et le sentiment d'impunité que certains ressentent. 

 

Le racisme fleurit en Suisse

Cela m'interpelle que l'information aie d'abord dû sortir dans un journal national, le Blick[3], avant qu'il y ait reprise dans la presse romande. Seul Radio Lac s'était saisi de l'affaire. Son rédacteur en chef intervenait en son nom propre, invoquant le "travail journalistique", pour ne pas juger trop rapidement cette publication, entamant plutôt le procès des réseaux sociaux qui auraient, selon lui, lynché le triste auteur de la publication diffamante. L'indignation de Manuel Tornare, président de la Licra Genève y faisait fortement contrepoids.[4] La Commission fédérale contre le racisme a été également très claire. Pour elle, il est évident que sur la photo postée par le lieutenant colonel en question, les noirs y sont représentés comme des singes. «Ce n'est pas une caricature, c'est clairement raciste», a affirmé sa présidente Martine Brunschwig Graf. La publication d'une telle image est inacceptable.[2]

C'est inquiétant qu'il faille à ce point insister, hurler, pour que le racisme soit dépouillé de tout manteau de classe ou de prestige, pour apparaître tout nu pour ce qu'il est: une violence faite à autrui.

Cela illustre bien la banalisation du racisme en Suisse. Cela doit nous oblige à réagir pour contrer l'emprise du racisme, ses stratégies de dilution dans "l'humour" ou la banalisation, ses complicités dans toutes les classes sociales, et cette incroyable facilité, de toujours blâmer les victimes, stratégie pour les agresseurs de brouiller les pistes.

 

Le renversement de la preuve

Faire des agresseurs des victimes, et renverser le fardeau de la preuve est une stratégie éprouvée. Quand l'on dénonce des agissements de racistes, on se voit opposer les arguments de "chasse aux sorcières" ou de "lynchage médiatique", comme si la personne qui poste publiquement une photo d'un jeune orang-outan tenant le trophée du Mondial entre ses pattes ne mérite pas d'être identifié et dénoncé. On retrouve les mêmes mécanismes à l'oeuvre dans le sexisme. Au final, les victimes de sexisme doivent prouver, démontrer, contre vents et marées, et parfois médias ou pouvoirs politiques, que ce ne sont pas elles qui l'ont bien cherché mais qu'elles sont des victimes d'agissements inacceptables et pénalement condamnables dont une majorité silencieuse préférerait ne rien savoir ni entendre. 

 

Rappelons-le encore, et encore, le danger pour notre belle Suisse n’est pas sa diversité, mais bien la xénophobie, le racisme et le sexisme de certains locaux.

 

Déracinons le racisme avant qu'il ne nous enterre, car il ne cesse de progresser en Suisse[6] et ses armes sont bien développées : la "blague", l'humour, le renversement du rôle d'agresseur en victime, la banalisation généralisée, le déni.

Bravo à toutes celles et ceux qui haussent la voix, s'engagent et se mobilisent pour déraciner cette idéologie d'un autre temps.

Rappelons l'existence de la norme pénale contre la discrimination raciale (article 261bis du Code pénal).

Continuons de dénoncer, exposer et faire condamner les racistes et leurs nauséabondes productions.

 

 

[1]https://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conse...

[2]http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Un-officier-gene...

[3]https://www.blick.ch/news/schweiz/hetze-gegen-frankreichs...

[4] https://www.radiolac.ch/podcasts/club-radio-lac-17072018-...

[5]https://www.tdg.ch/suisse/officier-genevois-derape-photo-...

[6]https://www.rts.ch/info/suisse/9470235-le-nombre-d-actes-...

[7]http://www.ekr.admin.ch/themes/f154.html

...................................................

www.sylvainthevoz.ch

12:03 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : racisme | |  Facebook |  Imprimer | | |

15/07/2018

Voiture à ras du sol

EA414663-F020-44BB-AB57-A70B202E736B.jpegOn entend souvent parler du grand chassé-croisé estival. Les protagonistes sont identifiés : juillettistes et aoûtiens. C'est vrai que cela fait du bruit quand ils se croisent. Sur des kilomètres, longs bouchons, colonnes de véhicules au ralenti, on en mesure la taille, les temps d'attente au tunnel du Gothard, aux péages. On lui donne des couleurs : rouges ou oranges, des noms d'oiseaux ou de bison, etc. Tout un folklore. Ce n'est pas de ce chassé-croisé que je souhaite parler, mais d'un autre qui est moins médiatique, plus discret.

 

 

L'été en fin de soirée...

Quelque chose attire parfois le regard. Une sorte de ballet autour de véhicules. Des personnes fument, d'autres empoignent une "dernière" valise - pas sûr qu'il n'y en aie pas encore une ou deux-, entament un casse-croûte sommaire, sur un coin de capot ou de trottoir. Voiture chargée de bagages, au ras du sol.

Ce théâtre de rue s'ouvre sitôt prononcées les vacances scolaires. Alors que pour certains la page de leur journée se clôt, pour d'autres un grand chapitre s'ouvre. S'allument les grands phares. C'est de ce chassé croisé là que je veux parler. Celui qui se passe entre ceux qui n'ont plus que quelques mètres à faire pour se mettre sous les plumes, alors que d'autres se préparent à une grande odyssée. Ce chassé-croisé qui durera tout l'été, dans l'anonymat des villes, des vies qui se croisent. 

 

Sur le départ

Ils contrôlent une dernière fois le niveau d'eau, d'huile. Ils vérifient qu'ils n'ont oublié ni triangle de panne, ni la petite couverture, pour quand il fera froid, pour la déposer dans l'herbe pour y pique-niquer tranquille sur l’aire d'autoroute.

Ils  font tourner le moteur. Ils font durer ce moment. Plaisir des ultimes préparatifs. Clôture du chargement. Ce qui est dans l'air avant le départ est bon, peut-être même meilleur, que le voyage lui-même.

Ce qui flotte dans l'air ? Le parfum du retour au pays. Impossible de savoir lequel. Toutes les valises se ressemblent. Les voyageurs aussi. Ils vont partir très longtemps. Et loin, cela se sent. Ils vont revoir des proches. Amener des cadeaux, en ramener aussi. Ils ne prennent pas un avion barbare et bon marché, qui vous catapulte d'un lieu à l'autre en quelques heures, vous laissant échoué et groggy. Non, ils prennent leur voiture, tous leurs bagages, un peu de leur maison d'ici pour la déplacer là-bas.

 

Tetris minutieux

Chaque espace du véhicule est le fruit d'un savant assemblage. Les places sont attribuées à chacun.e, parfois chèrement négociées. Personne ne veut se retrouver sur le siège central.

Ils savent qui conduira, pour combien de temps, qui le relaiera ensuite. Parfois, le conducteur refuse de transmettre le volant. Il en fait une affaire personnelle; ou alors prétend que cela a toujours été fait comme ça, le capitaine c’est lui. Il ne viendrait à l'idée de personne de lui disputer cette responsabilité : un privilège.

Il fera des siestes, biberonnera son red bull. Héros de la route, Ulysse des péages, il avalera les kilomètres : 1000 ou 2000, peut-être même plus. Les autres passagers seront réduits à l'intendance, condamnés à tour de rôle à refuser le sommeil comme des sentinelles. La nuque raide, l’oeil dans le vague, solidaires.

A ce chauffeur, on lui a préparé à manger : des sandwichs, faciles à emporter, enrobés dans du papier d'aluminium. Ses boissons préférée : thé vert ou thermos de café sucré, pour lutter contre le sommeil. Ce sommeil qui finira par emporter tout l'équipage juste avant le petit jour. Sauf lui, évidemment, gardant le cap, malgré la houle et les roulis du bitume. 

 

cycles de sommeil inversés 

C'est le grand départ. L’épopée. Tout le monde, au-delà de minuit, est en alerte, excité. Les enfants n'ont pas dormi les nuits précédentes. Ils ont littéralement piqué du nez à la piscine durant la journée.

C'est le dernier moment pour les derniers contrôles. Passeports, ok, pression des pneus, ok, carte grise rangée dans la boîte à gants, ok. Tout semble en ordre. Dernière bouffée de la dernière clope s'écrase du talon sur le trottoir. Et hop. Claquements de portes. Embrayage. Bye bye Genève, bye bye la Suisse. See you a la fin de l’été.

Parfois, quand on frotte deux cailloux l'un contre l'autre, une petite étincelle en jaillit. Parfois, il en est pareil du croisement de deux existences, il en jaillit alors un parfum, une image. On voit surgir des voitures au ras du sol les toits de villes du sud. On perçoit le parfum des cyprès, l'entêtante résine du mazout des stations essence ou de ports illuminés jour et nuit, le goudron fondu, la poussière sur les fruits trop mûrs.

Pendant que d'autres roulent, mes yeux se croisent.

Je m'endors. Ou plutôt : je rêve et je voyage avec eux.

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=MbjIWSTYFWs

 

………………………….

www.sylvainthevoz.ch

 

08:38 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, chassé croisé | |  Facebook |  Imprimer | | |

11/07/2018

Le coupe du monde

444px-Foot_field_AG3.svg.pngLe capitaine, le public, le soigneur, le kiné, les hooligans, le préparateur physique, l’entraîneur, le masseur, le défenseur, le gardien de but, l’attaquant.

L'arbitre, le soigneur, le brancardier, l’ailier gauche, le remplaçant, le patron, le taulier, le libero, le commentateur sportif, le comédien, le président, le politique, le juge de ligne, l’ailier droit, le consultant, le vieux briscard.

Le kop, le parieur, les ultras, le comédien, le stimulateur, le vestiaire, le sponsor, le journaliste, l'équipe, le ramasseur de balle, le 13e homme, le récupérateur, le gratte ballon, le public, le buteur, le match winner, le looser, le millionnaire, le juge de touche, le coupeur de citron, le tacticien, le laveur de maillot, le barbier, le coiffeur, le tatoueur.

 

La testostérone.

Le coupe du monde.   

 

 

 

..........................

www.sylvainthevoz.ch

07:27 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/07/2018

Ô rade ô désespoir

IMG_3082.jpgElle est bichonnée, elle est bien nettoyée, elle l'est surtout pour les touristes qui arpentent ses quais. Elle est objet de tous les soins, tous les égards, comme il sied aux cartes postales ou aux images d'Epinal. Mais n'en fait-on pas trop en terme esthétiques pour ce lieu. Et s'il est aisé de lustrer facilement ce qui brille, au détriment de quoi cela se fait-il ?

 

 

La mobilité en rade

Les cyclistes ne peuvent plus passer le long du jardin anglais, on les a repoussé à l'arrière du jardin (pas sur la route non, ça aurait probablement trop dérangé les automobilistes). Une piste provisoire s'étend le long du pont du Mont-Blanc où les cyclistes s'encolonnent (impossible de dépasser), avec au bout un arrêt mortel au pied de l'hôtel des Bergues, obligeant les vélos à monter sur les trottoirs s'ils veulent tourner pour remonter sur la rue de Chantepoulet pendant que les véhicules les frôlent.

Toujours et encore, la ville demeure pensée pour les voitures avant tout. L'autoroute urbaine qui longe le lac est dangereuse, avec des passages-piétons à risques, insuffisamment signalés le long du quai Gustave Ador, des temps de passage trop courts devant l'Horloge Fleurie - faut être adepte du sprint pour passer-, ou le long du quai Wilson - et tant pis pour les aîné.e.s ou les personnes à mobilité réduite-. La priorité aux voitures demeure la norme, c'est regrettable. Voilà pourtant, au-delà des vernis cosmétiques, ce qui changerait vraiment la rade : la rendre aux habitant.e.s, pas au trafic de transit. 

Au moment où certains évoquent un réaménagement futur de la rade et se réjouissent de l'ouverture de la nouvelle plage aux Eaux-Vives en 2019, pourquoi ne pas aller au-delà de l'esthétisation des quais, et refuser de laisser une autoroute les balafrer? La rade, belle rade, objet de tous les soins et obsessions, est bichonnées, nettoyée, mais malheureusement, aucun choix fort n'est posé pour la rendre à ses habitant.e.s.

 

IMG_3015.jpgSuperficie ici, abandon là-bas

Témoin, le concept de l'été pour la rade : l'Escale. Sorte de structure hybride, accueillant des concerts et une simili-bibliothèque (plutôt une colonne phallique avec trois ouvrages posés dedans), offrant des hamacs pour s'y délasser et à coups de publicités sponsorisés sur Facebook cherchant à faire venir des gens là où ils vont naturellement.

Oui, c'est agréablement fait, avec une prime à l'effet d'aubaine pour celui qui passe par là. Mais finalement à qui cela s'adresse-t-il, avec quelle intention ? Aux badauds, aux touristes? Et pourquoi déposer cette escale dans la rade alors que des quartiers comme le Petit-Saconnex, les Acacias, ou Châtelaine, manquent d'infrastructure publique, que des places de jeux nécessitent des rénovations urgentes sur la rive droite, pendant que des Maisons de quartier déplorent le manque de moyens et de ressources pour les centres aérés et l'accueil de jeunes?

Plutôt que de renforcer encore la centralité, et l'attractivité de lieux naturellement fréquentés, ne serait-il pas plus intéressant de renforcer une présence dans des lieux inanimés ou oubliés et amener les services publics là où il y a un déficit de ressources et, ou, des quartiers impactés par des travaux ou des changements structurels de fond ?

 

Tape à l'oeil

Le développement tape à l'oeil, d'animation facile et racoleur, ce tout à la rade, bien que sympathique accentue surtout, pour certains, le sentiment d'être les oublié.e.s d'une politique centrifuge.

Et certes, s'il est plus sexy pour un magistrat de mettre des lumières autour de la rade en hiver avec le festival Geneva lux, et en été de frimer avec l'Escale, il est intéressant de se demander, en terme de politique publique, si le plus urgent est réellement de mettre des lampions à la place Bel-Air et des hamacs le long du quai Gustave-Ador.

Point de vue communication, ça marche, évidement. Sur instagram c'est joli. Mais cela renforce surtout le sentiment qu'il y a des zones privilégiées et des quartiers éloignés, moins bien équipées et soignés. En terme de cohésion sociale, ce n'est ni bon ni souhaitable. C'est également une manière de surfer sur les problèmes de fond sans les traiter (trafic routier, gentrification). Et si certains exécutent les demandes  des hôtels de luxe de la rive droite pour qu'un tournoi de beach-volley soit déplacé au Port-Noir, car le bruit des sportifs incommodait les clients, ils restent plus hermétiques aux attentes et demandes des associations et habitant.e.s plus éloignés de la rade.

Escale

Le sentiment doux et sucré de lieux comme l'Escale ne fait ainsi aucunement disparaître les rapports de force et d'emprise sur l'espace public.

Au contraire même, en dépit des baby-foot et de la pétanque, ils les accentuent et rappellent qu'en terme de choix de lieux et d'intervention publique, rien n'est neutre.

Politiquement, renforcer ce qui est fort et délaisser ce qui nécessite plus d'attention ne fait que creuser les inégalités. C'est le choix fait quand on bichonne superficiellement la rade, tournant le dos à ce qui se passe fondamentalement au-delà de celle-ci.

Ô rade ô désespoir. Ô communicants ennemis.

 

 ................................

 www.sylvainthevoz.ch

 

 

15:54 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/07/2018

Récit d’une radicalisation

IMG_E3042.JPGIl venait d’une famille normale, comme il y en a tant dans notre pays. Une enfance paisible, à l’abri du besoin, des peines et douleurs excessives. Une famille aimante et sécurisante. Une soeur un peu plus jeune, avec laquelle il a toujours eu une magnifique complicité. La religion ne l’intéressait pas du tout. Il n’a jamais fréquenté de lieu de culte. Ses parents ont toujours souhaité qu’à sa majorité il soit totalement libre de choisir (ou pas) la religion qui serait la sienne. Ils ne l’ont d’ailleurs jamais forcé. Ils n'étaient pas pour autant laxistes. Son père et sa mère avaient leur tronche et des idées bien arrêtées. On peut même dire que c’étaient des militants. Sa mère était engagée dans les années 80 dans le mouvement Touche pas à mon pote. Elle a toujours pensé que le racisme et le sexisme sont les plus grandes saloperies que l’humanité aie jamais engendré. Elle s’est battue toute sa vie pour la justice et l'égalité. Et maintenant...

Des parents comme les autres

Son père était maçon, un autodidacte aussi. Il lisait Libération et La Suisse. Le soir, il lisait des livres d'histoire. C’était un homme simple et droit. Jamais changé d’un pouce. Il prônait le respect du travail bien fait et de la parole donnée. La confiance dans le fait que si on se comporte bien, les gens se comportent correctement avec vous, et que ceux qui dérogent à cette règle paieront un jour d’une manière ou d’une autre (maladie, accident) leurs méfaits, car on ne peut faire souffrir les autres impunément. Il avait une forme de croyance, comme ça. Et maintenant...

Son père est resté maçon toute sa vie. A passé 50 ans, il a fondé sa propre boîte, engagé cinq personnes qu’il traite mieux que lui même, et pour lesquels on pourrait presque dire qu'il se sacrifie. Ok devenir patron, mais toujours assumer les responsabilités et égards dû à cette charge et respecter les gens.

Une enfance sans problèmes

Leur fils est né en 1990. Rien ne fut facile : pas de places de crèches, madame qui arrête de travailler pour s’occuper de lui à la maison. S’occuper des tâches ménagères et nettoyer la maison : le joug de la domination masculine ordinaire. Passée d’infirmière salariée à maman de jour bénévole pour ses enfants. Rapidement, ils découvrent que leur fils a quelque chose de spécial. Il reste seul de longues heures, où joue sans arrêt au foot avec ses amis. Enfin, peut être est-ce seulement après coup que l’on reconstitue tout ça afin de mieux comprendre ce qu'on a pu faire faux ou pas. Parce que, sur le moment, tout semblait normal. Personne n'aurait pu imaginer ce qui allait se passer...

Et si on l'avait su: qu’aurions-nous pu faire? Il ne faut pas accabler les parents, trop personnaliser ces trajectoires. Ce sont avant tout des drames politiques et sociaux. J’ai moi-même joué avec cet enfant. Il était pareil à tant d'autres gamins. Il était comme nous tous à son âge. Il aimait les vignettes Panini, que nous collectionnons à chaque mondial, les glaces à l’eau Rocket et les chicken nuggets. Et surtout, surtout, rouler très vite à vélo.

Quand j’ai appris ce qu’il est devenu ça m’a foutu un choc, comme à tous ceux qui l’ont connu

Je l'ai un peu perdu de vue à l'adolescence mais j'ai toujours entendu parler de lui. Tout semblait normal. Il suivait de bonnes études (payées par ses parents). Il ne manquait de rien. C’était pas l’abondance, mais en tout cas pas la misère. Je ne l’ai jamais entendu lever la voix sur quiconque, ou manquer de respect à une femme. Après, c’était pas un ange non plus. Quand il était ado, il a fait ses conneries. Plusieurs fois, il a roulé bourré, il aurait pu tuer des gens. Il a eu un retrait de permis. On a pensé que ça allait le calmer. Heureusement qu'il y avait sa famille autour, ça l'a aidé à se maintenir.

 

Et puis, ça a commencé à vriller...

Vers 19 ans, quelque chose a changé en lui. Il ne voulait pas reconnaître la loi ni l’autorité. Ses parents se sont inquiétés. On a essayé de discuter avec lui. Ce n’était plus possible. Ses parents ont fait le forcing pour l'inscrire à l’université, en sciences économiques. Il a accepté. Il lisait toujours plus de livres et s’isolait. Boire ne l’intéressait plus, ni voir ses amis, fêter ou danser. Il devenait rigoriste. Il a passé son bachelor et master, avec mention. Un étudiant brillant. Et pourtant...

 

Un voyage d'un an... et la radicalisation

Il a fait ce satané voyage qui l'a radicalement changé. Un an loin de chez lui. Si ses parents avaient su ce qui allait se passer, ils lui auraient confisqué son passeport, l’auraient sûrement empêché de partir. A son retour, personne ne l’a reconnu. C’était fini.

Il est revenu hautain et arrogant, a commencé méthodiquement à mettre en oeuvre son plan. Comme s’il avait subi un lavage de cerveaux. Il n’a pas agi seul. On a compris plus tard qu’il faisait partie d’un réseau et bénéficiait d’appuis. L’enquête de police aurait dû reconstituer les complicités et auditionner celles et ceux qui l’ont poussé sur cette voie. Malheureusement, personne n'a bougé. En apparence, tout était légal.

Il pouvait désormais passer à l'action. Il a été engagé comme trader dans une entreprise de négoces de céréales de Genève. Il a laissé alors pourrir dans des ports des navires chargés de blés quand les cours ne permettaient pas des bénéfices suffisamment luxuriants. La mort de centaines de milliers d’êtres humains en a découlé. Celui lui était égal. Endoctriné. 

Ses parents ont interpellé les politiques : comment a-t-il pu faire ce voyage d'un an à la City de Londres sans que personne ne s'en inquiète, ni qu'il y ait une cellule de déradicalisation à son retour? Pourquoi ne leur a-t-on rien dit, ni prévenu que leur fils allait devenir un tueur froid en col blanc? Désormais, il roule en Porsche Cayenne comme s’il était un roi du monde en se foutant bien du sort de ceux qu'il affame. Il est haï du 99% de l'humanité. Ses parents ont honte de lui.

Un cas parmi des centaines d'autres

Ses parents ont découvert que le destin de leur fils n’était pas unique. Il y a aujourd'hui des dizaines de jeunes hommes ou femmes qui ont le même destin que lui, perdant subitement leur identité et tout sens de l’empathie.

Radicalisés rapidement suite à un voyage, ou lors d’un camp prolongé où le maniement de produits financiers est enseigné, des techniques bien élaborée d’évasion fiscale, ils perdent rapidement tout contact avec la réalité.

Que faire?

Un voyage à la City. Le chemin vers la radicalisation. C’est chez nous, aujourd'hui, au sein de nos quartiers, dans nos familles, dans la tête de nos jeunes. Cette idéologie mortifère se répand et s'implante toujours plus. Faire du fric à tout prix en se foutant royalement des conséquences pour la vie d'autres êtres humains.

Deux parents dans la détresse. Une famille brisée. Ils n’arrivent plus à croire que c’est leur fils qui passe en voiture de luxe avec sa chemise blanche, l’air impeccable du salaud qui ne mesure plus la portée de ses actes et se contrefout de la mort qu’il répand autour de lui. 

Que faire ?

En parler autour de soi, afin que cela n'arrive pas à d'autres jeunes.

Dénoncer sans relâche les criminels qui entraînent toute une jeunesse au meurtre, et la complicité passive des autorités. 

 

..........................

sylvainthevoz.ch

 

11:40 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : radicalisation, voyage, jeunesse | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/07/2018

Spécisme & co

antispécisme,alimentation,chasse,animaux,familiers,domestiquesQuelle est la différence entre un bon et un mauvais chasseur ? Un bon chasseur il tire, et un mauvais chasseur... il tire aussi. Cette chute d'une vidéo des Inconnus sur les chasseurs a longtemps été citée comme paradigmatique de l'absurde de la chasse[1]. Aujourd'hui, si cette vidéo était prolongée, on pourrait y adjoindre une séquence : quand un chasseur voit la biche : il tire. Si c'est un âne: il tire pas. Ben ouais, la biche c'est un animal, et l'âne c'est... euh... un animal, mais pas comme la biche.

Le bon et le mauvais chasseur 

Un article de la tribune de Genève du 29 juin nous indique qu'un mauvais chasseur a été condamné  pour avoir tiré sur des ânes près du village d'Arith, en France voisine.[2]. Deux bêtes sont mortes sur le coup, deux autres gravement blessées ont été euthanasiées par la suite. Le chasseur a été poursuivi pour actes de cruauté envers animaux domestiques et violation d'ordonnance sur la chasse. La Fédération de chasse de la Savoie s'est aussi constitué partie civile. Le chasseur, pour sa défense, a prétendu avoir confondu les ânes avec des biches. La fédération des chasseurs a confirmé qu'il était impossible, à la distance où se tenait le chasseur, de les confondre. Le chasseur a été condamné à une amende. Son permis de chasse révoqué. Très (très) mauvais chasseur, donc.

Qu'est-ce qui différence un chat d'un chat sauvage?

Cela interpelle et questionne. Car enfin, un bon chasseur peut tirer des biches sans crainte de jugement pour cruauté envers animal, mais pas des ânes. Pourtant, qu'est-ce qui différencie la biche de l'âne? En un mot : la domesticité, qui est un autre mot pour dire la familiarité. L'âne a un propriétaire, là où la biche n'en a pas. Et les enfants, nous précise l'article, caressaient les ânes dans le champ, et jouaient avec eux. Si le mauvais chasseur avait tiré sur une vache, un chat ou un chien, il aurait certainement écopé du même verdict. Au diable galinettes cendrées, sangliers ou chevreuils, ces derniers peuvent passer sans autre à la moulinette. Les enfants n'ont pas de lien particulier avec eux, on ne leur donne pas de petit nom, ne les nomme ni "fleurette" ou "médor". Conséquence: on leur envoie du plomb. C'est la loi, la coutume.

L'acte de nommer ferait donc basculer du champ du sauvage à celui du familier et préserverait des balles. Il est intéressant de relever que le chemin inverse se fait pour les tueurs d'humain. L'histoire nous montre que ces derniers prennent comme première mesure de retirer le nom de leur victime, d'effacer l'identité de celles et ceux qu'ils peuvent ensuite tuer... comme des bêtes. Le fait de nommer distingue ce qui est familier de ce qui ne l'est plus, et qui finit, suivant une pente bien humaine et morbide, de ne plus mériter aucun égard, ni même la vie.

 

Qu'est-ce que le domestique?

Mais notre chasseur d'ânes, pourquoi n'a-t-il pas écopé de dommage à la propriété plutôt que cruauté sur animal ? Et puis,  s'il y a cruauté envers animaux, quand un chasseur s'en prend à des ânes dans un champ, comment se fait-il que le paysan qui envoie ses chevaux à l'abattoir ou fait de son cochon saucisses et boudins, n'écope pas lui aussi d'une même peine ? Ne devrait-il pas être pareillement condamné pour cruauté sur animal ? Les tribunaux seraient alors remplis d'éleveurs, et les chaînes de supermarchés définitivement et lourdement condamnées pour massacres en bande organisée. Pourtant, à ce jour, cela n'arrive pas. La loi protège ceux qui tuent des animaux domestiques pour autant que ces derniers soient sur une liste agrée et que cela se pratique dans les règles.

 

Tu ne tueras point ( sauf exceptions listées ci-dessous)

Résumons :

1) Les bêtes dites sauvages (celles à qui on ne donne pas un nom d'ami), on peut leur tirer dessus (pour autant qu'elles ne soient pas en voie de disparition, parce que là ça va trop loin), à des périodes spécifiques (chasse ou fêtes), en dehors desquelles, il faut les laisser souffler (elles doivent bien pouvoir se reproduire pour qu'on puisse les supprimer).

2) Les bêtes domestiques, il est interdit de leur faire du mal (essayez de tirer sur votre chat pour voir), mais à l'exception de certains animaux domestiques (qui sont joyeusement mis à mort), mais selon certaines règles (n'amenez pas votre chat à la boucherie, vous serez dénoncé, et ne tuez pas votre cheval dans un champ), et ce donc avec une ferveur redoublée  à certaines périodes de l'année (à Noël ou en été, pour la dinde ou les grillades).

3) Enfin, il y a des animaux domestiques qui sont supprimables sans aucuns soucis légaux (vous pouvez broyer de la souris tant que vous voulez, gazer des taupes, éliminer tous les insectes possibles et imaginables, ces derniers étant rangés dans la catégorie des nuisibles, donc considérés comme qualité négligeable, quel que soit le petit nom que vous ou vos enfants leur aurez donné. Un conseil, faites juste gaffe, si votre enfant a appelé mimi la petite souris de la cave, de bien nettoyer la pelle qui aura servi à l'occire, car en cas de disparition avérée, soupçonné, vous aurez à siéger devant le plus sévère des tribunaux : familial, dont la sanction ne sera pas pécuniaire, mais affective, ce qui est grave).

 

L'humain au centre: mais de quoi ?

Ces distinctions arbitraires entre le domestique et le sauvage sont construites sur des bases économiques, culturelles, historiques, relativement complexes. Voulues et pensées par l'humain, c'est lui qui en assume les frontières et les évolutions. L'histoire change, et si une certaine cohérence d'ensemble s'y retrouve, elle est grandement illisible pour celles et ceux qui ne reconnaissent pas les mêmes codes culturels ou y cherchent une logique éthique (ici on mange les cuisses de grenouille là bas on ne touchera jamais au cuisseau d’un canasson). Bien sûr, tout cela change au fil des siècles, et si nos grands-parents ont massacré des renards, leur tirer dessus quand ils chapardent dans les poubelles du quartier serait condamné, et pas seulement pour trouble à l’ordre public. L'humain aujourd'hui reste le centre, mais l'économie, la culture ont changé, et pas sûr que les coutumes des grands-pères et grands-mères soient encore applicable à notre siècle.

 

L'antispécisme : un temps d'avance

Aujourd'hui, celles et ceux que l'on appelle antispécistes, et qui refusent toute mise à mort d'animaux, ont une avance éthique et une cohérence considérable sur ce sujet. Cela leur donne une puissance incontestable. Que certains d'entre eux en viennent à casser des vitrines pour se faire entendre est regrettable, mais devrait alimenter le débat de fond plutôt que de permettre à certains de se cacher derrière le verre éclaté pour ne pas affronter l’interrogation sur la légitimité au-delà de la légalité pour l’humain de tuer ou non des animaux, et la manière dont il se le permet.

L'humain a décidé des espèce qui lui sont asservies pour sa nourriture, son agrément, et son plaisir. Il a défini les espèces qu'il s’autorise à tuer, et d'autres qu'il peut élever pour un usage segmenté de telle ou partie de la bête - fourrure, oeufs, ou essences-, et d'autres enfin qu'il vénère. Aujourd'hui, cette carte peut, doit évoluer.

Le mauvais chasseur qui a tiré sur des ânes a été condamné pour cruauté sur animal. Les bons chasseurs aux mains immaculées : Monsieur et Madame tout le monde mangeant de bons steak au restaurant et se délectant de filets de perche ne le seront pas...  enfin, pas dans l'immédiat. Il n’empêche, la réflexion sur l’hégemonie humaine du droit de vie ou de mort sur les animaux de la part des bipèdes est à poursuivre.

 

 

[1]https://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8

[2]https://www.tdg.ch/geneve/grand-geneve/Le-chasseur-suisse...

 

 

..................................

www.sylvainthevoz.ch

10:16 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antispécisme, alimentation, chasse, animaux, familiers, domestiques | |  Facebook |  Imprimer | | |

28/06/2018

Lettre à un ami athée

athéime,foi,croyance,dialogueMon cher ami, la dernière fois que je t’ai vu, tu m’as dit que tu ne comprenais pas que l’on puisse croire en quelque chose qui n’existe pas. Je t’ai trouvé péremptoire dans ta prise de position. Comme si tu devais absolument effacer du monde une présence que, par ailleurs, tu ne reconnais pas. Mais s'il n'y a rien, pourquoi t'échiner alors à lui donner consistance pour le nier? Il suffirait de laisser le rien n'être rien, non ?

Mais c'est comme si tu savais, de source sûre, ce que signifie croire. Pourtant c'est un mystère, surtout pour celui croit, au point que cela est souvent au coeur même de sa croyance. Demande au croyant ce qu'il croit, et souvent, dans ses réponses, tu entendras un mélange d'embarras, de maladresse ou d'hésitation.

Croire revient, presque par définition, à entrer dans un mystère et à sentir que tout n'est pas dicible et démontrable. Et conduit, en conséquence, à déraciner les certitudes et les affirmations toutes faites pour naviguer un peu à vue. Comme un pilote d’avion entrant dans le brouillard, et dont le pilote automatique tombe en panne, le laissant condamné à s’en remettre à un mélange d'expérience, d’aspiration et d’abandon, pour s'ouvrir un chemin.

Croire serait donc une entrée dans le monde du tâtonnement, de l’intuition, du désir, plus que de la connaissance. À cela tu opposes le bloc compact de ta négation, la persévérance satisfaite de celui qui a une mission définie : nier la prétention de l'autre à toute transcendance. Bon, pour aller dans ton sens, il y a des croyants au dogme et à l'intransigeance morbide et inacceptables. Mais qu'à le fait de croire là-dedans? Il y a bien des athées qui respectent le fait de croire ou de ne pas croire, n'en font pas une croisade, tout comme il y a des croyant.e.s qui savent douter et accueillir chacun.e. dans sa différence.  

Mon cher ami. Comme un lutteur chevronné, tu cherches à plaquer ton adversaire au sol, -l'hésitant croyant qui ne sait dire en quoi et pourquoi il croit, mais cherche et perçoit quelques chose qui le transcende-. Jusqu’à ce que ses deux épaules soient au sol et la soumission acceptée. Tu ne cherches pas le dialogue, mais la victoire par la force. Les croisades, les petits-déjeuners au pensionnat, l'église du XVIe, et les abus sexuels de prêtres déviants, c'est en quelque chose un stade indépassable et illustratif de ton nihilisme. Les points godwin du religieux. Imparables selon toi. 

Mon cher ami, je ne sais pas ce que croire est. Je ne juge pas ceux qui ne croient pas, que l’on nomme agnostique, ou les athées qui ne font pas église de leur non-croyance, ni des animateurs de croyances occultes. Je n’ai pas voulu te contredire, ni entamer une discussion sans fin, sur le sens de tout cela. Cela me semblait perdu d'avance. Tu n’en avais d’ailleurs nulle envie. L’affirmation toute puissante de la non-existence de la foi de l’autre te servait de rempart, pour éviter d'être ébranlé dans ta certitude sur ce qu’est croire et ce que ça recouvre.

Voyant en toi vibrer le feu féroce du zélote, la rage du convaincu, j’ai reconnu la peur fragile envers un Dieu gourmand dont les ouailles sont nombreux. Le Dieu des certitudes toutes faites, et des enclos protecteur excluant ceux qui croient et ceux qui ne croient pas. Pourtant, ils se ressemblent beaucoup. Alors j'ai choisi d'écrire, cela permet de prendre le temps de poser quelques arguments.

Cher ami, je refuse de figer l’autre dans une place qui n’est pas la sienne, l'enrôler sous une bannière ou étiquette, comme s’il n’y avait pas d’allers retours possibles, de déplacements entre une conscience intime et son expression, une identité sociale et une quête intérieure. Le chemin de croire est à mes yeux presque obligatoirement un parcours oscillant entre une présence et une absence, une certitude confuse et un doute radical.

Un peu, au final, comme échanger avec toi. 

 

...................

www.sylvainthevoz

 

 

 

13:48 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : athéime, foi, croyance, dialogue | |  Facebook |  Imprimer | | |

23/06/2018

L'UDC tacle notre équipe nationale de football. Carton rouge pour ce parti.

football,mondial,shaqiri,xhakaLa Suisse a battu la Serbie 2-1 ce vendredi soir lors du mondial de football en Russie, grâce à un magnifique travail de coaching, une belle dynamique de groupe et deux splendides buts de Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri. 

 

L'UDC alimente une vaine polémique

Les deux buts marqués par la Suisse ont été célébré par les joueurs en joignant les deux mains pour former un aigle bicéphale, symbole de l'Albanie. Que deux joueurs suisses aient, dans un moment de joie extrême, symbolisé leur double identité est de leur plus pure liberté. Mais cela a conduit des nationalistes aigris à s'étrangler devant ce symbole, y voyant un manque de respect, ou pire une trahison des couleurs helvétiques, cherchant une polémique qui prend surtout sa source dans leur esprit étriqué. 

 

Liberté du jeu

Ils sont libres ces joueurs de célébrer leur but comme bon leur semble. Ils sont libres de convoquer les esprits et les identités qui les inspirent. Certains lèvent deux doigts au ciel, d'autres font un signe de croix, d'autres encore soulèvent leur T-shirt pour montrer le visage de leur nouveau né; ou saluent la mémoire d'un être cher décédé, quand certains crient Allah Akbhar quand ils marquent. Et alors ? 

Il faudrait vraiment être tordu pour invoquer la laïcité afin de critiquer un joueur de football qui ferait le signe de croix en entrant sur le terrain, ou voire dans ce qui est un signe individuel d'appartenance, une atteinte envers tel ou tel groupe ou religion. Des appartenances, tout le monde en a plusieurs, et chacun est libre de les convoquer comme il l'entend pour les exprimer. À moins que l’on veuille des joueurs type robotique et aseptisés. Dites, vous croyez que l’UdC va bientôt poser une motion au parlement demandant à la police fédérale de contrôler la teneur des tatouages de nos joueurs? 

Dans la même veine, il serait absurde de penser que ce serait trahir la Suisse si un joueur faisait un signe de coeur à sa femme plutôt que de mettre sa main sur son maillot, à l'emplacement de la croix suisse. C'est pourtant cette critique que porte l'UDC. Ce parti  aimerait que les joueurs de la Nati soient des bons petits soldats tous identiques et à la botte de leur idéologie totalitaire.

Natalie Rickli, conseillère nationale UDC, membre de l'action pour une suisse indépendante et neutre, ne s'est pas réjouie des buts et de la victoire de l'équipe suisse, car ces derniers étaient, selon son appréciation, marqués plutôt pour le Kosovo que pour la Suisse. Ce commentaire est aussi bête que de penser que quand Federer gagne la Coupe Davis est envoie des baisers à sa femme Mirka, ce n'est pas la Suisse qui gagne.

 

Les joueurs ne sont pas du bétail propriété d’un club ou d’un pays 

Xhaka est Suisse. Il est né à Bâle. Shaqiri est Suisse, il est né dans ce qui est aujourd’hui le Kosovo, est arrivé en Suisse alors qu'il avait un an. Tous deux ont choisi de jouer pour la Suisse. Ce sont des joueurs professionnels qui ont été formés dans notre pays et dont on peut être fiers. Ils exercent aujourd’hui leur métier en Angleterre, tout en étant tissé d'identités multiples, assumant de les revendiquer.

Les attaques de l'UDC contre l'équipe de Suisse montrent une chose avant tout :  le caractère nationaliste, intolérant et totalitaire de ce parti, qui n'est plus en phase avec la population. Il est lassant de voir que pour certains, il y a encore différentes classes de Suisse. Les segundos, les suisses d'origine étrangère, les suisses naturalisés, ceux qui font l'aigle et ceux qui ne le font pas, tous étant plus ou moins suspect de ne pas atteindre le même niveau de suissitude que les suisses prétendus "de souche", etc. Toutes ces distinctions sont absurdes et insignifiantes.

Quand on est Suisse, on est Suisse, point. On peut manger de la fondue ou pas, faire le signe de croix ou pas, effectuer plutôt le ramadan que shabbat, dessiner des aigles, des petits fleurs ou des lotus avec ses doigts, selon ses croyances, ses libertés, sa créativité et ses appartenances, cela n’autorise personne à catégoriser et distinguer entre  ce qui serait l'essence de la suisse et ce qui ne le serait pas, et surtout cela n'autorise personne à dégrader celui-ci ou critiquer celui-là en se prétendant être la norme. 

L'UDC a toujours cherché à créer la division entre les Suisses et les étrangers. Il cherche maintenant à créer la division entre les Suisses au moment où tout un pays communie dans la joie.

Je souhaite, pour ma part, de tout cœur, à notre équipe nationale de football, toujours plus de victoires et de joies, de diversité et de liberté, car ce sont des énergies positives, fruit d'un travail et d'objectifs élevés et rassembleurs. Et pour l'UDC: un carton rouge, pour le sortir enfin du terrain où son jeu agressif et mesquin est source de troubles et de désunions uniquement.

C'est la meilleure chose que l'on peut souhaiter à notre beau pays, si riche dans sa diversité.

Suisse 1- UDC 0

 

..........................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01:25 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, mondial, shaqiri, xhaka | |  Facebook |  Imprimer | | |

05/06/2018

Bye bye Conseil Municipal, bonjour Grand Conseil

topelement.jpgAprès 7 ans passés au Conseil municipal de la Ville de Genève, je quitte celui-ci ce mardi 5 juin à 19h. Je pars avec une pointe d’émotion mais surtout une grande satisfaction, celle d’avoir donné de mon temps et de mon énergie pour le bien de la collectivité. Dans toutes les commissions où j’ai pu siéger, durant les séances plénières, je me suis toujours efforcé d’honorer la confiance que les habitant.e.s de notre ville m’ont faite en m’y portant.

Siéger à 80 élu.e.s, avec les conseillers administratifs et conseillères administratives, 7 groupes politiques, et des indépendants, est un bel exercice de dynamique de groupe, une exigeante école de vie, qui oblige à une forme de modestie et de relativisme, à dialoguer avec d'autres personnes qui n'ont pas toujours, voire rarement les mêmes idées, tentant de trouver, y parvenant parfois, souvent, des convergences, des points communs, obtenant des résultats, se voyant opposer des objections, tentant de travailler les consciences, en se confrontant aux logiques et idéologies de chacun.e.

La politique municipale c'est du concret, une belle illustration que rien n'est facile ni ne va de soi. Il ne suffit pas de mettre des gens ensemble pour qu'ils soient d'accord, ni n'obtiennent des résultats. Regardez bien votre famille, vous y êtes 5 ou 6? Eh bien imaginez, en étant 80 à chaque repas où il faudrait décider de quelque chose, ce que ça donnerait... Alors bien entendu, il faut s'armer de patience, avoir un brin de philosophie et une louche de bonne volonté pour durer, accueillir victoires et défaites en continuant à travailler.

J'ai aimé ce rôle de lien avec des associations, les habitant.e.s individuel.le.s, afin de formuler et porter des enjeux à travers la voie délibérative (pour le sport, la culture, pour une ville plus accueillante, plus en phase avec son époque en terme de mobilité douce et de place pour les piétons et vélos dans la ville; pour des repas végétariens dans les écoles, des espaces plus inclusifs pour les diverses minorités, pour défendre les moyens d'une collectivité prospère mais avec de grands écarts en terme de revenus individuels, et de grandes zones d'ombre où s'exercent les discriminations ; ayant le pouvoir de favoriser la redistribution des richesses au maximum, luttant contre la précarité et le sans-abrisme.

J'ai eu beaucoup de plaisir à être ce relais critique, d'être à disposition (nos numéros sont accessibles à chacun.e.sur le site de la Ville) des celles et ceux qui portent des idées, des plaintes et des combats : les associations, des habitant.e.s engagé.e.s, les magistrats. Ce n'est pas un engagement facile, mais c'est une chance aussi. Il se fait certes en plus d'un engagement professionnel, sur le temps que l'on rêve parfois d'employer pour des loisirs ou la détente, de la lecture, mais il est terriblement gratifiant et nourrissant.

Certains disent parfois qu'un mandat politique est une forme de formation continue. C'est aussi vrai. C'est en tout cas une belle manière de découvrir le pouvoir que l'on peut avoir comme citoyen.ne, et saisir le système dans lequel on baigne pour mieux l'utiliser et le mettre au service de la collectivité. C'est surtout un bon antidote au défaitisme ou aux mouvements dépressifs de type: "de toute façon on est foutu", "ils ne font que ce qu'ils veulent", "on n'a aucun pouvoir". C'est à mes yeux, au contraire, l'apprentissage limité et tonifiant de constater que l'on obtient le pouvoir que l'on conquiert et qu'on a besoin d'aller le chercher collectivement. Mauvaise nouvelle : il ne tombe pas du ciel, il faut aller le conquérir. Bonne nouvelle : une fois que l'on est en route, il n'y a pas de limite à ce que l'on peut obtenir, et les possibles sont immenses. Tout dépend, au final, de l'énergie déployée et de la force des collectifs.       

Aujourd’hui, je me réjouis qu’une socialiste reprenne la place que je quitte dans ce Conseil. Elle défendra avec la même ardeur des politiques publiques incisives pour atteindre la justice sociale et renforcer la lutte contre les discriminations et inégalités frappant les habitant.e.s de notre belle ville. Je prolongerai pour ma part désormais ce combat à une autre échelle, mais d’une manière identique sur le fond, au sein d'un autre groupe socialiste, au Grand Conseil.

J’aimerai, pour conclure ces quelques lignes, remercier chaleureusement le groupe socialiste du Conseil municipal, ma section, mon parti, pour l'engagement sans faille que nous avons porté ensemble au cours de ces années pour nos idéaux et notre projet de société. Remercier aussi chaleureusement les collaborateurs et collaboratrices de l’administration qui garantissent la qualité des prestations municipales et font un travail essentiel pour le vivre ensemble et la lutte contre les inégalités à Genève. 

Bye bye Conseil municipal, bonjour Grand Conseil.

Mon engagement, lui, reste le même.  

 

....................................

www.sylvainthevoz.ch

 

15:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

28/05/2018

Hommage à toi Loris Karius

9805542-3x2-700x467.jpgLors de la finale de la champion's league entre le Real Madrid et le club anglais de Liverpool, le gardien de cette équipe, Loris Karius, 25 ans, s'est trouée, offrant deux buts sur un plateau à l'équipe espagnole. Une relance hasardeuse et un ballon savonnette lui échappant des mains ont précipité la perte de son équipe. Les critiques ont fusé : faute professionnelle, inacceptable à un tel niveau, sabotage. Des insultes des fans ulcérés allant jusqu'à exprimer de menaces de mort suite à cette défaillance du gardien de but anglais. Cet événement fait remonter le souvenir d'Andres Escobar, défenseur colombien assassiné en juillet 1994 à Medellin, suite à un but contre son camp lors du mondial de football.  

Hommage à toi Loris Karius

Dans ce monde du football imbibé d'argent et gorgé d'attentes de perfection, tu as été l'humain faillible et maladroit, la figure de celui qui fait vivre un scénario dramatique et presque comique à cette finale. De la pompe grandiloquente de l'ultra compétition, tu as révélé la pression que subissent les sportifs et sportives d'élite, et illustré le fait qu'il n'y a pas de geste simple et qu'échec ou réussite tiennent à un fil. Dégonflant la baudruche rutilante du sport-business et marquant la différence entre l'humain et la machine, tu as illustré malgré toi la violence pure des "fanatiques", en fait monsieur et madame tout le monde, qui, sitôt assis sur leurs sofas, sont prêt.e.s à tuer pour un résultat, à pleurer toutes les larmes de leur corps quand leur équipe perd, cherchant des coupables, comme s'il s'agissait de vie ou de mort. Or, il ne s'agit pas de vie ou de mort. Et si le président Macron pense que les deux métiers les plus difficiles sont Président de la République et sélectionneur de l'équipe de France, il se trompe lourdement. Car l'un décide concrètement par ses décisions de la vie et de la mort de millions de gens, alors que l'autre orchestre un jeu de ballon. Ce qui est inquiétant, c'est que les frontières se troublent, que la politique devient spectacle, et le football affaire de vie ou de mort. Le sport déclenche des émotions, oui, et c'est un merveilleux et inégalable catalyseur, mais au final, quand un jeune gardien de but se loupe, nous devrions plutôt sourire, et rire avec lui de sa boulette comme d'un fantasque clin d'oeil de l'histoire, et un antidote espiègle aux fièvres des bookmakers. Hommage à toi Loris Karius.   

Le bourreau

Une autre figure émerge de cette finale, celle du bourreau. Sergio Ramos, joueur athlétique, toujours à la limite de la régularité (et souvent au-delà). S'il s'est malencontreusement enroulé le bras avec celui du joueur étoile Mohamed Salah, d'autres disent plutôt qu'il lui a fait une vicieuse clé de bras, effectuant une redoutable prise de judo, l'entraînant au sol et le propulsant surtout directement à l'infirmerie. Résultat: insultes sur les réseaux sociaux, contrat mis sur la tête du sieur Ramos, et re-menaces de mort. Les sentiments les plus négatifs se canalisent sur lui. Pas nouveau. Avant lui Harald Schumacher, gardien de but allemand, était traité de nazi, de SS, et recevra lui aussi des menaces de mort suite à une sortie aérienne qui envoya le joueur français Battiston à l'hôpital, en 1982. On se rappelle aussi de Gabet Chapuisat, qui avait démonté la rotule de Lucien Favre, l'affaire s'était terminée devant les tribunaux civils. Alors : engagement ou agression ? Lutte à la régulière ou acte vicieux pour éliminer un adversaire? Le football est un champ économique avec des figure dignes de Série B pour l'animer. Il interroge chez chacun.e. le sens de la justice et si la fin justifie les moyen. Et puis, à partir de combien de francs d'enjeux, le fair-play devient-il un luxe surnuméraire? 

 

Le héros

A ce tableau épique, ne pouvait manquer un héros. Il s'est incarné par un buteur gallois, attaquant véloce, auteur d'un retourné spectaculaire, faisant tourner la tête de toute l'Europe du football (et les millions du sport-business). Incarnant la figure d'Icare rayonnant, du succès, il suscite envie et admiration. Pour sûr, il aurait eu droit à ses menaces de mort s'il avait par exemple raté un penalty ou commis un autogoal. Etre monté aux nues ou vouée aux gémonies, jeté en pâture à la presse, le football spectacle ressemble à s'y méprendre aux jeux du cirque romains, à une usine de boucherie.

 

Victime, héros, bourreau

Amoureux de football, je ne regarderai les matchs de coupe du monde que d'un oeil critique, pour soutenir les plus petits et chanter les louanges des perdants. Le football est et sera toujours une magnifique école de vie, et le sport plus généralement une incroyable aventure humaine, mais les rôles intimés aux joueurs sont devenus paroxystiques, et les états pourris utilisent le sport comme une vitrine nationaliste. Alors très peu pour moi de ces scénarios hollywoodiens, occultant la dimension ludique et amicale du football, pour jeter en pâture des sportifs à la masse. Au match d'inauguration du mondial Russie-Arabie Saoudite, je préférerai toujours celui du Lancy Fraisier FC contre FC Compesières ou le CS interstar de Varembé.     

Plutôt que crier Vae victis comme les romains, je chanterai gloire aux vaincus. Ils ont une grandeur et profondeur que les gagnants n'ont plus. Et tant pis pour les contrats publicitaires et les sourires Pepsodent, ce sont les applaudissements pour les beaux gestes, l'humilité dans la  victoire comme dans la défaite que je préfère, car cela nous ramène au jeu et à sa dimension fondamentale : sa fragilité.

Hommage à Loris Karius.

 

.......................................

 www.sylvainthevoz.ch

 

11:23 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, karius, ballon, argent, mondial, people, mass, show-business | |  Facebook |  Imprimer | | |