sylvain thévoz

Topo Thévoz

  • La masculinité dominante est LA forme dangereuse de radicalisation

    Imprimer

    file76261ggrdg9pyntveao.jpgUne hotline consacrée aux angoisses liées au port du voile chez des proches? Les islamophobes en rêvaient, le Canton de Genève l'a fait. L'article de la TDG sur le dispositif "gardez le lien" ciblant particulièrement l'Islam est inutilement anxiogène. Pourquoi anxiogène ? Parce qu'il se fait l'écho du sentiment d'insécurité concernant une religion particulière. En résumé : une fille décidant de porter le voile ouvrirait une porte à la radicalisation... ah. Et si mon ado arrête de manger une côtelette de porc j'appelle aussi la hotline ?[1] Au final, on ne sait plus très bien si c'est l'article ou le dispositif lui-même qui crée ce désagréable sentiment d'un réflexe pavlovien anxiogène. Un peu des deux malheureusement. Ce qui devrait conduire à s'interroger sur ce dispositif. 

    [1]www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/prevention-radicalisations-10-cas-transmis-police/story/16010115

    Lire la suite

    Lien permanent 11 commentaires
  • Du délit de sale gueule à la démocratie participative

    Imprimer

    101223_BATEAU_GENEVE_04.jpgTrop souvent, quand on parle de précarité, les habitant.e.s ne savent pas de quoi ni de qui l’on parle exactement, et prennent peur. Cela ne les concerne pas, et les images associées sont des images repoussoirs. Pourtant, de nombreuses bonnes volontés et énergies sont prêtes à être mises en actions, et des habitant.e.s disposé.e.s à s’impliquer concrètement, par exemple par du bénévolat. Afin de favoriser l’action, il est important de changer les représentations toutes faites et les préjugés. Comment ? Par le contact, la parole; par la rencontre personnelle, le témoignage. Un grand effort de sensibilisation et dexplications doit être fourni.

    Le sujet de la précarité est trop souvent mis sous la pile des priorités politiques, par manque d’information ou de connaissances. Il est important de rappeler qu’une personne en trajectoire de précarité dispose de ressources, de potentiel. S’il existait des diplômes qui reconnaissent la débrouille et la créativité, elles en seraient bardées.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • 39 corps dans un camion, et toi et toi et toi ?

    Imprimer

    migrations,frontières,égoïsme,esclavagisme39 corps dans un camion. 39 morts dans un frigo roulant. 39 êtres humains asphyxiés. 39 victimes de plus au décompte morbide, aux dizaine de milliers sur les routes de l'exil, dans les mers, les montagnes, au bord des routes, au fond des ravins, aux postes frontières. 39 victimes de la fermeture des frontières. 39 morts silencieux dans un camion scellé. 39 anonymes dont on cherche désormais les empreintes, les derniers messages WhatsApp, à retracer le périple, connaître les proches. 39 pauvres, en route vers un destin meilleur, dont on ne prend plus le pouls, dont on ne peut plus prendre soin, entassés froids à l'arrière d'un camion.    

    Lire la suite

  • Qui veut faire l’ange fait la bête

    Imprimer

    ange,bêteQui veut faire l’ange fait la bête. J’ai repensé récemment à cette expression. Une connaissance s’était comportée d’une manière particulièrement égoïste, tirant l’entier d’une couverture à son profit, ne se souciant nullement que d’autres s’en trouvent à découverts, tout en assurant bien entendu que c’était pour le bien du plus grand nombre qu’il lui fallait ainsi s’emmitoufler davantage... 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 2 commentaires
  • Sion-Servette: mettons le racisme hors-jeu!

    Imprimer

    73056627_10157449749036826_4998682663653998592_n.jpgSortez vos bâtons les rats sont de sortie. Voilà le message affligeant répandu en Ville de Sion avant le derby Sion-Servette de ce samedi 26 octobre. Voilà ce que peuvent produire de plus ineptes des petites affichettes A4 sorties d’une imprimante et de tous petits cerveaux. D’autres messages rappellent aussi l’heure du match et l'accompagnent d’impératifs brusques comme « honore ta ville » une phraséologie bas de plafond et dangereusement haineuse.  

     

    Lire la suite

  • La gauche progresse, la Suisse prend des couleurs

    Imprimer

    La gauSuisse_Conseil_national_2019.svg.pngche progresse en Suisse! C’est un puissant signal en faveur d’une société plus durable et égalitaire et une belle récompense pour les partis qui y travaillent depuis toujours. Dans un climat international où l’extrême droite et les démagogues gagnent du terrain, nous les faisons reculer en Suisse!

    Dans un climat international où la haine de l'autre et la défiance augmentent, cette victoire des forces progressistes au coeur de l'Europe est un magnifique encouragement.

    L’augmentation de la représentativité féminine et féministe est également une grande source de réjouissance. 42% d'élues, ce n'est pas encore la parité mais c'est un bond en avant qui doit être applaudi. Bravo à toutes et tous pour l'engagement, la constance, et le soin pris à défendre notre démocratie. Ensemble, la lutte pour une Suisse plus progressiste, colorée, se poursuit!

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Es-tu vraiment au coeur de ta vie?

    Imprimer

    0AE69D4C-068F-4111-A987-D4BD4956E161.jpegCela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu. D'habitude il se tenait devant le supermarché du coin, jouant de la flûte, demandant une pièce. Puis il avait disparu. Ce dimanche matin, il était de retour, devant le supermarché fermé, dans une rue déserte, jouant de son instrument, pendant que de timides lumières s'allumaient aux fenêtres. Les petits-déjeuners se préparaient, les enfants se réveillaient. Je me suis arrêté pour l'écouter et lui parler. Il m'a raconté sa vie. Il n'était pas d'ici. Il m'a dit : "Es-tu vraiment au coeur de ta vie?" 
     
     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Lettre d'amour à un.e candidat.e

    Imprimer

    metro-bonde-a-chatelet.jpgCher.e candidat.e

    Les élections sont au système démocratique ce que la déclaration est à l'amour. Un passage obligé et chargé d'émotions. Un moment clé, où la connexion intime est confirmée, ou une gênante fin de non-recevoir murmurée.

    Quand tu t'es porté.e candidat.e, tu n'aurais jamais imaginé combien cet amour pouvait être exigeant. Passage obligé, les plateaux télé ou radio, les émissions de plus ou moins bonne qualité, où tu dois parfois te faire violence pour répondre aux questions. Ces dernières vont du quizz indigeste (date de naissance d'un illustre inconnu du 18e aux dernières lois votées à Berne) à des développements qui n'ont rien à envier à de véritables thèses de doctorat. Toi, tu dois être prêt.e à tout. Tu dois répondre de tout. 

    Insidieusement, tu t'es transformé en toutou savant.e, en encyclopédie sur patte. On attend de toi au minimum une forme de science infuse; on ne te pardonnera pas de manquer de sympathie et de sourire ou de charisme. Et cela 24 sur 24, à l'aube comme au bout de la nuit. 

    Tu connais par coeur maintenant le sadisme galant de ceux qui veulent te prendre en défaut, te glissent avec délectation des peaux de banane sous tes pas. Heureusement, il y a les autres, celles et ceux pour qui tu te bouges et qui ont besoin de changement, attendent de vraies réponses pour leur vie quotidienne, ont des besoins criants et cherchent des partenaires fiables pour y répondre : toi. 

    Tu devrais tout savoir. Et si tu ne sais pas, nous faire croire que tu sais? C'est vrai, on n'aime pas rester sans réponse et si possible immédiate, dans notre société. Mais surtout, on te désire sincère. C'est la base de l'amour non? La séduction n'a qu'un temps, et est souvent un leurre. 

    Les invitations, innombrables, pleuvent. Elles vont d'une fête de quartier aux cercles les plus restreints d'entrepreneurs ou d'artistes. Dans ton sac maintenant, toujours deux jeux de vêtements, au minimum. Ainsi, en une journée, tu peux traverser plusieurs mondes. Toujours, tu dois correspondre aux codes des milieux que tu traverses. Gare au faux-pas. Quand il pleut, te déplacer d'un lieu à l'autre tout en restant impeccable. Quand il fait chaud, ne plus transpirer sous les aisselles. Tu n'aurais pas imaginé que notre société était composé de tant de différences. Si l'élu.e est du peuple, il doit montrer des talents d'homme ou de femmes orchestre que peu possèdent. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • La dolce vita genevoise du dictateur Paul Biya

    Imprimer

    Il n'est pas aisé de savoir si le document qui circule en ligne et annonce un nouveau séjour du dictateur Paul Biya à Genève est authentique ou non. Toujours est-il qu'après les événements du début de l'été où un journaliste de la RTS fut molesté et une manifestations pacifique durement réprimée, entachant l'image de la Suisse à l'échelle internationale, le retour possible du dictateur camerounais et de ses sbires armés n'est vraiment pas une bonne nouvelle pour Genève. 

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Un premier août de rêve

    Imprimer

    5caf08e7b4360_1-683x1024.jpgC'est toujours spécial, à l'occasion du premier août, de sentir que du plus petit village à la plus grande ville, mais aussi à l'étranger, les Suisses.ses se rassemblent, allument des lampions; que les syndics, les maires, partagent leurs discours, que des feux sont allumés sur les collines, des pétards lancés au ciel. Chacun.e, le temps d'une journée, avec une certaine insouciance, mais aussi avec gravité, marque le coup, celui du temps qui passe, et de ce qui ne change pas : la stabilité d'une communauté, en s'interrogeant à ce qui le relie à celle-ci, hier, aujourd'hui. Je rêve d'une Suisse où chacun.e puisse s'y sentir comme à la maison. 

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Prière pour le climat

    Imprimer

    eclair_lyon.jpgOrage nous tonnerrifie nous, éponge nous

    glougloute nous, gargouille nous, catastrophise nous

    mais par pitié, épargne nous. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Calvin, vieux punk

    Imprimer

    topelement.jpgCalvin barbouillé. La blague potache ne devrait pas nous émouvoir plus que de raison. C’est un 'classique' de soumettre ses idoles à une douche colorée et même une forme de reconnaissance de les taguer. Dans le plus pur style pop art, Andy Warhol aurait apprécié. Jackson Pollock aurait ri des zozos s’exerçant à l’action painting. Marcel Duchamp aurait sûrement été ému de ce ready made, certes convenu, du parc des Bastions. Mais trève d’anachronisme. 

    Passer l’occiput des réformateurs à l’acrylique ne laisse pas indifférent. C’est heureux. Qui pense encore que Genève n'est plus comme avant a raison, car Genève c’est plutôt comme avant avant. Back to Calvin again!

    Le but de cette action picturale était de faire réagir, mais pour quoi au juste ? 

    Nous voilà pris entre deux feux. On se retrouve avec d’un côté ceux qui trouvent qu’un peu de couleur sauvage égaie ce vieux mur des réformateurs et de l’autre, pour faire court, ceux qui voudraient envoyer en Corée du Nord, en camp de redressement, ces 'jeunes' (forcément) chenapans qui ont salopé le symbole suprême et envers qui une cure de 'bolsonarisme' ou de coups de trique ferait le plus grand bien. 

    Entre les tenants du révisionnisme historique et les adeptes d’une histoire figée au formol, nous voilà bien. Entre ceux qui agissent mais ne laissent pas de commentaire (même pas une petite revendication, dites?) et ceux qui commentent mais ne retiennent pas la leçon (cette petite coulure rouge sur Calvin, sans aller jusqu’au test de Rorschach, elle ne vous évoque rien?), c’est la même béance.

    On mettra de côté les injures (qu’on les vire, qu’on les pende) et les insultes homophobes, autrement plus grave qu’un jet de peinture et sans lesquelles on en serait resté au jeu d’enfant. Ce prurit fleurissant sur les réseaux sociaux, pullulant jusqu'aux pages de députés de droite mériterait aussi ses plaintes pénales.

    Qui pourra nous tirer de ce marigot par le haut ? Ce vieux punk de Calvin, évidemment. 

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Sur le chemin des vacances...

    Imprimer

    0C1CF489-058B-4486-8E63-0C8620BDC25F.jpegUn arrêt en gare pour un TGV, ce n'est pas long, 3 ou 4 minutes peut-être. Mais cela peut sembler un temps infini. Et lié à un événement qui se déroule durant ce laps de temps, cela peut même se poursuivre longtemps après. J'aimerai vous raconter une petite histoire qui m'est arrivée sur le chemin des vacances...

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Le Conseil d’Etat s’inspire-t-il de Paul Biya pour faire régner l’ordre ?

    Imprimer

    Samedi 29 juin, la police genevoise réprimait violemment des manifestants camerounais dénonçant la présence du dictateur Paul Biya dans le palace de l’Intercontinental. Cette répression a choqué et fait tristement parler de Genève dans le monde entier. Un article du Washington Post titrait : Swiss police use tear gas on Cameroon opposition protesters, avec une photo explicite. Le recours au gaz lacrymogène, au camion à eau, a paru totalement disproportionné aux observateurs présents.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Lettre ouverte à ceux qui se sont appropriés la route

    Imprimer

    letsbikeit2.jpgCher motoriste,

    Tu as gagné.

    Je l'accepte, c'est acquis. A l'avenir, je n'essaierai plus de me tasser le long des trottoirs pour te laisser passer. Je ne partirai plus 3 secondes avant toi alors que le feu est encore rouge, pour ne pas risquer de me faire écraser quand tu lâches tes chevaux.

    Je ne mordrai plus jamais sur les trottoirs pour te laisser le champ libre (au boulevard Georges Favon notamment, ou à la rue Wendt). Je n'embêterai plus les piéton.ne.s, en aucune façon. C'était une grave erreur de te laisser toute la place et d'enquiquiner des usager.e.s encore plus vulnérables, en empiétant ici et là sur leur espace vital. Je ne slalomerai plus sur les voies de tram, risquant la chute à chaque changement de direction 

    C'est fini. Tu as gagné. Désormais, je prendrai ma place sur la route. Simplement.

    Après tout, tu es à 90% du temps seul dans ta voiture comme je suis seul sur mon vélo. Pourquoi la route serait-elle à toi ? Nous allons à la même vitesse en ville, nous nous rendons au final du point A au point B à la même allure. L'air conditionné, la musique pour toi, les risques et les cassages de gueule pour moi ? Non. Désormais c'est acquis, je roulerai au milieu du chemin, sans me tasser, sans me faire encore plus petit devant ta tonne de ferraille.

    J'en profite pour inviter toutes et tous les cyclistes à faire de même. Prenez la route. Vous serez davantage en sécurité. La stratégie de se tasser dans les coins ou attendre d'improbables pistes cyclables a échoué.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pour que Genève déclare Paul Biya persona non grata

    Imprimer

    the voice newspapers 200 villages burnt.jpgLes gardes du corps du dictateur camerounais Paul Biya accusé de restreindre les libertés fondamentales et de commettre des violations des droits humains, ont attaqué des manifestant.e.s l'hôtel Intercontinental de Genève ainsi que le journaliste de la RTS Adrian Krause mercredi 3 juin. 

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Mes héros du jour

    Imprimer

    5428D98A-25D2-44D9-9F07-E05E5182CB22.jpeg

    Ce sont mes héros du jour. Ils se brûlent les poumons pour construire la ville et refaire les trottoirs en pleine canicule. Ils sont Français, Portugais, Espagnols, Kosovars, Suisses ou d’autres nationalités encore. Quand tu trouves que la canicule est insupportable à 38 degrés, ils sont à 150 degrés le nez sur le bitume. Et ils sourient. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Cathédralise moi

    Imprimer


    Cathédralise-moi, incendie-moi, décendre-moi, débatis-moi,

    rénove renouvelle moi, arrose moi, dame-moi, pompiérise moi,

    christianise toi, crucifie toi, mondialise nous,

    baptise moi, toise toi, brûle brûle en toi.

    Faites ceci en mémoire du toit. 

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Grève des femmes* et féministes à Genève : combien étaient-elles ?

    Imprimer

    storybundle.jpgCe vendredi 14 juin, jour national de grève des femmes* et féministe, une foule immense, que l’on n’avait jamais vue de mémoire de Genevois-es, s’est réunie sur la plaine de Plainpalais pour exiger la fin des inégalités salariales et des discriminations dans le monde du travail, l’établissement de rentes qui permettent de vivre dignement.

    Cette foule immense et résolue de femmes* habillées en violet regroupant plusieurs générations, demandait que le travail domestique, éducatif et de soins soit reconnu et partagé, de même que la charge mentale, afin que que le travail éducatif et de soins soit une préoccupation collective. Cette mobilisation impressionnante, s'est levée dans toutes les villes et les campagnes de Suisse ainsi qu'à Genève. Elle exigeait, ce 14 juin, d'une même voix, la fin des violences sexistes et sexuelles ainsi que la fin de toute forme de discrimination basée sur le sexe. L’intensité émotionnelle ce 14 juin était dingue, le moment historique. Combien étaient-elles ? 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Merci aux femmes*

    Imprimer

    la-greve-des-femmes-a-lhonneur-4-936x546.jpgEn cette journée de grève du 14 juin, les rassemblements aux quatre coins des villes ont commencé, les coups de cuillères sur les casseroles y résonnent depuis minuit déjà. La cathédrale de Lausanne s'est embrasée, Genève va suivre, et Bâle et Zürich et toutes les campagnes. Les journaux font leur une sur cette grève. Le soulèvement est déjà un énorme succès. Désormais, c'est depuis la France, à l'internationale que les messages de soutien, d'émulation affluent. Les réseaux sociaux se couvrent de violet, tout le monde en parle, partout. Avec cette grève, on va en voir de toutes les couleurs. Les femmes* se soulèvent! Quelque chose de grand, d'énorme est en marche. Alors que cette incroyable force se déploie, un mot simple et fort vient sur les lèvres : merci!

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire